VDB Il y a un siècle, le 20 mai 1917, trois femmes italiennes révolutionnent la vie consacrée salésienne à l’écoute de l’Esprit Saint, aidées par Don Rinaldi, 3ème successeur de Don Bosco, et sœur Felicina Fauda, Fille de Marie Auxiliatrice. Voici leur histoire.

 

Le choix de ne pas entrer dans une forme de vie religieuse, mais de vivre en immersion dans la vie ordinaire tout en se consacrant à Dieu par vœux, n'était pas nouveau à l'époque. Mais c'était une nouveauté dans la famille salésienne. Il a fallu attendre 1978, avant que cette forme d'engagement soit reconnue officiellement et confirmée par l'Eglise.

L’origine des Volontaires de Don Bosco

Luigina Carpanera, Francesca Riccardi et Maria Verzotti, travaillaient à Turin, début 1900, à l'époque des débuts de l'industrialisation. Dans leurs moments libres, elles aidaient les sœurs de Don Bosco à l'Oratoire qui offrait un éventail d'activités aux jeunes de Turin. Ces femmes savaient ce qu'elles voulaient.

Dès 1911, à plusieurs reprises, et même avec un certain entêtement, elles allèrent frapper à la porte du supérieur salésien, demandant un accompagnement pour la mise en œuvre de leur projet : animées du même esprit que les sœurs salésiennes, elles voulaient s'engager toute leur vie à rayonner l’Evangile, dans leur famille, leur milieu social et de travail. Le supérieur général de l'époque, après des années d'hésitation, leur donna Don Rinaldi comme accompagnateur spirituel. Dès lors le petit groupe fondateur, en lien avec la sœur Felicina Fauda, Fille de Marie Auxiliatrice, Provinciale de Belgique, pu tenir sa réunion de fondation le 20 mai 1917.


don rinaldi

Discrète sur leur consécration mais pas sur la foi qui les anime

Les Volontaires, comme beaucoup de membres d’Instituts Séculiers, ne s’affichent pas comme consacrées mais vivent dans la discrétion afin de travailler mieux et avec plus d’efficacité, surtout dans les milieux particulièrement difficiles et dans les situations-frontières, là où l’appartenance à un Institut de vie consacrée pourrait susciter des préjugés.

En ne révélant pas explicitement leur consécration, elles ont la possibilité d’attirer l’attention sur les signes de la présence de Dieu plutôt que sur elles-mêmes. La discrétion est pour elle un signe de pauvreté, une invitation à « être avant de parler ou de se montrer » ; c’est vouloir provoquer des questions qui font réfléchir et amènent à discuter.

Qui sont les Volontaires de Don Bosco Aujourd’hui ?

100 plus tard, elles sont environ 1.300, réparties dans 177 groupes dans le monde, organisé en 25 régions. Elles sont dans la pleine lignée de ce que recommande le Pape François, le 25 mars 2017 aux personnes consacrées.

L’essentiel n’est pas le nombre mais d’être levain et sel dans la pâte et surtout de combattre « la résignation ». Il les invite aussi à être ce qu’elles sont et d’aller, aux périphéries et aux confins, rencontrer le Seigneur, renouveler la mission des origines, à la Galilée de la première rencontre. Il leur demande de choisir les périphéries, de réveiller les processus et d’allumer l’espérance éteinte et affaiblie d’une société qui est devenue insensible à la douleur des autres. Voici le défi des 100 prochaines années !

 

Pour aller plus loin

Le site mondiale des Volontaires : www.volontariedonbosco.org

Contacter les Volontaires de Don Bosco
(France et Belgique)


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite