Olivier Robin Pourquoi suivre une retraite spirituelle accompagnée avec Saint François de Sales ? Olivier Robin, salésien de Don Bosco et accompagnateur spirituel explique pourquoi il est bon parfois de s'arrêter et de se mettre à distance.

 

Retraite salésienne accompagnée 

Renouveler sa vie en suivant les méditations de Saint François de Sales.

Lieu : Tarascon en Provence

  • 12-20 février 2017

Lieu : Voiron, près de Grenoble

  • 12-16 mars 2017
  • 31 juillet-8 aout 2017

Contact : Sr Dominique Godino, fma

 

Notre existence ressemble à certaines peintures contemporaines. Divers événements la composent, telles des taches de couleurs variées, assemblées sans qu’il soit possible de distinguer ce qui les « fait tenir ensemble ». Pourtant, une beauté s'en dégage. Ainsi nous pressentons que notre vie a du sens.

Dans la fidélité à soi-même

Quand nous saisissons la cohérence profonde de notre vie, son unité, nous pouvons reprendre notre élan, dans la fidélité à nous-mêmes. C'est cela, faire relecture. Mais, en quoi consiste cet exercice indispensable ? En quoi permet-il de donner sens à sa vie ?

Se placer à distance

Les amoureux de marche en montagne comprendront facilement : c’est lorsque nous sommes parvenus à un sommet ou à un col que nous pouvons embrasser dans toute sa dynamique le chemin qui nous y a conduit. Il paraissait sinueux, hésitant à notre regard qui naviguait au ras des cailloux. Prenant de la hauteur, nous pouvons désormais en repérer la « flèche » essentielle.

« Soyons ce que nous sommes et soyons-le bien »
St François de Sales

Le regard de l'autre

L'être humain est ainsi fait que seul un regard extérieur peut lui révéler sa propre cohérence. Le regard de l'autre nous indique, grâce à sa parole, où se situe le cœur palpitant de notre être : dans une relation à un mystère qui nous dépasse mais qui nous façonne à son image. Il n'existe pas de vie humaine qui ne comporte cette profondeur insaisissable d'un mystère qui la guide sur les hauts sentiers de sa liberté.

Reconnaitre un élan créateur

Relire sa vie ne consiste donc pas à l'analyser, mais à reconnaître l'élan indomptable qui la pousse toujours en avant. Plus cet élan est lu et reconnu en nous, plus nous osons y croire, et plus nous lui laissons les rênes de nos rêves, dans la confiance de ce qui va advenir. La relecture libère la liberté qui sommeille en nous et nous dévoile vers quels sommets elle nous conduit. C'est pourquoi la relecture est si importante : goûter à la relecture charpente pour la vie. Tout travail éducatif peut être vu comme le fruit de petites mais multiples et quotidiennes relectures.

Olivier Robin,
Salésien de Don Bosco,
Accompagnateur spirituel.


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e7

À entendre nos jeunes interviewés, la famille est au cœur de tous les apprentissages. Parfois contradictoires. Apprendre « à faire confiance aux gens », « à ne faire confiance qu’à soi-même. », « à toujours me méfier », « à ne jamais dépendre de quelqu’un.

Au-delà de ces divergences, il y a un socle commun de valeurs. Les parents, ce sont eux qui apprennent la vie résume simplement Tiphaine. L’apprentissage du respect revient souvent associé à celui des valeurs. «Mes parents m’ont tout appris… Ils ont fait ce que je suis, la femme que je suis » souligne Anaïs. « Ils m’ont appris à être heureux, à être quelqu’un de bien » (Nicolas).

Question : L’apprentissage semble aller de soi au sein de la famille mais prenons-nous assez le temps de réfléchir à ce compagnonnage primordial ?

Voir le 7è épisode : Qu’as-tu appris de tes parents ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite