cooperateurs 01 Les Salésiens Coopérateurs remontent au temps de Don Bosco, qui avait très vite voulu travailler avec des laïcs au service de l’éducation des jeunes. Dès 1850, il les associait à sa mission au Valdocco à Turin. C’est en 1876 que leur existence officielle est reconnue. Petit aperçu historique d’une branche de la Famille Salésienne avec son originalité propre.

 

Salésien Coopérateur : quelle identité ?

L’identité du Salésien Coopérateur réside surtout dans la mission qui lui est propre : la construction d’un monde vraiment humain et l’édification de l’église locale et universelle, spécialement par les jeunes. Don Bosco écrivait que « devenir Coopérateurs salésiens était un moyen pratique de se rendre utile à la société et de favoriser les bonnes mœurs ». Don Bosco parlait encore « d’honnêtes citoyens et de bons chrétiens » ! Il s’agit de bien saisir le sens de ces paroles et de les traduire aujourd’hui dans un engagement concret. C’était la tâche et la responsabilité du Congrès des Salésiens Coopérateurs qui a eu lieu début octobre.

« Don Bosco était un “ rêveur ”. Il souhaitait que ses
successeurs soient des utopistes réalistes. »

Appartenir à la masse et en posséder la parole 

Le Salésien Coopérateur doit « appartenir à la masse et en posséder la parole », écrit le Père Casti. Cela veut dire que le Salésien Coopérateur doit être la voix de ceux qui n’ont pas de voix, des pauvres, des défavorisés socialement. « La recherche du bien commun nécessite une recherche permanente, une progression graduelle. Il faut de la persévérance et une certaine rigueur. »

Pour une époque comme la nôtre le Salésien Coopérateur doit se poser face aux urgences qui interpellent et aux attentes surtout des plus faibles et des plus menacés par l’insécurité économico-politique. Et cela selon une éthique qui fasse grandir, qui rejette la vanité et qui recherche la vérité. Si Don Bosco était un « rêveur », il souhaitait que ses successeurs soient des utopistes réalistes.

Dans le monde entier

Aujourd’hui la présence des Salésiens Coopérateurs se développe dans le monde entier sur les cinq continents. Leur nombre dépasse 30.000 répartis dans 60 pays. C’est ce que démontra Filippo Servili, secrétaire mondial des Coopérateurs. Leurs différentes missions et leur style de vie colorent leurs actions partout où ils sont. « J’ai fait le brouillon, vous mettrez les couleurs » disait Don Bosco.

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite