Mgr Boulanger Don Bosco Ils sont éducateurs, prêtres, artistes, politiques, hommes et femmes de ce temps... DBA est allé à leur rencontre, leur demandant ce que représente pour eux le saint de Turin, ce qu’ils aiment en lui, ce qu’ils en retiennent et si, pour eux, son message est encore actuel. Mgr Jean-Claude Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux, nous en parle.

 

« Don Bosco a quelque chose à dire pour notre temps et pas seulement pour les jeunes. La pédagogie de Don Bosco se résume en ces trois verbes quand il s’adresse à un jeune : j’ai confiance en toi ; je t’aime tel que tu es ; j’espère en toi.

 

Un jeune sent si l’on a confiance en lui, pour lui-même et non pour remplir des cases vides.

Prêtre originaire du Pas-de-Calais, Jean-Claude Boulanger, soixante-dix ans, est depuis 2010 évêque de Bayeux-Lisieux : il succéda alors à Mgr Pierre Pican, salésien de Don Bosco. Membre du conseil permanent de la conférence des évêques de France, il nous a livré un texte écrit à l’occasion de la saint Jean Bosco, le 31 janvier.

J’ai confiance en toi : le ressort de la vie est du côté de la confiance. Nous grandissons dans la vie à la mesure des regards de confiance que l’on a posés sur nous. Dire à un jeune : « J’ai confiance en toi », c’est le faire naître à la vie. A la question des communautés chrétiennes visitées et qui posent toutes cette question : « Comment attirer les jeunes à la messe ? », je réponds toujours : « Est-ce que vous avez confiance dans les jeunes ? ». Un jeune sent immédiatement si l’on a confiance en lui, pour lui-même et non pour remplir des cases vides. Comment voulez-vous qu’il découvre que le Christ a confiance en lui s’il ne sent pas que nous lui faisons confiance. La confiance est à la base de l’évangélisation, en tout cas une certaine bienveillance vis-à-vis de celui qui se sent loin de notre foi chrétienne. Ceci est vrai pour les jeunes comme pour les adultes.

 

« Il est plus facile de se mépriser que de s’aimer avec humilité ».

Je t’aime tel que tu es : cette expression est surprenante. Or, comme le dit Bernanos à la fin du Journal d’un curé de campagne : « Il est plus facile de se mépriser que de s’aimer avec humilité ». Combien de personnes, autour de nous, ne sont pas réconciliées avec elles-mêmes ? Il est plus facile de se voir sur le piédestal ou sous la table que de s’asseoir simplement à la table avec les autres. Dans notre société, il faut être IBM : intelligent, beau et mobile. Jésus nous dit que nous sommes IBG : ivraie et bon grain. Ce ne sont pas les mêmes critères... Que faire de l’ivraie qui est en nous ? Comment se réconcilier avec ses pauvretés, mais aussi avec cette part de péché et d’ombre qui est en nous ? C’est la place du pardon. On ne peut pas grandir dans la vie sans pardon et dans la vie spirituelle sans le pardon de Dieu.

 

Nos contemporains croient plus à des témoins qu’à des maîtres à penser.

J’espère en toi : « Là où il y a de l’homme, disant Montaigne, il y a de l’hommerie ». Ceci a même été repris par saint François de Sales. Mais « l’homme passe l’homme », dit Pascal. D’une certaine manière, l’homme est plus grand que son examen de conscience. L’Evangile l’invite à un examen de confiance. Dieu nous espère au-delà de nous-mêmes et de ce que nous sommes. Dieu nous aime en devenir. Je t’aime tel que tu es, risquerait de nous figer à jamais. Mais Dieu espère en nous. Evangéliser, c’est espérer l’autre avec le regard du Christ. Mais on n’évangélise que ceux pour lesquels nous sommes prêts à donner notre vie. Nos contemporains croient plus à des témoins qu’à des maîtres à penser.

 

 

Propos recueillis par Jean-François Meurs
Don Bosco Aujourd'hui
28 juillet 2016

 

 

 

 


Mot du jour

Ce qui est merveilleux avec Dieu, c'est que nous n'avons rien à prouver pour qu'il nous aime. 

Dans notre monde, nous avons toujours à mériter l'amour, à gagner la confiance, à prouver nos mérites. Dieu nous aime parce qu'il est Amour et nous sommes aimables à ses yeux parce que son regard est étincelle d'amour !

Quand j'ai mis au monde mon enfant, je l'ai regardé et je l'aimais comme ça, sans qu'il n’ait rien à faire, rien à dire, rien à prouver. Mon cœur débordait d'amour et de joie !

Sûrement, ce jour-là, j'étais très proche du cœur de Dieu !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite