farini 1 Don Bosco était le « poil à gratter » de certains hommes politiques de son temps. Pourquoi ? Son respect tout dévoué au Pape, par exemple, contrastait avec les idées dans le vent. Les journaux se chargeaient d’alimenter les suspicions et accusations de « réactionnaire ».

 

pasquino Don Bosco et le Valdocco étaient dans le collimateur des gazettes, toujours prêtes à jeter de l’huile sur le feu : « Que le gouvernement envoie à ce ‘centre de la réaction’ des hommes avertis et sans préjugés, et on découvrira les fils de la trame ourdie » suggérait un journal de l’époque.

Perquisitions

Le gouvernement se laissa convaincre de la nécessité de surveiller les agissements de Don Bosco. Le Ministre de l’Intérieur Luigi Farini donna « l’ordre de procéder à une perquisition diligente dans la maison du prêtre Giovanni Bosco, et de mener des recherches soigneusement dans chaque coin de l’établissement. Cet homme est suspect de relations compromettantes avec les Jésuites, avec l’archevêque Fransoni et avec la cour pontificale. Si l’on trouve quelque chose susceptible d’intéresser les contrôles fiscaux, que l’on mette immédiatement les personnes perquisitionnées aux arrêts. ». Cela se passe le 26 mai 1860.

L’avertissement de Don Bosco

Trois jours auparavant, Don Bosco avait reçu un « avertissement spécial » ; il avait fait un songe : « Il m’a semblé voir un bataillon de malandrins entrer dans ma chambre, se saisir de ma personne, fouiller dans mon courrier, dans tous les coffres, mettre tous mes écrits sens dessus-dessous. » Le jour suivant, il avait confié son rêve à ses collaborateurs et s’était débarrassé de quelques écrits qui pouvaient être interprétés en sa défaveur.

Deux jours plus tard, trois messieurs et deux gardes entrèrent dans la chambre de Don Bosco au Valdocco. Les perquisiteurs fouinèrent surtout aux endroits où Don Bosco conservait les documents les plus délicats, qu’il avait placés ailleurs, dans des endroits qui lui avaient été suggérés dans le songe. Pour dénicher « le corps du délit », ils fouillent dans ses poches, examinent son carnet, son porte-monnaie, sa soutane, ses pantalons, les ourlets de son habit, le pompon de sa barrette. Ils passent ensuite aux armoires, aux malles, aux coffres. Et finalement, ils s’attaquent à la bibliothèque, extrayant les volumes qu’ils feuillettent un par un pour s’assurer qu’aucune lettre ne s’y trouve cachée. Don Bosco ironise : « Bravo, messieurs, je vous remercie d’avoir pris la peine de dépoussiérer mes livres. Il y a longtemps que je ne l’avais plus fait parce que je suis trop occupé. Et cela aurait pu continuer des années encore ! »

Après quatre heures d’humiliantes recherches, les perquisiteurs se résignent à écrire dans le procès-verbal : « Il n’y a pas lieu de continuer les poursuites ». Ils n’ont trouvé aucun prétexte pour faire obstacle à l’œuvre de Don Bosco.

 

farini 2 farini 3

De nouvelles accusations

Quinze jours plus tard, c’est le secrétaire du ministre Farini et l’inspecteur général du ministère de l’instruction publique qui débarquent accompagnés de toute une troupe. Les perquisiteurs demandent d’examiner les registres de la comptabilité de l’Institut. Ils veulent savoir si Don Bosco reçoit de l’argent de la part du Pape ou de la part de princes détrônés dans le but d’enrôler des soldats et d’appuyer la « guerre » contre le gouvernement. Ils s’informent sur le nombre de jeunes hébergés, sur les pensions, sur les dépôts d’argent. Pour arracher qui sait quels secrets, ils tourmentent Don Vittorio Alasonatti, l’économe, jusqu’à le faire évanouir.

Entretemps, Don Bosco rentre à la maison. Mais ils continuent l’inspection, visitent l’école, interrogent les élèves au sujet de ce qu’on leur enseigne concernant le Pape, le Roi, l’histoire d’Italie. Deux sténographes prennent note de tout ce qui est dit. Mais aucun des garçons ne relâche des déclarations compromettantes. Les perquisiteurs pensaient que, dans les écoles du Valdocco, on enseignait une politique hostile au gouvernement, qui pousserait les jeunes à se rebeller contre le roi et les autorités. « La politique de Don Bosco consiste à distribuer des pagnotes à ses jeunes », répond l’ex chef d’atelier des cordonniers et portier du Valdocco.

« Je ne crains rien »

Don Bosco ne pouvait pas en rester là. Le 16 juillet, le ministre Farini le reçoit, lui serre la main et le fait asseoir. « Je connais tout le bien que vous faites à la jeunesse pauvre, commence le ministre. Le gouvernement vous est très reconnaissant pour les services rendus. » Ensuite, il justifie les perquisitions par le rôle de Don Bosco sur le terrain politique. Don Bosco se défend : « Toutes ces allégations sont infondées… », et il demande des preuves : « Pourquoi ne me produisez-vous aucune accusation précise ? » Alors, « je demande justice au gouvernement, au public, à l’histoire. Pas pour moi, je ne demande rien parce que je ne crains rien, mais pour tous ces jeunes consternés par les perquisitions répétées, pour ces enfants que votre gouvernement et même Votre Excellence elle-même m’a envoyés. Ils sont dans ma maison, ils réclament du pain, ils attendent justice et réparation ».

Le ministre garde les yeux fixés sur le visage de Don Bosco. Il est embarrassé et troublé. Il se lève et fait quelques pas en silence dans la salle…

Le soutien du ministre Cavour

« Que se passe-t-il ? demande le comte Cavour, alors chef du gouvernement, qui entre dans le bureau de son ministre. Je demande qu’on use d’égards pour ce pauvre Don Bosco. Arrangeons les affaires à l’amiable. Je lui ai toujours voulu du bien ». Don Bosco explique ce qui est arrivé : « Sans me fournir aucun motif, j’ai été molesté, outragé … Je suis dévoué au Pape parce que je suis catholique. En matière de politique, je n’appartiens à personne… Les catholiques n’ont pas d’autre politique que celle de l’Evangile. »

Après quelques répliques, le comte Cavour conclut : « J’ai toujours considéré Don Bosco comme un honnête homme. A présent, j’exige que toute cette affaire soit terminée. Don Bosco, rentrez chez vous apaisé. Occupez-vous tranquillement de vos protégés, le gouvernement vous en saura gré… Je vous assure que plus personne ne vous fera d’ennuis. »

 


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite