espere rom 2016 003 Pour la troisième année consécutive, l’équipe d’E.S.P.E.R.E. a eu la joie d’offrir aux enfants Roms deux camps dans la métropole Lilloise, durant quatre semaines chaque après-midi, du 20 juillet au 20 Août. Présence, amitiés et activités salésiennes : tout un programme !

 

Lors de cette troisième édition et durant deux semaines, cinq Scouts Compagnons de Versailles ont partagé au sein de ces plus petits et exclus toutes leurs compétences et ont pu aussi découvrir Don Bosco et la Famille Salésienne.

Les deux semaines suivantes, nos fidèles jeunes filles du V.I.D.È.S de Pologne, tant attendues chaque été, ont pris la relève, à peine revenues des JMJ...

Se sont joints également à l’équipe « permanente », deux Salésiens Coopérateurs et trois Paroissiens Lillois, un Salésien Malgache, une Coopératrice Belge, un étudiant Marocain de confession musulmane, le tout formant ainsi une belle et joyeuse communauté intergénérationnelle, internationale et interculturelle, partageant joies et bonheurs tant aux repas que lors des activités.

espere rom 2016 002 espere rom 2016 001

Le projet est toujours de transformer un camp Rom en un joyeux « camping », où règne une ambiance estivale riche de rencontres et de partages, au grès des rondes, des chants, des danses, des activités ludiques , manuelles ou sportives , et surtout des rires des enfants et des adultes !

Édition 2016 RÉUSSIE !

Danièle Sciacaluga, pour E.S.P.E.R.E 

« On ne ressort pas indemnes de ce genre d’expérience. » 

Marine : « Des larmes de joies et de nostalgie, c'est ce qu'il reste après deux semaines passées au sein d’E.S.P.E.R.E.

Les premières appréhensions que j’avais pu avoir : "Que vais-je trouver sur les camps ? A quoi dois-je m'attendre ?" ont rapidement disparu devant les sourires et la tendresse des enfants.
Comment résister à une bande de petits lutins qui accourent dans mes bras ?

Une relation de confiance est née très rapidement entre nous. Ils sont si attachants !

A travers les jeux, nous leur apprenions quelques mots de plus en français ou faisions naître une réflexion sur un puzzle par exemple.
Chaque après-midi, nous étions un peu plus étonnés de leur accueil si chaleureux. Ces gens n’ont rien mais se précipitent pour nous tendre une chaise ou proposer du café !

Le cœur et la conscience en prennent un coup !

Cette expérience nous a permis d'en apprendre plus sur l'histoire et la culture d'un peuple que trop souvent les gens rejettent sans les connaître autrement que par l'opinion péjorative des médias.
On ne ressort pas indemnes de ce genre d’expérience : le cœur et la conscience en prennent un coup. Comment peut-on laisser vivre des gens dans des conditions si misérables ?

Finalement, la chaleur de ces personnes nous fait oublier bien vite nos différences. Ils parlaient timidement français, nous tentions quelques mots de roumains. Cependant, la joie d’être ensemble n’a pas besoin de langage pour être partagée. »

Marine Krauzman

 « J’ai appris à ne pas me fier aux à-priori. »

Julien : « C’est avec appréhension que je suis arrivé à Lille, ne sachant pas quoi y trouver. Les Roms seront-ils réticents à notre arrivée ? Serons-nous mal à l’aise vis-à-vis d’eux en terme de décalage de niveau de vie ? Saurai-je surmonter cette crainte de l’inconnu et de la différence ?
Je suis arrivé sur le premier camp, et la joie était au rendez-vous. Les jeux ont commencé et les rires fusaient au fur et à mesure que nous sortions de nouveaux jeux de nos sacs : on voyait les enfants courir derrière les ballons, les frisbee et les bulles de savon, pieds nus dans la poussière, mais cela ne nous choquait plus du tout. En effet, leurs conditions de vie sont bien différentes des nôtres : pas d’eau courante, toilettes plus ou moins inexistantes ou inutilisables, caravanes très abîmées... Mais pour autant nous étions mis à égalité devant le plaisir du partage, ou le bonheur de jouer ensemble.

Je ne m’attendais pas à cet accueil

Cet accueil m’a fait énormément plaisir, ils paraissaient plus heureux que n’importe qui d’autre alors qu’ils sont rejetés en Roumanie qui est leur pays natal, et qu’ils sont obligés de se réfugier dans des camps reculés, près de zones industrielles ou de voies de chemin de fer.

Je ne m’attendais pas à cet accueil, mais pas non plus à cet au revoir qu’ils nous ont réservé. Lors de mon dernier jour sur le camp, on les a vus arriver dès que les moteurs de nos voitures étaient arrêtés, les bras couverts de bracelets qu’ils nous avaient fait. Nous sommes donc rentrés avec chacun au moins 3 bracelets.

Bien que vivant grâce à la mendicité ou d’autres travaux difficiles, ils donnent ce qu’ils ont et cela est vraiment touchant.

Ces jours ont étés pour moi riches de rencontres, d’ouverture aux autres, et bien que je ne m’attendais pas à voir ce que j’y ai vu, cela m’a montré que ces gens ne cherchent qu’à être acceptés dans le pays qui les héberge. Lors de cette action sur les camps en banlieue lilloise, j’ai appris tout d’abord à ne pas me fier aux à priorii.
Merci à l’association ESPERE et à ses bénévoles qui nous ont permis ce projet à Lille, ce camp aura été un excellent moment pour moi et pour mon équipe. »

Julien Barras
Chef des Campagnons scouts de Versailles


Mot du jour

« Que veux-tu que je fasses pour toi ? »

Dieu à l’écoute de mon désir profond, mon désir de vivre malgré les circonstances de la réalité complexe.

Il est proche de ceux qui l'invoquent, De tous ceux qui l'invoquent en vérité.

Il répond au désir de ceux qui le craignent ; Il écoute leur cri : il les sauve (Ps 145)

Le psaume le dit avec enthousiasme : dès que nous exprimons la moindre envie de vivre, au moment où notre volonté de vivant bourgeonne à nouveau, Dieu veut lui aussi y répondre, même si cela prend du temps dans notre existence humaine. Il ne rate jamais une occasion de satisfaire notre demande de vie, surtout quand c’est devenu pour nous une affaire de vie ou de mort.

Et si nous n’en voulons plus, parce que nous n’en pouvons plus …

Alors demandons-Lui de renaître à son désir à Lui.

Les yeux sur toi, tous, ils espèrent : Tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;

Tu ouvres ta main : Tu rassasies pour tout vivant, le plaisir, la volonté.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Le Festiclip est cette année un festival européen sensible au monde des laissés pour compte

      fasticlip 2018 04 La treizième édition du FestiClip, festival de vidéoclips réalisé par et pour des jeunes de 15 à 20 ans, s’est déroulé au Centre Jean Bosco le 2 juin. Participaient cette année, outre bien sûr la Belgique et la France, l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne. Les films étonnent par leur qualité et leur thématique. Aujourd’hui, c’est la manière de traiter les laissés pour compte qui interroge les jeunes. Logo video80

      Lire la suite

    • Festifoot 2018 : la coupe du monde version salésienne

      festifoot 2018 caen 07 La coupe du monde de foot en version salésienne ? Comment ça, vous ne connaissez pas ? Festifoot ! Mais si, c’est ce rassemblement de 60 jeunes venus de toute la France pour partager un week-end exceptionnel, plein de partage, de fair-play, et de sport ! Avec la participation de huit équipes, soit 55 jeunes de 15 ans environ, le Festifoot du mois de juin n’a jamais connu un tel succès.

      Lire la suite

    • Quatre jours de formation approfondie pour les élèves les plus engagés

      formation eleves engages 01 Voyage à Biville : c’est une initiative des quatre établissements scolaires de l'Ouest au début des vacances de Pâques.  Une quarantaine d'élèves des établissements de l'Ouest. Elèves en difficulté ou non. Il s'agit de quelques jeunes parmi les plus engagés dans la vie de l'établissement. Le projet est une formation approfondie pour les élèves les plus engagés à l’image de ce que faisait Don Bosco.

      Lire la suite

    • Les premières Assises de Don Bosco Action Sociale

      don bosco action sociale assises 01 Les 24 et 25 mai 2018, le réseau Don Bosco Action Sociale a organisé ses premières assises à l’Institut Don Bosco de Gradignan (Gironde). Celles-ci ont regroupé plus de 100 dirigeants des 65 établissements et services d’action sociale du réseau : présidents, administrateurs, directeurs, cadres de direction. Ces participants ont pu ainsi prendre conscience de la force et du dynamisme de ce réseau.Logo video80

      Lire la suite

    • « Foi et Science » s’invitent à l’institut Lemonnier à Caen

      lemonnier mai 2018 02 Les jeunes de 2ndes de l’Institut Lemonnier à Caen ont couronné leur année pastorale autour du thème : Science et foi. Autour d’une table ronde, étaient réunis des témoins de la foi des religions monothéistes présentes dans l’agglomération.

      Lire la suite

  • Société

    • Valoriser l’éducation informelle… Comment ? Ou comment éduquer « l’air de rien »

      education informelle 01 Les interventions éducatives des adultes sont formalisées dans des programmes, mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle. Dans les écoles salésiennes on parle de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Qu’est ce qui caractérise cette pédagogie non formelle ? Comment y être attentif ?

      Lire la suite

    • Culture Jeunes. Happy Time ! Des rencontres vécues différemment

      culture jeunes rencontres 02 Voyage scolaire, sortie de classe, cours de récréation, self, tous ces lieux où les jeunes sont… et où la rencontre avec un adulte peut se faire. Mais quelle rencontre ? Rencontre institutionnelle ou spontanée ? Comment percevez-vous la présence de l’adulte ? Votre sentiment relève du domaine de l’indifférence ou du rejet ? Autant de questions auxquelles quatre jeunes journalistes collégiens à Notre Dame des Minimes ont bien voulu répondre. Voici quelques tranches de vie.

      Lire la suite

    • Une sélection de films pour l’été

      film ete 2018 Alors que nous commençons les vacances d’été, Don Bosco Aujourd’hui vous propose une sélection de films à voir après la plage, en famille. Voici quelques coups de cœur de la rédaction, proposés par Florent Leruste, salésien de Don Bosco.

      Lire la suite

    • Carnet d’exil, le voyage de Khairollah

      Khairollah Karl Joseph 1 Émus par le témoignage de Khairollah, jeune réfugié Afghan de 15 ans, une classe de Bac Pro en Aquaculture de l’ISETA de Poisy (établissement d'Annecy associé au réseau Don Bosco) a décidé de faire de son récit un livre. Leur but ? Toucher le lecteur avec cette histoire qu’ils ont partagée avec émotion.

      Lire la suite