we msj sept 2016 001 Cette année, pour son week-end de rentrée, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) a choisi comme thème « Un défi pour demain, un défi pour deux mains » en référence au Défi Citoyenneté. Du 23 au 25 septembre 2016, 120 jeunes de France et Belgique-Sud se sont réunis à Lyon, au lycée Don Bosco, pour se retrouver, prier, jouer et réfléchir ensemble. Si tu n’as pas pu venir ? Sois sans crainte, Cécile a pensé à toi et te relate ce week-end de folie !

 

« Tu sais ce genre de week-end qui te chamboule, où tu te sens tellement bien que tu voudrais que tout s’arrête. Que tout reste comme ça, pour toute la vie. Oui, ce genre de week-end là. Mais tu n'y étais pas. Alors je me sens le devoir de te transmettre cela. Laisse-moi te raconter ce que tu aurais vécu avec nous.

Tout d’abord, c’est au lycée Don Bosco de Lyon que ça se passe. Même timide, il suffit juste de t'asseoir à une table et d'attendre devant un paquet de chips. Et les gens viennent vers toi, tout seul ! Aucun effort ! En dix minutes, tu te retrouves à jouer à un jeu avec ces personnes autour de toi. C'est un peu la magie d'ici. Tu ne les aurais peut-être jamais rencontrées ailleurs. Vous êtes rassemblés ensemble. Et, fais gaffe ! Ici, ils sont beaucoup trop adorables et tu auras quelques coups de foudre amicaux ! Donc soirée rires, jeux et nourriture ! De quoi nourrir ta bonne humeur, ton esprit et ton estomac avant la nuit !

Bien se réveiller pour mieux vivre

Le lendemain, sans que tu t'en rendes vraiment compte, tu te retrouves à danser de bon matin en te demandant s’il ne faudrait pas que tu te remettes sérieusement au sport ! Et, comme on pense aux nouveaux comme toi ici, le jeu de l’horloge te permet de prendre rendez-vous avec toutes les personnes autour de toi pour parler de sujets comme : « Ton plus grand rêve ? » ; « que voudrais-tu changer dans le monde ? »... C'est court mais intense et en cinq minutes, tu connais déjà cinq personnes de plus. Et attention ! Ce nombre ne va qu’augmenter !

« Un défi pour deux mains » : être citoyen, agir pour demain

Après ce petit jeu de socialisation, c'est parti pour les jeux du matin en groupe autour du thème du week-end : « Un défi pour demain – Un défi pour deux mains ».

Je t'avoue quand on voit ce thème ça peut faire peur – moi ça me fait vraiment flipper même –, mais il suffit d’y rajouter Olivier Robin, et ça prend une toute autre dimension ! Ainsi, au fur et à mesure des jeux proposés, tu te retrouves à prendre la parole, écouter l'autre, mettre en place une tactique pour tous et avec tous et même à te battre pour tes valeurs et ta communauté... du genre, créer une constitution pour le groupe sans que ça soit ennuyant !

Tu participes, observes, te sens concerné, te découvres parmi les autres. En bref, tu vis la citoyenneté d'une manière tellement ludique que cela paraît si simple. Mais peut-être que c'est pareil dans la vraie vie ? Il suffirait juste de participer ? Bon, je te laisse loin de mes questionnements pour cette fois.

Une nouvelle tête arrive sur vos terres. Quelle va être votre réaction ?

we msj sept 2016 002 Après cette journée à apprendre à connaître ton groupe, à jouer et à progresser ensemble, on enlève l'un des vôtres et une nouvelle tête arrive sur vos terres. Quelle va être votre réaction ? L'accueillir, lui et son cadeau, ou avoir crainte de ce qu'il peut amener dans cette terre que tu ne connais que trop bien ? La réponse, je ne l’ai pas car tu n’étais pas là mais, en ce qui me concerne, on l'a accueilli les bras ouverts ! (Bon j'avoue m’être quand même demandée si ce n’était pas un cheval de Troie qu'on nous offrait). Et bah devine quoi ! Le cadeau que nous apportait cette personne n’était autre que sa propre personne ! Et tu aurais été accueilli de la même manière... comme un cadeau.

Une veillée pour visiter et rêver : Lyon en vrai !

Après quelques danses improvisées au soleil, on se prépare pour la veillée. Et ce soir, tu n'es pas déçu : des Pokémons à trouver dans tout Lyon, une ville animée et canon à visiter ! Tu te balades dans les rues et à chaque coin se trouve un bout d'histoire (un pokestop aussi), des jeux, de la danse, de la réflexion et puis un final sur une grande place. Oui ! Ici on ne se cache pas. La bonne humeur est faite pour être distribuée. Après les cris de joie et les rires, retour au calme, retour à la source.

Cachée sous terre dans une crypte pleine de mosaïques et de couleurs, on chante. Tu aurais tellement aimé ça ; ça vibre de partout dans le corps, toutes ces voix ; ça te repose le cerveau, t'apaise d'un coup, stoppe les questions, les doutes ; ça te pose là sur le sol.

Dieu, nous ne l’oublions pas. Et lui, non plus !

Oui ! J’avoue : j'ai eu les larmes aux yeux et même un sourire plaqué sur le visage qui ne part jamais. Car ce Dieu, nous ne l’oublions pas. Et lui, non plus. Après un texte de réflexion, nous retournons au lycée en marchant en silence au milieu de cette ville si vivante. Et nous emportons, avec nous, cette crypte vibrante au fond de notre cœur. Arrivés au lycée Don Bosco, des bougies nous attendent, et des chants aussi, juste en dessous du ciel.

Je te l'ai dit : ce lieu est parfait. Alors là, juste assis par terre, au milieu des autres, tu ressens encore une fois Sa présence ou la présence d’autre chose, peu importe comment tu L’appelles, tu n’es pas le seul. Ce que tu fais de cette soirée n’appartient qu’à toi.

Un dernier réveil avant les autres : commencer un nouvelle vie ? A toi de voir !

Et ici, même la messe du dimanche se veut différente, tu te surprends à devoir utiliser tes neurones et ceux de ton équipe pour pouvoir accéder au lieu de la messe. Et, ce n’est qu’après avoir accepté de donner quelque chose qui te tient vraiment à cœur que tu peux entrer pour vivre ce moment de joie, de rassemblement, de recueillement et de chants.

La vraie fin du week-end se vit maintenant, au moment où tout se range, où tout le monde aide au ménage en chantant, en dansant et en riant. Tu sais que ces personnes à qui tu fais un signe de la main, dès que tu les reverras, ce sera uniquement de la joie qui t’animera.

Tu as une place quelque part

Mais mon ami, tu n'y étais pas et ce qui est encore plus extra, c'est que si tu viens le week-end prochain, cela sera tout aussi génial. Alors moi, je n'ai qu'une chose à te dire : viens ! Ce week-end, au-delà de la joie et de l’Amour que tu y reçois, te permet de te poser deux minutes, de te regarder agir dans ce monde si compliqué et cette société qui te demande parfois trop et d’autres fois pas assez.

Ce week-end te permet de voir que tu as une place quelque part même si tu ne l’as pas encore trouvée. Et être toi-même, te montrer tel que tu es, pouvoir participer à ta manière est un premier grand pas pour l'atteindre. Alors rendez-vous à Liège les 17, 18 et 19 mars 2017 !

 

 

 

 


Mot du jour

Le nom est la dernière chose qui nous reste quand les parents ne sont plus là. C’est un lien qui atteste de notre humanité engendrée. Le nom nous inscrit dans une histoire, dans une filiation, dans une famille. Le nom ne nous appartient pas vraiment : il se transmet. Il constitue aussi une part de notre identité sociale : avec lui, nous sommes d’un peuple. L’engouement actuel pour la généalogie nous prouve l’importance vitale du nom et de ce qu’il représente.

Etre appelé par son nom, c’est être reconnu et rejoint dans son humanité. Quand Dieu appelle, il le fait à l’aide du nom, car chacun est unique. En nommant leurs enfants, les parents prennent soin de choisir un prénom qui ait du sens. On voit bien quelles difficultés personnelles peut vivre un enfant ou un adolescent qui n’aurait plus la possibilité de se référer à une filiation pour tisser les liens de son histoire. Pour aller de l’avant, chacun a besoin de savoir d’où il vient. Le nom est une pièce essentielle de cette origine.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite