msj maxime bienvenu 002 Maxime a œuvré au rayonnement du Mouvement Salésien des Jeunes qui a fêté l’année dernière ses 10 ans. Aujourd’hui c’est un réseau en expansion qui crée des liens entre les jeunes de la famille salésienne de France et de Belgique Sud. Maxime rend compte avec enthousiasme de l’évolution de l’association.

 

 

Maxime Poublanc est un ancien élève du collège Immaculée Conception et du Lycée Sainte-Marie de Bailleul. Il travaille aujourd’hui dans une association d’accompagnement et de réinsertion d’adultes en situation de grande précarité à Lille.

 

Vous étiez près de cent au dernier week-end MSJ. Un nombre record ! Comment l’expliquez-vous ?

Les week-ends correspondent bien aux attentes des jeunes : pouvoir se retrouver pour vivre des expériences fortes et vraies. Je pense que le Bicentenaire a permis de faire connaitre le MSJ à de nouveaux jeunes.

 

Au fil des années, nous avons acquis une réelle expérience, une maturité. Les jeunes sont pleinement acteurs et non consommateurs. Chacun se met au service du projet.

 

Le M.S.J.

 

Le Mouvement Salésien des Jeunes France Belgique-sud fait partie de la famille salésienne de Don Bosco. Ce réseau de jeunes de 17 à 30 ans organise des week-ends nationaux de relecture et de formation à la lumière de la pédagogie et de la spiritualité salésienne.

 

Les rendez-vous du MSJ

 

Du 18 juillet au 1er aout :
JMJ. Road to Cracovie avec le MSJ. « Heureux les miséricordieux »

 

Du 23 au 25 sept. 2016 à Lyon :
Week-end de relecture et de lancement d’année.

Que faites-vous lors du premier week-end de septembre ?

Nous échangeons sur nos expériences de vie. Pour certains, le week-end est l’occasion de faire la relecture de leur été, pour d’autres, une relecture d’année, tournée sur les études ou la vie professionnelle.

 

Et pour celui de mars ?

A chaque fois nous proposons un thème. Pour le week-end du mois de mars, c’était sur le pardon, le pardon qui libère. Comme nous avons proposé une route salésienne vers les JMJ de Cracovie, nous avons pris le temps d’approfondir le thème : « Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde (Mt, 5,7) ». Pour faciliter la communication sur ce thème, l’année a été ponctuée par la diffusion de clips vidéo réalisés par les jeunes et visibles sur le site du MSJ.

 

Qui sont les jeunes qui viennent rejoindre le MSJ ?

La question est difficile ! Je dirais que ce sont des jeunes adultes, qui sont intéressés par la personne de Don Bosco et par son action auprès des jeunes. Etudiants ou professionnels, ils viennent d’un établissement salésien, d’une paroisse, du réseau salésien ou bien d’autres mouvements de jeunes.

 

Aujourd’hui, les profils sont très variés, même s’il est vrai que de nombreux jeunes partagent la fibre de l’éducation. Peu importe les études ou le métier, l’important est que chacun se sache le bienvenu !

 

msj maxime bienvenu 001 msj maxime bienvenu 003  

 

Que font les jeunes entre les deux week-ends qui sont proposés ?

Le MSJ n’est pas un mouvement qui se rajoute aux autres engagements. C’est un mouvement qui vient nourrir chaque jeune dans ce qu’il fait déjà. C’est un réseau qui se tisse sur le terrain, dans les réalités locales, en lien avec la famille salésienne ou avec d’autres mouvements. Les deux week-ends de l’année permettent de se former et de se ressourcer.

 

 

Propos recueillis par Hélène Boissière-Mabille
21 avril 2016

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

  • Anne-Florence, présidente du MSJ : « Go à Cracovie »
  • Le MSJ à Ganshoren : « Car aime et par don », week-end de préparation aux Journées Mondiales de la Jeunessse à Cracovie
  • La croisière s’amuse au week-end MSJ

 

 

Pour aller plus loin

le site du Mouvement Salésien des Jeunes

la page Facebook du MSJ

 


Mot du jour

 " Et aussitôt en jaillit de l'eau et du sang ". Certes il s’agit du côté plus que du cœur… Et pourtant, dans ce côté ouvert, c’est l’intérieur même de Dieu, son cœur pour ainsi dire, qui s’ouvre à nous, tout son amour qui se déverse sur nous.

Le disciple est comme une vasque : il se remplit de cette eau et de ce sang, jusqu’à en déborder. Mais pourquoi du sang en plus de l’eau ?

Dans le rêve de la tonnelle de roses, Don Bosco prend l'image de cette fleur, magnifique, odorante... mais pleine d'épines. Suivre Jésus avec Don Bosco, c'est aussi accepter les épines pour que les roses éclosent.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

École de Vie Don Bosco
Interview de Prisca
Voir l'article

Aftermovie : retour sur la journée Défi
Citoyenneté du 3 Mai 2017 dans l’Ouest
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Victor
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...