clemence spiritualite don bosco 002 Pourquoi la spiritualité salésienne touche si bien les jeunes ? C’est Clémence, qui a passé deux ans au quotidien avec les salésiens, d’abord comme volontaire à Madagascar, puis comme service civique à Lyon, qui nous répond. Pour elle, jeune adulte aujourd’hui, la spiritualité salésienne est très diffuse et très forte à la fois. Voici son témoignage.

 

En service civique au lycée Don Bosco de Lyon, j’allais prier régulièrement seule ou avec la communauté pour les laudes, les vêpres et les messes de semaine. C’était une belle opportunité pour moi d’avoir ces temps sur mon lieu de travail. J’avais simplement à descendre quelques escaliers et j’étais à la chapelle, quelle chance ! J’aimais y confier mes journées, les élèves que je côtoyais, c’est une habitude que j’ai prise en effectuant mon volontariat VIDÈS à Madagascar. Cela apportait un plus à la journée !

 

Une spiritualité proche des jeunes

C’est là-bas, à Madagascar, que j’ai connu pleinement la spiritualité salésienne. J’ai découvert une spiritualité qui se veut proche des jeunes. Les salésiens agissent auprès d’eux et pour eux.

 

La façon de prier est révélatrice : il ne s’agit pas d’imposer telle ou telle façon de prier mais bien de prier avec les jeunes. Les temps de prière sont très dynamiques avec des chants rythmés, un orchestre, des danses et même des petites mises en scène ! Parfois, une seule lecture est lue à la messe. Au début j’ai été surprise mais j’ai trouvé très beau qu’ils fassent cela pour les jeunes qui, pour beaucoup d’entre eux, n’ont pas l’habitude d’aller à l’église.

 

Le premier rendez-vous du MSJ de la rentrée !

 

Pour les jeunes adultes (17-25 ans), le Mouvement salésiens des jeunes propose de vivre un temps fort de spiritualité salésienne durant un week end entier au mois de septembre.

 

23-25 septembre, Lyon

www.msj-france.fr

 

Les jeux et la prière

C’est comme un deal entre les jeunes et les salésiens : les jeunes savent à quoi s’attendre... oui il y a des moments de jeux, de partage où on rigole bien. Mais il y a aussi des réflexions, la prière. C’est grâce au respect mutuel entre éducateurs-jeunes que ceux-ci prennent conscience que ces moments sont aussi importants.

 

Durant mon service civique, il m’a été donné de voir et vivre de très beaux moments avec les élèves du lycée et surtout les filles de l’internat dans cet esprit si particulier qu’est l’esprit salésien ! Ainsi, lors de la fête de rentrée pastorale ou encore la fête de Noël, j’ai vu les jeunes filles du lycée Don Bosco chanter avec enthousiasme un chant religieux et être totalement attentives au message que nous leur faisions passer. Quelle joie d’entendre à la rentrée de janvier une élève, de religion musulmane, me raconter sa participation à la célébration de Noël. Elle n’avait aucune envie de se trouver là. Mais elle avait entendu un chant de Noël proposé et composé par l’intendant du lycée ; et elle nous a vu sœur Virginie et moi faire une mise en scène. Alors cela a changé toute sa journée !

 

La spiritualité salésienne est très présente au quotidien

En fait, si la spiritualité salésienne touche si bien les jeunes, c’est qu’elle est présente de façon très forte dans le quotidien et que finalement, chaque temps de fête, de partage, d’écoute leur permet d’atteindre l’Amour de Dieu ou bien en tout cas, de précieux moments de joie !

 

Finalement, tous les instants, passés avec et pour les jeunes, sont des instants passés plus proches du Seigneur. Voilà ce que m’a apporté la spiritualité salésienne.

 

 

Clémence Ruchaud
Aumônerie de la Paroisse Saint Jean Bosco, Paris
Mouvement salésien des Jeunes
28 juillet 2016

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite