jeune chemin vers dieu 002 La spiritualité, au sens large, c’est tout ce qui donne du souffle à nos vies, c’est la source d’inspiration de nos gestes, de nos paroles. L’enjeu, c’est d’aimer la vie, d’accueillir la vie, toute la vie, la vie torrentueuse, avec ses joies et ses grâces, mais aussi avec ses turbulences et ses bouleversements. La question fondamentale est : « Quand suis-je véritablement vivant ? » Cela concerne aussi les non-croyants.

 

Pour les croyants, la spiritualité, c’est plus précisément ce qui nous conduit à Dieu, ce qui nous rend créateurs de vie avec Dieu. La spiritualité est un chemin.

 

Nous rendre créateurs de vie avec Dieu

Le point de départ de Don Bosco et des salésiens, ce sont les jeunes. Le récent Chapitre Général écrit qu’ils sont « notre buisson ardent » à travers lequel Dieu nous parle. Chaque jeune est un mystère à respecter, à accueillir ; un mystère à prier et approfondir et devant lequel il faut retirer les sandales de ses pieds pour contempler l’Eternel présent à nos côtés, dans notre histoire.

 

jeune chemin vers dieu 003 Les garçons perdus de Turin ont été le buisson ardent de Don Bosco, son envoi en mission. Le jeune paysan, puis le jeune prêtre qu’il est devenu, a orienté toute sa vie pour servir les jeunes laissés trop seuls au monde. La spiritualité salésienne rejoint l’expérience du peuple de la Bible : quitter l’opulence de l’Egypte pour rejoindre le désert que les jeunes vivent souvent trop seuls. Permettre aux jeunes de quitter l’esclavage pour devenir réellement libres. Cela est possible si le jeune comprend (et fait l’expérience) que Dieu aime le premier, et que Dieu seul est assez grand pour combler notre espérance et notre soif de bonheur.

 

Comme Don Bosco, nous faisons l’expérience de Dieu à travers les jeunes. Ils sont le chemin concret de notre rencontre avec le Christ.

 

L’adulte, comme Jésus bon berger, conduit le troupeau hors de la bergerie

Il y a deux versants à cette spiritualité : celle des éducateurs, et celle des jeunes. Mais les deux se tiennent.

 

La sainteté des adultes consiste à être des accompagnateurs, des éducateurs. Chez les salésiens, on médite et on vit la figure de Jésus bon berger qui conduit le troupeau hors de la bergerie : on trouve dans ce texte le mot « educare », « conduire dehors ». Le berger rassemble dans la bergerie, mais c’est pour conduire les brebis ensemble dans les verts pâturages de l’accomplissement humain et divin, sans crainte des ravins des ténèbres, ni des torrents de la mort.

 

Saint François de Sales

 

« Gravis la montagne de ton existence en gardant les yeux fixés vers les sommets... Tu es en chemin et tu traverseras des terres qui ne sont que des étapes. Certains paysages en seront fort beaux, d’autres te donneront le vertige ou t’épuiseront...Ne perds pas de vue la beauté de ton chemin d’Homme, il est déjà chemin d’éternité ».

La sainteté des jeunes est toujours une sainteté accompagnée

La sainteté des jeunes est toujours une sainteté accompagnée. Même un jeune de la trempe de Dominique Savio n’est pas devenu saint tout seul. La bonne étoffe avait besoin du tailleur pour en faire un bel habit à offrir au Seigneur. C’est pourquoi une des clés de la pédagogie de Don Bosco, c’est la proximité, la présence au milieu des jeunes, les heures vécues au milieu d’eux. Du côté du jeune, la clé est l’écoute, qui s’enracine dans la confiance en l’éducateur qui peut le sauver des errances dans les chemins de la facilité, du non respect, de la tristesse et de la désespérance. C’est ainsi qu’il fera l’expérience que Dieu est un père qui aime et qui invite à vivre comme ses fils.

 

La spiritualité salésienne prend au sérieux le mystère de Noël : ce sont les gestes d’affection de Marie, ce sont les bras protecteurs de Joseph, son travail et ses décisions qui font grandir Jésus comme homme et comme Dieu. C’est à nous de faire grandir Dieu dans chaque enfant.

 

jeune chemin vers dieu 001 La pastorale propose de prendre au sérieux le quotidien à vivre

Concrètement, la pastorale de la spiritualité salésienne sera attentive aux premiers pas, mais aussi aux étapes de la vie spirituelle. Elle propose de prendre au sérieux le quotidien à vivre : elle n’est pas faite d’exploits, mais de simplicité et de ténacité jour après jour. Même s’il est fasciné par les extases de Dominique, Don Bosco ne l’encourage pas dans ce sens, il le renvoie plutôt à ses tâches d’étudiant et à sa vie avec le groupe. C’est là qu’il pourra développer son goût pour Dieu en devenant le serviteur de ses compagnons, le porteur d’un geste de paix, d’une parole de réconfort ou d’un conseil judicieux. C’est là sa place. Cette manière de vivre unifie l’existence : tout ce que l’on fait est inspiré de Dieu et pour la gloire de Dieu. On peut mettre de l’amour et de la passion en tout.

 

 

Jean-François MEURS,
Salésien de Don Bosco
14 juillet 2016

 

 

La sainteté selon Don Bosco est à la fois facile et exigeante.

 

  • lle a une couleur, un climat : la joie. Elle se vit joyeusement et elle débouche sur la vraie joie qui naît du sentiment d’avoir grandi.
  • Elle est « salésienne » : comme François de Sales, Don Bosco veut convaincre que la spiritualité n’est pas affaire de spécialistes.
  • Elle a un contenu : le travail quotidien. Dans les écrits de Don Bosco, le mot « travail » apparaît plus souvent que le mot « prière ». Le travail réalise la volonté de Dieu.
    Elle a ses dévotions, ses fidélités : un attachement à Marie Immaculée et secours des chrétiens, une fidélité au pape, un amour de l’Eglise.
  • Elle a ses moyens : les sacrements, la Parole de Dieu et la prière.
  • L’eucharistie, qui fonde la communauté de partage et qui réveille notre recherche du Christ ; la confession, qui nous sauve de notre pauvreté et nous rend l’estime de soi.
  • L’écoute de la Parole qui éclaire nos choix et qui donne du sens à notre histoire.
  • La prière est fervente mais sobre : ce qui est demandé à tout chrétien sans en rajouter.

 

 

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite