VIDES amadine Amandine, une ancienne élève de BTS, promo 2018, au lycée Jeanne-d’Arc à Thonon a vécu l’expérience du volontariat au V.I.D.È.S. Elle témoigne :

 

« J'ai vu plein d'activités différentes lors de mon volontariat local :

Premièrement, la vie en communauté. J'ai adoré vivre avec les Sœurs, de partager les repas, les rires et de participer à leurs différentes activités (qui m’a permis de voir concrètement leurs engagements et leurs manières de fonctionner afin d'en faire de même).

Deuxièmement, les différentes tâches. J'étais, en semaine scolaire, à l'école où je donnais un coup de main dans les classes de CE1 et CP. Cela m’a permis de voir les différents niveaux des élèves et de m’adapter en fonction des difficultés. Si mes explications n’étaient pas comprises, je cherchais une autre manière d'expliquer. J'ai également vu les cours et les méthodes d'apprentissage. Il y avait aussi les moments de récré où les enfants aimaient que je joue avec eux. Les midis, j'étais de service à la cantine où je m’occupais, avec d'autres, de faire manger les petits, de les servir et aider à débarrasser les plateaux et nettoyer. Cela ne me pose pas de problème. Enfin, le soir j'étais au soutien scolaire, cela m’a beaucoup plu car moi-même en ayant eu des difficultés à l'école, je me suis rendu compte que je pouvais aider au niveau scolaire.

Prête à partir !

Alors que quand j’étais plus jeune cela était dur pour moi et je n’aurai jamais pensé, à cette époque-là, être un jour capable d'aider les autres sur ce dont j’ai eu tant de mal à assimiler. Les Mercredis et les samedis, il y avait la partie animation où j'ai appris, avec les autres, comment préparer un après-midi de jeu (aussi bien penser aux idées que de préparer le matériel), les animer et faire la relecture de chaque journée pour voir ce qu'il y avait à améliorer (au niveau du jeu comme de relationnel ou de l'organisation). C'était quelque chose que je ne connaissais pas l'animation, j'ai apprécié pourvoir l'exercer en essayant de rester et de véhiculer les règles du Valdocco selon la pédagogie de Don Bosco.

Ce volontariat m’a permis de savoir m'adapter aux enfants et d'être avec eux mais aussi de découvrir la vie en communauté que j'ai appréciée.

Maintenant, Je suis prête à partir… loin pour grandir encore et faire grandir ! Merci V.I.D.È.S. !


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e12

Ce témoignage n’appelle pas de commentaire mais du respect, respect pour un témoignage courageux qui ne s’apitoie pas malgré les difficultés bien réelles de s’accepter et d’être accepté. William nous donne une belle leçon de tolérance.

« On est tous pareil, on a des différences physiques, ethniques, religieuses… on est tous pareil… ». Sans contradiction William nous dit encore : « On est tous différents et c’est comme ça, il nous faut faire avec… si on est sur terre, c’est pour faire quelque chose, on n’est pas là par hasard… on est entre frères et sœurs, on devrait s’accepter que l’on soit d’une religion, d’une sexualité différente, d’une ethnie différente… Ce serait bien que tout le monde célèbre nos ressemblances plutôt que de regarder nos différences. »

Question : Où en suis-je de mon acceptation de moi-même et de la différence des autres ?

Voir le 12è épisode : S’accepter ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite