camp ephata est team 2016 001 60 jeunes d’Ephata Don Bosco, de 14/16 ans, ont traversé l’Allemagne à vélo pour arriver à Prague, en 16 jours. Un pèlerinage, une aventure spirituelle, marquée par l’ouverture aux autres, le partage d’expériences et de réflexions personnelles, la ténacité, la confiance et encore bien d’autres valeurs de vie.

 

East time : l’estime de soi, l’estime des autres, l’estime de la fragilité

Prendre la direction de l’est, en faisant équipe, a suggéré le slogan de notre périple : l’ « EST TEAM », qui lui même a inspiré le choix de nos thèmes de journée : l’estime de soi, l’estime des autres, l’estime du silence, l’estime de la fragilité, l’estime de homme, etc. Quant à la République Tchèque, elle nous offrait sur un plateau le « check », ce salut qui remplace la poignée de mains par un choc des poignets, un claquement de mains, auquel on ajoutait un signe de la main symbolisant le thème du jour.

 

camp ephata est team 2016 002 camp ephata est team 2016 003

 

La route Ephata de l’Allemagne à Prague

Les paysages d’Allemagne sont magnifiques. L’Eifel avec ses arbres bien dodus, et puis surtout les vallées du Rhin et du Main, avec leurs falaises et leurs villes aérées comme Coblence, Mayence, leurs coteaux quadrillés de vignes en terrasses, les champs de blé bordés de coquelicots et de bleuets sur les plateaux après Würtzburg. Les villages de Bavière, soignés, avec les maisons aux façades colorées, font penser à la route des vins en Alsace. Si les paysages à la frontière tchèque sont plus monotones, on a bientôt retrouvé les collines pentues près de Karlovy Vary, et tout autour de Prague.

 

camp ephata est team 2016 004 camp ephata est team 2016 005

 

Accueil très « salésien » des maisons de Don Bosco sur la route

Partout nous avons reçu un accueil formidable, attentif, qui passe les barrières de la langue - mais on pouvait toujours recourir à Brigitte, Sarah et quelques jeunes qui connaissent bien l’allemand –. Accueil très « salésien » des maisons de Don Bosco, à Junkerath, Mayence, Würtzburg, Bamberg, et enfin Prague ; accueil des centres paroissiaux vastes et bien équipés. Plusieurs nous ont offert le petit déjeuner, et à Marktredwitz, des dames sont venues nous le servir elles-mêmes !

 

Le rythme des journées est bien soutenu : lever vers 6h30 – 7h00, enseignement « semailles » et déjeuner, puis départs échelonnés des jeunes répartis en six carrefours. Vers 13h00, la camionnette rejoint un point fixé d’avance avec le ravitaillement. Après un peu de temps libre, les carrefours prennent leurs carnets d’animation et partagent sur le thème du jour. Ils reprennent ensuite la route, un à un, jusqu’à l’étape. Foot ou détente, douches, souper, moisson et veillée. Les jours de repos permettent des visites en ville, des discussions approfondies, un temps de désert, des célébrations, l’occasion de faire une petite lessive.

 

A Koblenz, enquête en ville, genre cluedo, sur la disparition de la « madonnina », mise en scène par sœur Anne devenue sœur Anne-Tonietta. A Würzburg, piscine. A Bamberg, où les salésiens ont une école de cirque, deux heures d’apprentissage de quelques techniques : diabolo, équilibre sur des grosses boules, assiettes chinoises, jonglerie, acrobaties, et surtout trapèze où l’on a vu des timides s’éclater ! En soirée, une veillée à la manière de Taizé dans la tente du cirque. A Karlovy Vary, visite des sources thermales, et dégustation de l’eau saumâtre. A Jesenice, temps de désert très serein dans le verger ensoleillé de la vieille ferme. Visite guidée de Prague avec le Père Janko, qui nous a fait connaître les grands personnages de la République, et fait sentir ce que furent les 70 années de dictatures, celle d’Hitler et celle des communistes.

 

camp ephata est team 2016 006 camp ephata est team 2016 007

 

Il y a les spécialistes des rustines ou des freins détendus

Les premiers jours, bien des jeunes mordent sur leur chique pour suivre et tenir jusqu’au bout. Quelques chutes dues à la fatigue ou la distraction, heureusement bénignes. Il y a les spécialistes des rustines ou des freins détendus, les vitesses qui ne passent pas bien, et les pédales qui se dévissent. Pauline apprend à mettre la selle à la bonne hauteur et à rectifier la position sur le vélo, la pose des pieds sur les pédales, afin d’éviter les tendinites ou les douleurs aux genoux. Jojo rappelle les consignes de roulage, pour la prudence. Cela portera du fruit. Si dans les dernières étapes les vélos attrapent des maux de vieillesse, les jeunes, eux, sont de plus en plus résistants. Cela se manifeste dans les hurlements de plus en plus fréquents et de plus en plus forts, les « bon anniversaire » incongrus, les chants à répons qui donnent l’ambiance. On ne passe pas inaperçu ! L’unification du groupe se manifeste dans les tics de langage adoptés par tous : « pas l’temps d’niaiser », « j’suis saoulée », « des chiques ou des bonbons », « kinki » (olé-olé), et diverses onomatopées.

 

Lors de l’eucharistie finale, chacun recoit un « diplôme » rappelant ses qualités

Gérard et Philippe, les mécaniciens forment une équipe folklorique, qui fait penser à « Devos & Lemmens ». Gérard a des petits airs de Bourvil. Ils sont au taquet pour les réparations, y passant des heures tous les jours ... Dans leurs temps perdus, ils composent des couplets satiriques sur l’air de « la chenille » et animent la fin de déjeuners.

 

L’équipe cuisine se spécialise : Colette pour les décisions et les menus, Stéphanie pour les sauces, Brigitte comme interprète et pour touiller dans les casseroles, Raphaël pour ranger le matériel dans la remorque. On se souviendra de la potée liégeoise, du poulet à la sauce curry et citron, du chili con carne de Manu, des « american wrapes » sorte de crêpes variante des « durums », mais aussi des sandwiches à la mozzarella garnis de roquette, de la soupe au petit déjeuner !

 

Quand il le peut, c’est-à-dire lorsqu’il dispose de la wifi, Romain envoie sur le site Facebook des photos et des textes qui permettent aux parents de participer à la route en envoyant à leur tour des messages de sympathie et d’encouragements. Un contact fort apprécié.

 

Il y avait de quoi célébrer lors de l’eucharistie finale, chacun recevant un « diplôme » rappelant ses qualités, et chaque carrefour ayant recueilli les moments forts du camp.

 

 

Jean-François Meurs
11 août 2016

 

 

Pour aller plus loin

La page de « l'Est Team » sur le site Ephata

La page Facebook de Ephata 14-16

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Le Festiclip est cette année un festival européen sensible au monde des laissés pour compte

      fasticlip 2018 04 La treizième édition du FestiClip, festival de vidéoclips réalisé par et pour des jeunes de 15 à 20 ans, s’est déroulé au Centre Jean Bosco le 2 juin. Participaient cette année, outre bien sûr la Belgique et la France, l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne. Les films étonnent par leur qualité et leur thématique. Aujourd’hui, c’est la manière de traiter les laissés pour compte qui interroge les jeunes. Logo video80

      Lire la suite

    • Festifoot 2018 : la coupe du monde version salésienne

      festifoot 2018 caen 07 La coupe du monde de foot en version salésienne ? Comment ça, vous ne connaissez pas ? Festifoot ! Mais si, c’est ce rassemblement de 60 jeunes venus de toute la France pour partager un week-end exceptionnel, plein de partage, de fair-play, et de sport ! Avec la participation de huit équipes, soit 55 jeunes de 15 ans environ, le Festifoot du mois de juin n’a jamais connu un tel succès.

      Lire la suite

    • Quatre jours de formation approfondie pour les élèves les plus engagés

      formation eleves engages 01 Voyage à Biville : c’est une initiative des quatre établissements scolaires de l'Ouest au début des vacances de Pâques.  Une quarantaine d'élèves des établissements de l'Ouest. Elèves en difficulté ou non. Il s'agit de quelques jeunes parmi les plus engagés dans la vie de l'établissement. Le projet est une formation approfondie pour les élèves les plus engagés à l’image de ce que faisait Don Bosco.

      Lire la suite

    • Les premières Assises de Don Bosco Action Sociale

      don bosco action sociale assises 01 Les 24 et 25 mai 2018, le réseau Don Bosco Action Sociale a organisé ses premières assises à l’Institut Don Bosco de Gradignan (Gironde). Celles-ci ont regroupé plus de 100 dirigeants des 65 établissements et services d’action sociale du réseau : présidents, administrateurs, directeurs, cadres de direction. Ces participants ont pu ainsi prendre conscience de la force et du dynamisme de ce réseau.Logo video80

      Lire la suite

    • « Foi et Science » s’invitent à l’institut Lemonnier à Caen

      lemonnier mai 2018 02 Les jeunes de 2ndes de l’Institut Lemonnier à Caen ont couronné leur année pastorale autour du thème : Science et foi. Autour d’une table ronde, étaient réunis des témoins de la foi des religions monothéistes présentes dans l’agglomération.

      Lire la suite

  • Société

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Peser sur la politique de la ville »

      Animation de rue 2 Les Salésiens de Don Bosco viennent de fédérer toutes leurs oeuvres d'action sociale au sein du réseau DBAS. Don Bosco Action Sociale compte 60 établissements et est coordonné par Jean-Marie Petitclerc.  Ce spécialiste des questions d'éducation et des banlieues, fondateur du Valdocco, connait bien les différents rouages de la politique de la ville menée, en France, depuis dix ans. Sœur Joëlle Drouin l’a interrogé.

      Lire la suite

    • Valoriser l’éducation informelle… Comment ? Ou comment éduquer « l’air de rien »

      education informelle 01 Les interventions éducatives des adultes sont formalisées dans des programmes, mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle. Dans les écoles salésiennes on parle de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Qu’est ce qui caractérise cette pédagogie non formelle ? Comment y être attentif ?

      Lire la suite

    • Culture Jeunes. Happy Time ! Des rencontres vécues différemment

      culture jeunes rencontres 02 Voyage scolaire, sortie de classe, cours de récréation, self, tous ces lieux où les jeunes sont… et où la rencontre avec un adulte peut se faire. Mais quelle rencontre ? Rencontre institutionnelle ou spontanée ? Comment percevez-vous la présence de l’adulte ? Votre sentiment relève du domaine de l’indifférence ou du rejet ? Autant de questions auxquelles quatre jeunes journalistes collégiens à Notre Dame des Minimes ont bien voulu répondre. Voici quelques tranches de vie.

      Lire la suite