rencontre nationale cooperateurs 2017 005 C’est au Campus de Pouillé, une école salésienne près d’Angers, que s’est tenu le Congrès Provincial des Salésiens Coopérateurs de France, durant le week-end du 1er octobre dernier. Une centaine de personnes ont participé. Un succès !

 

 

A l’occasion du Congrès des Salésiens coopérateurs les coordinateurs sont venus d’Italie, Filippo Servili, et de Belgique, Franz Defaut, accueillis par Chantal Kieffer, coordinatrice pour la France. Grâce au groupe de Centre Atlantique, autour de Denis Lefebvre, la logistique du Congrès a été assurée de façon parfaite.

rencontre nationale cooperateurs 2017 001

Dis-moi qui tu es et ce que tu fais

C’est sur leur identité, que les Salésiens Coopérateurs ont échangé : interventions, témoignages, carrefours, table ronde et synthèse générale.

S’appuyant sur le message envoyé par le Père Giuseppe Casti, délégué mondial retenu à Rome par des ennuis de santé, les participants ont pris encore davantage conscience que la vocation de Coopérateurs s’exprime essentiellement à travers la communion. Le salésien coopérateur n’est jamais une personne isolée. Il travaille toujours en communion, en collaboration avec d’autres, les membres de son groupe local et de façon élargie avec les membres de la Famille Salésienne.

rencontre nationale cooperateurs 2017 002
rencontre nationale cooperateurs 2017 003

Le songe des 9 ans : « un autre monde est possible ».

Le songe que fit le jeune Giovanni Bosco à 9 ans devient réalité. Sœur Geneviève Pelsser, Provinciale des Salésiennes le démontra. Les conseils de la « jeune bergère » - de la Vierge Marie - se vérifient dans la réalité. « Nous sommes passés de la pyramide au cercle ». Nombreux sont ceux et celles qui collaborent au charisme salésien…. Et, parmi eux, nombreux sont les laïcs qui coopèrent à l’œuvre salésienne. Ils sont la preuve vivante des propos tenus aujourd’hui par le Pape François qui affirme que « l’utopie est la conviction inébranlable qu’un autre monde est possible ».

« Un style de vie qui colore
toutes les activités du quotidien »

Le Projet de Vie Apostolique : un livre à vivre.

Franz Defaut, de la Province de Belgique-Sud, membre du Conseil mondial des Salésiens Coopérateurs, illustra magistralement le PVA, le Projet de Vie Apostolique, la Règle de Vie des Salésiens Coopérateurs. Un livre-creuset, dit-il, qui explicite le chemin à suivre comme homme, comme baptisé, comme salésien. Etre salésien coopérateur, ce n’est pas appartenir à un mouvement en plus, mais être conscient de vivre un style de vie qui colore toutes les activités du quotidien et qui s’affirme tous les jours. Franz Defaut, délégué belge, insista aussi sur le rôle du Centre local, centre de formation, centre de « remise en forme ».

Une interpellation des jeunes adultes : une nouvelle évolution

Que fait-on pour les 25-35 ans ? Cette question surgit de l’assemblée posée par de jeunes adultes qui se sentent un peu seuls et même abandonnés ? Comment les accueillir chez les Salésiens Coopérateurs? Quel rôle donner aux délégués qui pour le moment sont des Salésiens et des Salésiennes ? Et si des laïcs eux-mêmes devenaient délégués ? C’est peut-être vers la formation de laïcs à l’accompagnement qu’il faudrait maintenant se tourner ? Une suggestion qui demande à être prise en compte…

« Fleurir là où nous sommes plantés »

« Votre champ d’apostolat, ce sont les lieux où l’histoire de votre vie passée et présente vous a placés : votre famille, le monde professionnel, le monde associatif, le diocèse », dira le Père Noël Calvarin, en fin de Congrès. L’objectif prioritaire de votre mission est un témoignage de l’Evangile. St François de Sales disait : « il nous faut fleurir là où nous sommes plantés. »

rencontre nationale cooperateurs 2017 004

 


Mot du jour

52 paroles s1 e3

Étonnant, on imaginait les repas de famille barbants pour les jeunes, eh bien non ! Ceux-ci sont plébiscités et appréciés comme un important moment de convivialité, un temps d’échange où rire et complicité sont un trait d’union.

La famille est un lieu de partage « où on peut se dire les choses, parler de tout. Madyson emploie le mot « complice», Anthony les termes « solidaire et fusionnel » pour l’évoquer.

Mais, au-delà des parents, la fratrie n’est pas oubliée ni les grands-parents. Autant de relations d’amour partagées et de tendresse. Bref, globalement, la famille a la cote.

Question : le monde adulte n’aurait-il pas tendance à négliger ou gommer ces temps de partage et de convivialité au profit d’échanges virtuels via les portables ou les tablettes ?

Voir le 3è épisode : Qu’aimes-tu dans ta famille ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite