camp ephata est team 2016 001 60 jeunes d’Ephata Don Bosco, de 14/16 ans, ont traversé l’Allemagne à vélo pour arriver à Prague, en 16 jours. Un pèlerinage, une aventure spirituelle, marquée par l’ouverture aux autres, le partage d’expériences et de réflexions personnelles, la ténacité, la confiance et encore bien d’autres valeurs de vie.

 

East time : l’estime de soi, l’estime des autres, l’estime de la fragilité

Prendre la direction de l’est, en faisant équipe, a suggéré le slogan de notre périple : l’ « EST TEAM », qui lui même a inspiré le choix de nos thèmes de journée : l’estime de soi, l’estime des autres, l’estime du silence, l’estime de la fragilité, l’estime de homme, etc. Quant à la République Tchèque, elle nous offrait sur un plateau le « check », ce salut qui remplace la poignée de mains par un choc des poignets, un claquement de mains, auquel on ajoutait un signe de la main symbolisant le thème du jour.

 

camp ephata est team 2016 002 camp ephata est team 2016 003

 

La route Ephata de l’Allemagne à Prague

Les paysages d’Allemagne sont magnifiques. L’Eifel avec ses arbres bien dodus, et puis surtout les vallées du Rhin et du Main, avec leurs falaises et leurs villes aérées comme Coblence, Mayence, leurs coteaux quadrillés de vignes en terrasses, les champs de blé bordés de coquelicots et de bleuets sur les plateaux après Würtzburg. Les villages de Bavière, soignés, avec les maisons aux façades colorées, font penser à la route des vins en Alsace. Si les paysages à la frontière tchèque sont plus monotones, on a bientôt retrouvé les collines pentues près de Karlovy Vary, et tout autour de Prague.

 

camp ephata est team 2016 004 camp ephata est team 2016 005

 

Accueil très « salésien » des maisons de Don Bosco sur la route

Partout nous avons reçu un accueil formidable, attentif, qui passe les barrières de la langue - mais on pouvait toujours recourir à Brigitte, Sarah et quelques jeunes qui connaissent bien l’allemand –. Accueil très « salésien » des maisons de Don Bosco, à Junkerath, Mayence, Würtzburg, Bamberg, et enfin Prague ; accueil des centres paroissiaux vastes et bien équipés. Plusieurs nous ont offert le petit déjeuner, et à Marktredwitz, des dames sont venues nous le servir elles-mêmes !

 

Le rythme des journées est bien soutenu : lever vers 6h30 – 7h00, enseignement « semailles » et déjeuner, puis départs échelonnés des jeunes répartis en six carrefours. Vers 13h00, la camionnette rejoint un point fixé d’avance avec le ravitaillement. Après un peu de temps libre, les carrefours prennent leurs carnets d’animation et partagent sur le thème du jour. Ils reprennent ensuite la route, un à un, jusqu’à l’étape. Foot ou détente, douches, souper, moisson et veillée. Les jours de repos permettent des visites en ville, des discussions approfondies, un temps de désert, des célébrations, l’occasion de faire une petite lessive.

 

A Koblenz, enquête en ville, genre cluedo, sur la disparition de la « madonnina », mise en scène par sœur Anne devenue sœur Anne-Tonietta. A Würzburg, piscine. A Bamberg, où les salésiens ont une école de cirque, deux heures d’apprentissage de quelques techniques : diabolo, équilibre sur des grosses boules, assiettes chinoises, jonglerie, acrobaties, et surtout trapèze où l’on a vu des timides s’éclater ! En soirée, une veillée à la manière de Taizé dans la tente du cirque. A Karlovy Vary, visite des sources thermales, et dégustation de l’eau saumâtre. A Jesenice, temps de désert très serein dans le verger ensoleillé de la vieille ferme. Visite guidée de Prague avec le Père Janko, qui nous a fait connaître les grands personnages de la République, et fait sentir ce que furent les 70 années de dictatures, celle d’Hitler et celle des communistes.

 

camp ephata est team 2016 006 camp ephata est team 2016 007

 

Il y a les spécialistes des rustines ou des freins détendus

Les premiers jours, bien des jeunes mordent sur leur chique pour suivre et tenir jusqu’au bout. Quelques chutes dues à la fatigue ou la distraction, heureusement bénignes. Il y a les spécialistes des rustines ou des freins détendus, les vitesses qui ne passent pas bien, et les pédales qui se dévissent. Pauline apprend à mettre la selle à la bonne hauteur et à rectifier la position sur le vélo, la pose des pieds sur les pédales, afin d’éviter les tendinites ou les douleurs aux genoux. Jojo rappelle les consignes de roulage, pour la prudence. Cela portera du fruit. Si dans les dernières étapes les vélos attrapent des maux de vieillesse, les jeunes, eux, sont de plus en plus résistants. Cela se manifeste dans les hurlements de plus en plus fréquents et de plus en plus forts, les « bon anniversaire » incongrus, les chants à répons qui donnent l’ambiance. On ne passe pas inaperçu ! L’unification du groupe se manifeste dans les tics de langage adoptés par tous : « pas l’temps d’niaiser », « j’suis saoulée », « des chiques ou des bonbons », « kinki » (olé-olé), et diverses onomatopées.

 

Lors de l’eucharistie finale, chacun recoit un « diplôme » rappelant ses qualités

Gérard et Philippe, les mécaniciens forment une équipe folklorique, qui fait penser à « Devos & Lemmens ». Gérard a des petits airs de Bourvil. Ils sont au taquet pour les réparations, y passant des heures tous les jours ... Dans leurs temps perdus, ils composent des couplets satiriques sur l’air de « la chenille » et animent la fin de déjeuners.

 

L’équipe cuisine se spécialise : Colette pour les décisions et les menus, Stéphanie pour les sauces, Brigitte comme interprète et pour touiller dans les casseroles, Raphaël pour ranger le matériel dans la remorque. On se souviendra de la potée liégeoise, du poulet à la sauce curry et citron, du chili con carne de Manu, des « american wrapes » sorte de crêpes variante des « durums », mais aussi des sandwiches à la mozzarella garnis de roquette, de la soupe au petit déjeuner !

 

Quand il le peut, c’est-à-dire lorsqu’il dispose de la wifi, Romain envoie sur le site Facebook des photos et des textes qui permettent aux parents de participer à la route en envoyant à leur tour des messages de sympathie et d’encouragements. Un contact fort apprécié.

 

Il y avait de quoi célébrer lors de l’eucharistie finale, chacun recevant un « diplôme » rappelant ses qualités, et chaque carrefour ayant recueilli les moments forts du camp.

 

 

Jean-François Meurs
11 août 2016

 

 

Pour aller plus loin

La page de « l'Est Team » sur le site Ephata

La page Facebook de Ephata 14-16

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e8

Indispensable, pas indispensable une ou un meilleur ami ? Pas forcément, mais reste qu’elle ou il est souvent là. Ce lien s’enracine fréquemment dans la petite enfance. Nos jeunes interviewés en attendent du soutien, de la bienveillance.

Pour William avec un meilleur ami on se doit de conjuguer les verbes « rigoler » et « épauler ». Tara résume bien le sentiment de beaucoup : «… quelqu’un qui essayera de faire en sorte que je prenne toujours un bon chemin… qui m’aidera à avancer dans ma réflexion… avec qui je peux débattre… qui pourra m’accompagner dans les difficultés de la vie… qui sera toujours là. »

Question : Que sont nos amis devenus… ?

Voir le 8è épisode : Un meilleur ami ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite