camp ephata est team 2016 001 60 jeunes d’Ephata Don Bosco, de 14/16 ans, ont traversé l’Allemagne à vélo pour arriver à Prague, en 16 jours. Un pèlerinage, une aventure spirituelle, marquée par l’ouverture aux autres, le partage d’expériences et de réflexions personnelles, la ténacité, la confiance et encore bien d’autres valeurs de vie.

 

East time : l’estime de soi, l’estime des autres, l’estime de la fragilité

Prendre la direction de l’est, en faisant équipe, a suggéré le slogan de notre périple : l’ « EST TEAM », qui lui même a inspiré le choix de nos thèmes de journée : l’estime de soi, l’estime des autres, l’estime du silence, l’estime de la fragilité, l’estime de homme, etc. Quant à la République Tchèque, elle nous offrait sur un plateau le « check », ce salut qui remplace la poignée de mains par un choc des poignets, un claquement de mains, auquel on ajoutait un signe de la main symbolisant le thème du jour.

 

camp ephata est team 2016 002 camp ephata est team 2016 003

 

La route Ephata de l’Allemagne à Prague

Les paysages d’Allemagne sont magnifiques. L’Eifel avec ses arbres bien dodus, et puis surtout les vallées du Rhin et du Main, avec leurs falaises et leurs villes aérées comme Coblence, Mayence, leurs coteaux quadrillés de vignes en terrasses, les champs de blé bordés de coquelicots et de bleuets sur les plateaux après Würtzburg. Les villages de Bavière, soignés, avec les maisons aux façades colorées, font penser à la route des vins en Alsace. Si les paysages à la frontière tchèque sont plus monotones, on a bientôt retrouvé les collines pentues près de Karlovy Vary, et tout autour de Prague.

 

camp ephata est team 2016 004 camp ephata est team 2016 005

 

Accueil très « salésien » des maisons de Don Bosco sur la route

Partout nous avons reçu un accueil formidable, attentif, qui passe les barrières de la langue - mais on pouvait toujours recourir à Brigitte, Sarah et quelques jeunes qui connaissent bien l’allemand –. Accueil très « salésien » des maisons de Don Bosco, à Junkerath, Mayence, Würtzburg, Bamberg, et enfin Prague ; accueil des centres paroissiaux vastes et bien équipés. Plusieurs nous ont offert le petit déjeuner, et à Marktredwitz, des dames sont venues nous le servir elles-mêmes !

 

Le rythme des journées est bien soutenu : lever vers 6h30 – 7h00, enseignement « semailles » et déjeuner, puis départs échelonnés des jeunes répartis en six carrefours. Vers 13h00, la camionnette rejoint un point fixé d’avance avec le ravitaillement. Après un peu de temps libre, les carrefours prennent leurs carnets d’animation et partagent sur le thème du jour. Ils reprennent ensuite la route, un à un, jusqu’à l’étape. Foot ou détente, douches, souper, moisson et veillée. Les jours de repos permettent des visites en ville, des discussions approfondies, un temps de désert, des célébrations, l’occasion de faire une petite lessive.

 

A Koblenz, enquête en ville, genre cluedo, sur la disparition de la « madonnina », mise en scène par sœur Anne devenue sœur Anne-Tonietta. A Würzburg, piscine. A Bamberg, où les salésiens ont une école de cirque, deux heures d’apprentissage de quelques techniques : diabolo, équilibre sur des grosses boules, assiettes chinoises, jonglerie, acrobaties, et surtout trapèze où l’on a vu des timides s’éclater ! En soirée, une veillée à la manière de Taizé dans la tente du cirque. A Karlovy Vary, visite des sources thermales, et dégustation de l’eau saumâtre. A Jesenice, temps de désert très serein dans le verger ensoleillé de la vieille ferme. Visite guidée de Prague avec le Père Janko, qui nous a fait connaître les grands personnages de la République, et fait sentir ce que furent les 70 années de dictatures, celle d’Hitler et celle des communistes.

 

camp ephata est team 2016 006 camp ephata est team 2016 007

 

Il y a les spécialistes des rustines ou des freins détendus

Les premiers jours, bien des jeunes mordent sur leur chique pour suivre et tenir jusqu’au bout. Quelques chutes dues à la fatigue ou la distraction, heureusement bénignes. Il y a les spécialistes des rustines ou des freins détendus, les vitesses qui ne passent pas bien, et les pédales qui se dévissent. Pauline apprend à mettre la selle à la bonne hauteur et à rectifier la position sur le vélo, la pose des pieds sur les pédales, afin d’éviter les tendinites ou les douleurs aux genoux. Jojo rappelle les consignes de roulage, pour la prudence. Cela portera du fruit. Si dans les dernières étapes les vélos attrapent des maux de vieillesse, les jeunes, eux, sont de plus en plus résistants. Cela se manifeste dans les hurlements de plus en plus fréquents et de plus en plus forts, les « bon anniversaire » incongrus, les chants à répons qui donnent l’ambiance. On ne passe pas inaperçu ! L’unification du groupe se manifeste dans les tics de langage adoptés par tous : « pas l’temps d’niaiser », « j’suis saoulée », « des chiques ou des bonbons », « kinki » (olé-olé), et diverses onomatopées.

 

Lors de l’eucharistie finale, chacun recoit un « diplôme » rappelant ses qualités

Gérard et Philippe, les mécaniciens forment une équipe folklorique, qui fait penser à « Devos & Lemmens ». Gérard a des petits airs de Bourvil. Ils sont au taquet pour les réparations, y passant des heures tous les jours ... Dans leurs temps perdus, ils composent des couplets satiriques sur l’air de « la chenille » et animent la fin de déjeuners.

 

L’équipe cuisine se spécialise : Colette pour les décisions et les menus, Stéphanie pour les sauces, Brigitte comme interprète et pour touiller dans les casseroles, Raphaël pour ranger le matériel dans la remorque. On se souviendra de la potée liégeoise, du poulet à la sauce curry et citron, du chili con carne de Manu, des « american wrapes » sorte de crêpes variante des « durums », mais aussi des sandwiches à la mozzarella garnis de roquette, de la soupe au petit déjeuner !

 

Quand il le peut, c’est-à-dire lorsqu’il dispose de la wifi, Romain envoie sur le site Facebook des photos et des textes qui permettent aux parents de participer à la route en envoyant à leur tour des messages de sympathie et d’encouragements. Un contact fort apprécié.

 

Il y avait de quoi célébrer lors de l’eucharistie finale, chacun recevant un « diplôme » rappelant ses qualités, et chaque carrefour ayant recueilli les moments forts du camp.

 

 

Jean-François Meurs
11 août 2016

 

 

Pour aller plus loin

La page de « l'Est Team » sur le site Ephata

La page Facebook de Ephata 14-16

 


Mot du jour

Nous terminons le rosaire par les mystères glorieux. Parmi les 5 références bibliques, il y a la Pentecôte. Cinq semaines après Pâques, les disciples sont enfermés au cénacle en présence de Marie. Ils sont tremblants et ont fermés les portes de peur que les juifs viennent les mettre à mort comme leur chef. C’est à eux que Dieu envoie l’Esprit Saint pour transformer cette peur en paix intérieur. Désormais ils ne sont plus seuls. Quelles que soient les difficultés rencontrées, ils pourront toujours faire face en invoquant l’Esprit Saint qui est source de paix et de créativité. L’Esprit Saint agit aujourd’hui humblement auprès de ceux qui veulent que la paix gagne un maximum de cœurs.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Fabienne Bouy
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Laure
Voir l'article

Sous nos peaux - Valdocco Lille
du FestiClip 2017
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Actualités

    • Missionnaire pour la France-Belgique sud, Pierre Nguyen, salésien, est devenu prêtre...

      vietnam salesien don bosco ordination 000 Originaires du Vietnam, plus d'une centaine de Salésiens de Don Bosco, prêtres et frères, sont actuellement envoyés dans les différentes provinces du monde entier. Missionnaires, ils quittent leur pays pour participer aux missions d'éducation voulues par St Jean Bosco. Dans la province de France et Belgique Sud, ils sont quelques-uns, dont le Père Pierre Nguyen, ordonné prêtre le samedi 22 juillet 2017 à Hô-Chi-Minh-Ville.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Don Rinaldi

      don bosco rinaldi 004 Filippo Rinaldi s’est laissé imprégner par Don Bosco. Il a poursuivi son œuvre en fondant, il y a 100 ans, l’Institut des Volontaires de Don Bosco », femmes consacrées, vivant dans le monde. Il fut le 3e Recteur Majeur à lui succéder à la tête des salésiens.

      Lire la suite

    • Sarah Huppermans : On m'a donné des responsabilités et fait confiance !

      sarah h « Ma mère m'emmenait à la paroisse St-François-de-Sales à Liège chez les Salésiens de Don Bosco. J'aimais participer aux célébrations qui avaient du sens pour moi. » C’est le début d’un long parcours de Sarah jusqu’à l’expérience Ephata Don Bosco !

      Lire la suite

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite

    • Du Sénégal à Turin en Italie, une migration pour une passion

      FALLOU « Le foot c’est ma passion ». Porté par sa passion, Fallou est parti à 16 ans du Sénégal. Aujourd’hui il a 22 ans, et réside à Turin. Il est passé par la communauté des salésiens de Don Bosco de Don Mauro.

      Lire la suite