Week end Don Bosco 2018 04 Deux cent cinquante membres de la famille salésienne se sont réunis à Samoëns, fin octobre, pour célébrer les 10 ans du Week-end Don Bosco jeunes et familles. Ce rassemblement national fut lancé en 2008 à Grasse (là aussi, dans un village-vacances de l’AEC) et s’efforce de proposer un temps de vacances alliant détente, jeux, réflexion et spiritualité, dans un climat que l’on pourrait qualifier de « familial », ou de « salésien » !Logo video80

 

Week end Don Bosco 2018 05 « Je me suis très vite sentie comme à la maison », explique Inès, étudiante lyonnaise, qui venait pour la première fois. « Nous avons pu à la fois prendre du temps en famille, en couple, pour soi, avec les autres et avec Dieu, en étant déchargés de toutes les contraintes matérielles du quotidien », résument Claire et Laurent, de Dieppe, qui venaient aussi pour la première fois. « C’est un concept génial ».

4 grands témoins

Week end Don Bosco 2018 03 Chaque matin, des « grands témoins » sont venus interpeller les participants.

Mgr Cristobal Lopez, archevêque de Rabat : « Je viens vous dire : les musulmans ne sont pas concurrents, ni adversaires, encore moins ennemis. Nous ne sommes pas Pepsi-Cola et Coca-Cola. » 

Le père Xavier de Verchère, économe provincial des Salésiens, et aumônier national des Scouts de France : « Jamboree, Taizé, JMJ, … Les temps forts de rassemblement entre jeunes sont les meilleurs antidotes aux conflits mondiaux. »

Et enfin, lors de la dernière matinée, le père Jean-Marie Petitclerc, vicaire provincial des salésiens, autour de son livre « Prévenir la radicalisation des jeunes » : « La fraternité pour le chrétien n’est pas de l’ordre du devoir mais de la grâce. Toute la foi chrétienne tient en une équation : si Dieu est mon Père, alors les autres sont mes frères. »

 

 

Des activités en famille

Week end Don Bosco 2018 12 D’autres temps forts ont évidemment marqué les participants : le Boscathlon, cette randonnée sportive devenue un « classique » du rassemblement : la veillée « grand jeu » ou, nouveauté de cette édition 2018, les Jeux Bosc’Olympiques qui ont permis aux adultes et aux enfants de jouer tous ensemble, souvent en famille. Sans oublier la veillée spirituelle qui, en cette soirée du 1er novembre, a permis de méditer sur le thème de la sainteté.

L’esprit de famille au cœur du rassemblement

Week end Don Bosco 2018 08 Le week-end Don Bosco, c’est aussi une ambiance fraternelle. « On sent une organisation complexe, mais c’est impressionnant. Je retourne au boulot sereine et ressourcée. La tolérance, la bienveillance, l’humilité que l’on ressent fait beaucoup de bien », indique Lucie, infirmière près de Lille, ancienne élève de Bailleul. « Je dirai que le week-end Don Bosco famille m’a montré ce qu’était l’esprit de famille si cher à Don Bosco et à la famille salésienne. Nous étions tous ensemble, chacun faisant attention aux autres, nous étions des frères les uns pour les autres, que l’on vienne en tant que grand-parent ou que l’on ait 5 ans !, souligne Marie, étudiante à Paris, ancienne élève des Minimes-Lyon.

Week end Don Bosco 2018 07 Ce qui a marqué Claire, de son côté ? « Ce mélange intergénérationnel allant des grands-parents aux bébés. Ces jeunes qui prennent le micro pour dire leur prière, bel exemple pour les plus jeunes ! Ces volontaires (des animateurs issus pour la plupart du Mouvement salésien des jeunes, MSJ) qui se sont occupés des enfants avec sourires et bienveillances. Mon aîné tellement timide mais qui est monté sur scène pour faire les scénettes de la soirée des talents… »

Tout est construit autour de trois mots : « joie, simplicité, sainteté... »

Week end Don Bosco 2018 06 Voulu par les organisateurs (les fédérations d’anciens élèves et amis de Don Bosco), l’intergénérationnel était en effet, cette année encore, favorisé. « Il y a des pépites à fleur de sol. On n'a pas besoin de se baisser pour en faire sa joie, de les prendre pour les garder. C'est ma découverte de grand-mère, avec mes deux petits-fils, témoigne Nicole, qui venait de Lyon. De jour en jour, leur sourire a été plus clair, leur espace plus ample, les mains qu'ils ont tenues, différentes. Joie de partager avec eux rires, sourires, rencontres et l'accueil d'une famille bien plus grande où chacun est unique moins par ce qu'il fait, que par la qualité de sa présence. Etre là, s'aventurer dans la confiance et prendre la main de mes petits : j'ai encore plus aimé être grand-mère ! » Finalement, complète Florence, ancienne volontaire VIDES et membre de l’équipe d’organisation, tout est construit autour de trois mots : « joie, simplicité, sainteté... »

Week end Don Bosco 2018 02 Un soin particulier avait également été mis dans la préparation des temps de prière, notamment des célébrations. Et dans le partage entre les participants et la dizaine de religieux salésiens présents. Comment l’attester ? Laissons la parole à Alexandre, Amandine et Maël, 10, 8 et 5 ans. La semaine suivant le week-end Don Bosco, en sortant de la messe dominicale au village, leur mine trahissait l’ennui, raconte Laurent, leur papa. « Alors, c’était pas mieux les messes Don Bosco ? », leur ai-je demandé. « Ouais, trop ! »

 

Week end Don Bosco 2018 09 « Pour moi, salésien de Don Bosco, je reste émerveillé de l'esprit de famille qui se vit à Samoëns entre les différentes familles, entre petits et grands, entre ouvriers et PDG, entre ceux du Nord, du Sud, de l'Ouest, de la Savoie, de Lyon ou d'Argenteuil, entre enfants, ados, animateurs, parents, grands-parents et consacrés, conclut pour sa part le père Xavier Ernst, salésien, délégué provincial à la pastorale des jeunes.. Chacun devient acteur à sa manière de la réussite de ce rassemblement. A travers les prières, les célébrations, les témoignages, les échanges, les jeux, les animations, les veillées, les danses, la détente, le Week-end Don Bosco Jeunes et Familles intègre pleinement toutes les dimensions de l'esprit de Don Bosco où chacun est rejoint dans ses attentes et en ressort grandi et comblé de joie ! Le rendez-vous est pris pour plonger dans un nouveau bain de famille salésienne à Lourdes l'année prochaine... »


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite