we msj sept 2016 001 Cette année, pour son week-end de rentrée, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) a choisi comme thème « Un défi pour demain, un défi pour deux mains » en référence au Défi Citoyenneté. Du 23 au 25 septembre 2016, 120 jeunes de France et Belgique-Sud se sont réunis à Lyon, au lycée Don Bosco, pour se retrouver, prier, jouer et réfléchir ensemble. Si tu n’as pas pu venir ? Sois sans crainte, Cécile a pensé à toi et te relate ce week-end de folie !

 

« Tu sais ce genre de week-end qui te chamboule, où tu te sens tellement bien que tu voudrais que tout s’arrête. Que tout reste comme ça, pour toute la vie. Oui, ce genre de week-end là. Mais tu n'y étais pas. Alors je me sens le devoir de te transmettre cela. Laisse-moi te raconter ce que tu aurais vécu avec nous.

Tout d’abord, c’est au lycée Don Bosco de Lyon que ça se passe. Même timide, il suffit juste de t'asseoir à une table et d'attendre devant un paquet de chips. Et les gens viennent vers toi, tout seul ! Aucun effort ! En dix minutes, tu te retrouves à jouer à un jeu avec ces personnes autour de toi. C'est un peu la magie d'ici. Tu ne les aurais peut-être jamais rencontrées ailleurs. Vous êtes rassemblés ensemble. Et, fais gaffe ! Ici, ils sont beaucoup trop adorables et tu auras quelques coups de foudre amicaux ! Donc soirée rires, jeux et nourriture ! De quoi nourrir ta bonne humeur, ton esprit et ton estomac avant la nuit !

Bien se réveiller pour mieux vivre

Le lendemain, sans que tu t'en rendes vraiment compte, tu te retrouves à danser de bon matin en te demandant s’il ne faudrait pas que tu te remettes sérieusement au sport ! Et, comme on pense aux nouveaux comme toi ici, le jeu de l’horloge te permet de prendre rendez-vous avec toutes les personnes autour de toi pour parler de sujets comme : « Ton plus grand rêve ? » ; « que voudrais-tu changer dans le monde ? »... C'est court mais intense et en cinq minutes, tu connais déjà cinq personnes de plus. Et attention ! Ce nombre ne va qu’augmenter !

« Un défi pour deux mains » : être citoyen, agir pour demain

Après ce petit jeu de socialisation, c'est parti pour les jeux du matin en groupe autour du thème du week-end : « Un défi pour demain – Un défi pour deux mains ».

Je t'avoue quand on voit ce thème ça peut faire peur – moi ça me fait vraiment flipper même –, mais il suffit d’y rajouter Olivier Robin, et ça prend une toute autre dimension ! Ainsi, au fur et à mesure des jeux proposés, tu te retrouves à prendre la parole, écouter l'autre, mettre en place une tactique pour tous et avec tous et même à te battre pour tes valeurs et ta communauté... du genre, créer une constitution pour le groupe sans que ça soit ennuyant !

Tu participes, observes, te sens concerné, te découvres parmi les autres. En bref, tu vis la citoyenneté d'une manière tellement ludique que cela paraît si simple. Mais peut-être que c'est pareil dans la vraie vie ? Il suffirait juste de participer ? Bon, je te laisse loin de mes questionnements pour cette fois.

Une nouvelle tête arrive sur vos terres. Quelle va être votre réaction ?

we msj sept 2016 002 Après cette journée à apprendre à connaître ton groupe, à jouer et à progresser ensemble, on enlève l'un des vôtres et une nouvelle tête arrive sur vos terres. Quelle va être votre réaction ? L'accueillir, lui et son cadeau, ou avoir crainte de ce qu'il peut amener dans cette terre que tu ne connais que trop bien ? La réponse, je ne l’ai pas car tu n’étais pas là mais, en ce qui me concerne, on l'a accueilli les bras ouverts ! (Bon j'avoue m’être quand même demandée si ce n’était pas un cheval de Troie qu'on nous offrait). Et bah devine quoi ! Le cadeau que nous apportait cette personne n’était autre que sa propre personne ! Et tu aurais été accueilli de la même manière... comme un cadeau.

Une veillée pour visiter et rêver : Lyon en vrai !

Après quelques danses improvisées au soleil, on se prépare pour la veillée. Et ce soir, tu n'es pas déçu : des Pokémons à trouver dans tout Lyon, une ville animée et canon à visiter ! Tu te balades dans les rues et à chaque coin se trouve un bout d'histoire (un pokestop aussi), des jeux, de la danse, de la réflexion et puis un final sur une grande place. Oui ! Ici on ne se cache pas. La bonne humeur est faite pour être distribuée. Après les cris de joie et les rires, retour au calme, retour à la source.

Cachée sous terre dans une crypte pleine de mosaïques et de couleurs, on chante. Tu aurais tellement aimé ça ; ça vibre de partout dans le corps, toutes ces voix ; ça te repose le cerveau, t'apaise d'un coup, stoppe les questions, les doutes ; ça te pose là sur le sol.

Dieu, nous ne l’oublions pas. Et lui, non plus !

Oui ! J’avoue : j'ai eu les larmes aux yeux et même un sourire plaqué sur le visage qui ne part jamais. Car ce Dieu, nous ne l’oublions pas. Et lui, non plus. Après un texte de réflexion, nous retournons au lycée en marchant en silence au milieu de cette ville si vivante. Et nous emportons, avec nous, cette crypte vibrante au fond de notre cœur. Arrivés au lycée Don Bosco, des bougies nous attendent, et des chants aussi, juste en dessous du ciel.

Je te l'ai dit : ce lieu est parfait. Alors là, juste assis par terre, au milieu des autres, tu ressens encore une fois Sa présence ou la présence d’autre chose, peu importe comment tu L’appelles, tu n’es pas le seul. Ce que tu fais de cette soirée n’appartient qu’à toi.

Un dernier réveil avant les autres : commencer un nouvelle vie ? A toi de voir !

Et ici, même la messe du dimanche se veut différente, tu te surprends à devoir utiliser tes neurones et ceux de ton équipe pour pouvoir accéder au lieu de la messe. Et, ce n’est qu’après avoir accepté de donner quelque chose qui te tient vraiment à cœur que tu peux entrer pour vivre ce moment de joie, de rassemblement, de recueillement et de chants.

La vraie fin du week-end se vit maintenant, au moment où tout se range, où tout le monde aide au ménage en chantant, en dansant et en riant. Tu sais que ces personnes à qui tu fais un signe de la main, dès que tu les reverras, ce sera uniquement de la joie qui t’animera.

Tu as une place quelque part

Mais mon ami, tu n'y étais pas et ce qui est encore plus extra, c'est que si tu viens le week-end prochain, cela sera tout aussi génial. Alors moi, je n'ai qu'une chose à te dire : viens ! Ce week-end, au-delà de la joie et de l’Amour que tu y reçois, te permet de te poser deux minutes, de te regarder agir dans ce monde si compliqué et cette société qui te demande parfois trop et d’autres fois pas assez.

Ce week-end te permet de voir que tu as une place quelque part même si tu ne l’as pas encore trouvée. Et être toi-même, te montrer tel que tu es, pouvoir participer à ta manière est un premier grand pas pour l'atteindre. Alors rendez-vous à Liège les 17, 18 et 19 mars 2017 !

 

 

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e8

Indispensable, pas indispensable une ou un meilleur ami ? Pas forcément, mais reste qu’elle ou il est souvent là. Ce lien s’enracine fréquemment dans la petite enfance. Nos jeunes interviewés en attendent du soutien, de la bienveillance.

Pour William avec un meilleur ami on se doit de conjuguer les verbes « rigoler » et « épauler ». Tara résume bien le sentiment de beaucoup : «… quelqu’un qui essayera de faire en sorte que je prenne toujours un bon chemin… qui m’aidera à avancer dans ma réflexion… avec qui je peux débattre… qui pourra m’accompagner dans les difficultés de la vie… qui sera toujours là. »

Question : Que sont nos amis devenus… ?

Voir le 8è épisode : Un meilleur ami ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite