Mgr Boulanger Don Bosco Ils sont éducateurs, prêtres, artistes, politiques, hommes et femmes de ce temps... DBA est allé à leur rencontre, leur demandant ce que représente pour eux le saint de Turin, ce qu’ils aiment en lui, ce qu’ils en retiennent et si, pour eux, son message est encore actuel. Mgr Jean-Claude Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux, nous en parle.

 

« Don Bosco a quelque chose à dire pour notre temps et pas seulement pour les jeunes. La pédagogie de Don Bosco se résume en ces trois verbes quand il s’adresse à un jeune : j’ai confiance en toi ; je t’aime tel que tu es ; j’espère en toi.

 

Un jeune sent si l’on a confiance en lui, pour lui-même et non pour remplir des cases vides.

Prêtre originaire du Pas-de-Calais, Jean-Claude Boulanger, soixante-dix ans, est depuis 2010 évêque de Bayeux-Lisieux : il succéda alors à Mgr Pierre Pican, salésien de Don Bosco. Membre du conseil permanent de la conférence des évêques de France, il nous a livré un texte écrit à l’occasion de la saint Jean Bosco, le 31 janvier.

J’ai confiance en toi : le ressort de la vie est du côté de la confiance. Nous grandissons dans la vie à la mesure des regards de confiance que l’on a posés sur nous. Dire à un jeune : « J’ai confiance en toi », c’est le faire naître à la vie. A la question des communautés chrétiennes visitées et qui posent toutes cette question : « Comment attirer les jeunes à la messe ? », je réponds toujours : « Est-ce que vous avez confiance dans les jeunes ? ». Un jeune sent immédiatement si l’on a confiance en lui, pour lui-même et non pour remplir des cases vides. Comment voulez-vous qu’il découvre que le Christ a confiance en lui s’il ne sent pas que nous lui faisons confiance. La confiance est à la base de l’évangélisation, en tout cas une certaine bienveillance vis-à-vis de celui qui se sent loin de notre foi chrétienne. Ceci est vrai pour les jeunes comme pour les adultes.

 

« Il est plus facile de se mépriser que de s’aimer avec humilité ».

Je t’aime tel que tu es : cette expression est surprenante. Or, comme le dit Bernanos à la fin du Journal d’un curé de campagne : « Il est plus facile de se mépriser que de s’aimer avec humilité ». Combien de personnes, autour de nous, ne sont pas réconciliées avec elles-mêmes ? Il est plus facile de se voir sur le piédestal ou sous la table que de s’asseoir simplement à la table avec les autres. Dans notre société, il faut être IBM : intelligent, beau et mobile. Jésus nous dit que nous sommes IBG : ivraie et bon grain. Ce ne sont pas les mêmes critères... Que faire de l’ivraie qui est en nous ? Comment se réconcilier avec ses pauvretés, mais aussi avec cette part de péché et d’ombre qui est en nous ? C’est la place du pardon. On ne peut pas grandir dans la vie sans pardon et dans la vie spirituelle sans le pardon de Dieu.

 

Nos contemporains croient plus à des témoins qu’à des maîtres à penser.

J’espère en toi : « Là où il y a de l’homme, disant Montaigne, il y a de l’hommerie ». Ceci a même été repris par saint François de Sales. Mais « l’homme passe l’homme », dit Pascal. D’une certaine manière, l’homme est plus grand que son examen de conscience. L’Evangile l’invite à un examen de confiance. Dieu nous espère au-delà de nous-mêmes et de ce que nous sommes. Dieu nous aime en devenir. Je t’aime tel que tu es, risquerait de nous figer à jamais. Mais Dieu espère en nous. Evangéliser, c’est espérer l’autre avec le regard du Christ. Mais on n’évangélise que ceux pour lesquels nous sommes prêts à donner notre vie. Nos contemporains croient plus à des témoins qu’à des maîtres à penser.

 

 

Propos recueillis par Jean-François Meurs
Don Bosco Aujourd'hui
28 juillet 2016

 

 

 

 


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite