VDB Il y a un siècle, le 20 mai 1917, trois femmes italiennes révolutionnent la vie consacrée salésienne à l’écoute de l’Esprit Saint, aidées par Don Rinaldi, 3ème successeur de Don Bosco, et sœur Felicina Fauda, Fille de Marie Auxiliatrice. Voici leur histoire.

 

Le choix de ne pas entrer dans une forme de vie religieuse, mais de vivre en immersion dans la vie ordinaire tout en se consacrant à Dieu par vœux, n'était pas nouveau à l'époque. Mais c'était une nouveauté dans la famille salésienne. Il a fallu attendre 1978, avant que cette forme d'engagement soit reconnue officiellement et confirmée par l'Eglise.

L’origine des Volontaires de Don Bosco

Luigina Carpanera, Francesca Riccardi et Maria Verzotti, travaillaient à Turin, début 1900, à l'époque des débuts de l'industrialisation. Dans leurs moments libres, elles aidaient les sœurs de Don Bosco à l'Oratoire qui offrait un éventail d'activités aux jeunes de Turin. Ces femmes savaient ce qu'elles voulaient.

Dès 1911, à plusieurs reprises, et même avec un certain entêtement, elles allèrent frapper à la porte du supérieur salésien, demandant un accompagnement pour la mise en œuvre de leur projet : animées du même esprit que les sœurs salésiennes, elles voulaient s'engager toute leur vie à rayonner l’Evangile, dans leur famille, leur milieu social et de travail. Le supérieur général de l'époque, après des années d'hésitation, leur donna Don Rinaldi comme accompagnateur spirituel. Dès lors le petit groupe fondateur, en lien avec la sœur Felicina Fauda, Fille de Marie Auxiliatrice, Provinciale de Belgique, pu tenir sa réunion de fondation le 20 mai 1917.


don rinaldi

Discrète sur leur consécration mais pas sur la foi qui les anime

Les Volontaires, comme beaucoup de membres d’Instituts Séculiers, ne s’affichent pas comme consacrées mais vivent dans la discrétion afin de travailler mieux et avec plus d’efficacité, surtout dans les milieux particulièrement difficiles et dans les situations-frontières, là où l’appartenance à un Institut de vie consacrée pourrait susciter des préjugés.

En ne révélant pas explicitement leur consécration, elles ont la possibilité d’attirer l’attention sur les signes de la présence de Dieu plutôt que sur elles-mêmes. La discrétion est pour elle un signe de pauvreté, une invitation à « être avant de parler ou de se montrer » ; c’est vouloir provoquer des questions qui font réfléchir et amènent à discuter.

Qui sont les Volontaires de Don Bosco Aujourd’hui ?

100 plus tard, elles sont environ 1.300, réparties dans 177 groupes dans le monde, organisé en 25 régions. Elles sont dans la pleine lignée de ce que recommande le Pape François, le 25 mars 2017 aux personnes consacrées.

L’essentiel n’est pas le nombre mais d’être levain et sel dans la pâte et surtout de combattre « la résignation ». Il les invite aussi à être ce qu’elles sont et d’aller, aux périphéries et aux confins, rencontrer le Seigneur, renouveler la mission des origines, à la Galilée de la première rencontre. Il leur demande de choisir les périphéries, de réveiller les processus et d’allumer l’espérance éteinte et affaiblie d’une société qui est devenue insensible à la douleur des autres. Voici le défi des 100 prochaines années !

 

Pour aller plus loin

Le site mondiale des Volontaires : www.volontariedonbosco.org

Contacter les Volontaires de Don Bosco
(France et Belgique)


Mot du jour

« […] Marche. Tes pas seront tes mots. Le chemin, ta chanson. La fatigue, ta prière. Et ton silence, enfin, te parlera. Marche, seul, avec d'autres. Mais sors de chez toi. Tu te fabriquais des rivaux, Tu trouveras des compagnons. Tu te voyais des ennemis, tu te feras des frères. Marche, ta tête ne sait pas où tes pieds conduisent ton coeur. Marche, tu es né pour la route, celle du pèlerinage. Un autre marche vers toi et te cherche. Pour que tu puisses le trouver au sanctuaire du fond de ton coeur. Il est ta paix, Il est ta joie. Va, déjà, Dieu marche avec toi ! » Saint Jean-Paul II

N’hésitons pas à prendre la route des vacances ou du travail, sûrement pleine de rencontres et d’échanges et à nous laisser toucher par la présence du Christ qui prend cette route avec nous !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Clara et de Medline
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Hugo
Voir l'article

Avis de recherche  - Award du meilleur film
étranger au FestiClip 2017 (Portugal)
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

    • Message de Noël de la part des Salésiens d’Alep : “Il y a toujours l’espérance”

      Alep Salesien Chrismas La ville est détruite, on ne voit que des décombres... Mais le message d’espérance du Dieu qui s’est fait homme résonne, cette année, avec un écho particulier à Alep. Les Salésiens, riches de leurs deux trésors – la foi et les jeunes - ont au cœur la force de dire, dans une vidéo, avec les jeunes : « Bonne Fête de Noël » et « il y a toujours l’espérance » ! En voyant ces images, le Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, ému, relance son appel pour la paix.

      Lire la suite