edouard halbout 2016 002 Comment développer une pédagogie de l’autonomie et de la responsabilité dans le cadre de l’apprentissage de la musique ? Edouard Halbout, enseignant au collège Saint Paul de Roanne, révèle sa méthode.

 

Imaginez quatorze jeunes de la 5è à la 3è s’activant en silence dans une grande pièce. Seuls, quelques chuchotements se font entendre ici ou là. Voilà qui n’est pas habituel pour des jeunes de cet âge. Quelques accords de guitare ou de piano résonnent dans cette atmosphère feutrée et paisible. Mais ne vous y trompez pas : tout le monde travaille avec énergie.

Ici, Pierre avec un autre élève s'entraîne à la lecture des notes sur une portée. Un peu plus loin, Emmanuel et Kilian font de même et jouent au piano. Là-bas, se trouve Justine qui s'exerce avec application au doigté d'un accord de guitare. Devant un ordinateur, Vincent et Marion préparent le travail d’un autre élève.

A chacun sa compétence

Le père Pierre Faure 

Le père Pierre Faure a créé une méthode d’enseignement originale fondée sur une pédagogie personnalisée. L’association AIRAP diffuse sa démarche dans les écoles, collèges et lycées en proposant des formations aux enseignants

Vous êtes dans l’atelier-musique d’Edouard Halbout qui mène depuis quelques années une expérience d’autonomie et de responsabilité des jeunes pour l’apprentissage du piano et de la guitare. Cette pédagogie s'inspire très largement de celle de Pierre Faure [voir l'encadré]. Elle a été mise au point avec les élèves eux-mêmes. Edouard affirme : « Ce que je fais aujourd'hui, je ne pourrais pas le faire sans eux. »

Sollicités par Edouard, ils ont proposé une organisation. Certains sont secrétaires, d’autres préparent les programmes, d’autres transmettent aux débutants les connaissances déjà acquises. Par exemple, Vincent, élève de 5è, est professeur de solfège d’une jeune de 4è (il en est à sa 4è année de solfège en conservatoire en dehors de l'établissement). Manon est la secrétaire : elle s'occupe de faire l'appel, de noter les présences, de remettre aux élèves leur travail.

Chaque élève reçoit une fiche de compétence qui explique ce qu’il a à faire. Quand il considère qu'il a acquis ce qui est demandé sur sa fiche, il va voir un élève professeur pour valider cette compétence. On lui donne alors la fiche suivante. Chacun peut ainsi avancer à son rythme. Certains vont acquérir une compétence en trois semaines, d'autres, en trois mois. Le plus important est d'avancer.

Libre accès à l’atelier

edouard halbout 2016 001 Les élèves ont un accès libre à l'atelier entre midi et deux heures. Ils peuvent venir s'exercer et apprendre comme ils le souhaitent. Les deux instruments proposés sont le piano et la guitare.

L'objectif : qu'un élève validé dans une compétence puisse devenir à son tour professeur d'un autre élève, que chacun trouve sa place, la prenne et se sente reconnu. Cela les motive d'avoir des responsabilités, d’être profs des autres.

Chacun doit être en silence. Cela fait partie de la méthode. On chuchote avec son professeur mais on ne gêne pas les autres. C'est une difficulté, une exigence. Les élèves apprennent progressivement à s'emparer de cette méthode et la respectent avec bonheur.

 

Vidéo : Interview d'Edouard


Mot du jour

synode des jeunes Don Bosco

Parole de jeunes : Marie

 

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • Les adultes dans le Défi Citoyenneté : quelle est leur place ?

      Defit citoyente adultes 03 Quel doit être l’accompagnement des adultes dans les projets des jeunes ? Aujourd'hui, grâce aux rencontres entre établissements dans les régions et grâce aux relectures, les chefs d'établissement, les éducateurs comprennent mieux leur rôle dans les projets des jeunes. Même si les projets sont menés par les jeunes, l’accompagnement des adultes est un ressort central de la réussite des projets Défi Citoyenneté.

      Lire la suite

    • « Il était une fois l’abbé Vauloup… » l’histoire de l’établissement Giel Don Bosco mis en scène

      Giel theatre 2018 04 Pierre Chopin, salésien de Don Bosco à Giel Don Bosco, a créé une pièce de théâtre sur la naissance et l’évolution de l’établissement en cinq scènes. Intitulée « Il était une fois l’abbé Vauloup », le fondateur de l’Orphelinat de Giel, cette pièce a été jouée dimanche 16 septembre par des élèves de 4e dans l’amphithéâtre du lycée. Plus de 400 spectateurs enchantés ont assisté – et même participé - à la représentation. Interview du père Pierre Chopin.

      Lire la suite

    • De nouveaux établissements entrent dans le réseau Don Bosco

      Don Bosco Nouveau Etablissements 00 Le réseau Don Bosco compte 55 établissements en France, 6 en Belgique Sud, un au Maroc et un en Tunisie. Il y a également les établissements et réseaux associés ou invités. Certains établissements ont récemment rejoint le réseau Don Bosco ou sont en demande d’y entrer. Qui sont ces établissements qui entrent dans le réseau ?

      Lire la suite

    • Yahia Adane : « Le travail social n’est pas quantifiable »

      Yahia AEPCR Social 00 Qu’est ce qui donne du sens au travail social dans les quartiers ? Yahia Adane, directeur de l’association d’éducation populaire de Paris 20è et du réseau Don Bosco Action Sociale, témoigne de son approche du travail social. Fin aout, il rassemble tous les éducateurs de la structure et durant une journée il leur propose de réfléchir ensemble à cette question du sens du travail social.

      Lire la suite

    • Livre d’or de l’année scolaire au lycée Don Bosco à Marseille : « Don Bosco m’a redonné foi en mon avenir »

      don bosco marseille livre d or 01 L’année scolaire 2017-2018 s’achève et avec elle s’annonce le départ de nombreux jeunes et adultes. Ils ont laissé des empreintes visibles et invisibles au lycée Don Bosco de Marseille. Ils ont laissé des mots dans « un livre d’or » qui s’appelle : « Sans vous je ne peux rien faire ». Chaque année, les élèves volontaires transcrivent leurs sentiments vis-à-vis de l’établissement qu’ils quittent. Voici une des perles de ce cahier par le témoignage de Marie, accompagné de photos représentant des temps fort de l’année. Comme une maison, le lycée Don Bosco de Marseille éduque les jeunes… toujours et partout.

      Lire la suite

    • Camp d’été chez les Roms grace à ESPERE

      espere Lille don bosco 01 En 2010, Danièle Sciacaluga, Salésienne Coopératrice, visite les familles roms d’un camp de Lille. Pour faire face aux besoins éducatifs, en 2014, elle crée avec un prêtre salésien une association E.S.P.E.R.E. (Espoir Salésiens Pour les Enfants Roms d’Europe) pour promouvoir l’éducation des enfants en s’inspirant de la pédagogie de Don Bosco. Cet été 2018, l’aventure se poursuit. Ce fut le 5è camp. Une vraie collaboration se réalise l’été grâce au réseau DBAS.

      Lire la suite