colette pteColette Schaumont vient de publier une biographie de Don Bosco, "Da mihi animas", éditée par les Éditions Don Bosco de Paris. Il met l'accent sur les choix décisifs que Don Bosco a fait dans sa vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DBA : D'où est venue l'idée de ce livre ? Quels ont été vos choix ?


C.S. : Chaque année, le Centre de formation et animation Don Bosco de Louvain produit un outil pour faire connaître Don Bosco. L'équipe souhaitait une biographie car la recherche salésienne a beaucoup avancé ces trente dernières années et les mentalités ont beaucoup évolué. Il faut actualiser. Nous voulions un ouvrage historiquement "correct", pas plus de deux cents pages, accessible et attrayant pour un premier contact. Nous avons choisi de synthétiser l'histoire de Don Bosco à partir des choix décisifs qu'il a faits dans sa vie.

 

 

DBA : Quelle image ressort globalement de cette exploration ?


C.S. : On a raconté la vie de Jean Bosco comme si les choses avaient toujours été claires dans sa vie. Mais cette clarté n'existe pas : il a mis du temps à s'émanciper de son milieu paysan par les études, il a hésité au moment d'entrer au séminaire, et plus tard dans le choix de son apostolat comme prêtre. Être franciscain, partir comme missionnaire ? Don Bosco n'est pas tombé du ciel comme un saint. Il a écouté Don Cafasso qui lui rappelait les limites de sa santé, et sa mère qui lui fait comprendre qu'il peut revenir en arrière.

 

DBA : Qu'est-ce qui vous a touchée dans votre recherche ?


C.S. : Le "Da mihi animas", c'est crucial, tout ce qu'il a fait part de cette passion pour Dieu et pour les jeunes. Le but poursuivi est très clair, mais dans son agir, il est très souple : il saisit les opportunités, emprunte des chemins nouveaux, il ne sait pas, il tâtonne, mais comme il sait où il veut aller, tout lui profite. N'empêche qu'il travaille dur pour réussir. Sa chance, c'est d'être contagieux, de susciter l'enthousiasme.

 

Couv Da mihi animasDBA : Don Bosco apparaît comme un meneur...


C.S. : Il a toujours eu des gens autour de lui, il n'a jamais agi seul. Certains ont joué un rôle crucial en restant dans l'ombre. Don Borel est celui qui a maintenu l'existence de l'oratoire pendant les mois de maladie et de convalescence de Don Bosco. Il a été son mentor chez la marquise, c'est lui qui signe les premiers contrats de travail, qui garantit l'achat de la maison Pinardi. Maman Marguerite a pratiquement tenu l'économat pendant des années. Aujourd'hui encore, la pédagogie salésienne n'est pas l'affaire d'individus charismatiques : elle est portée par une communauté éducative. Don Bosco ne force pas, mais il dirige les ressources de chacun au profit du projet commun.

 

DBA : Cette communauté éducative qu'il créé, les jeunes en font partie...


C.S. : Absolument. Don Bosco traite les jeunes en groupe, et pas seulement dans des relations individuelles. C'est la dynamique du groupe, l'atmosphère créée qui suscite chez les jeunes le désir de participer à une joie commune et communicative. C'est une source de changement, et même de guérison.

 

DBA : Pour Don Bosco, tout converge ? Il y a de l'unité dans sa vie ?


C.S. : Pour Don Bosco, la pastorale et la pédagogie sont intrinsèquement unies. C'est dans son rapport à Dieu que le jeune va mieux se connaître et trouver sa vocation. Il faudrait présenter de façon neuve cette notion d'appel. Qu'est-ce qui nourrit ta vie ? Dieu va t'aider à te regarder en profondeur et à devenir ce que tu es. Il ne s'agit pas seulement d'affirmer son ego individualiste, mais de participer à quelque chose de plus grand que soi, une fraternité. C'est un grand défi.
Don Bosco place la barre très haut : il parle d'appel à la sainteté. Mais en même temps, il propose un idéal très incarné : des petits défis réalisables. Les jeunes savaient qu'ils pouvaient faire ce qu'il proposait.

 

QUI ETES VOUS ?

 
Colette Schaumont dirige l'équipe du "Centre de formation et animation Don Bosco" de la Province salésienne flamande à Oud-Heverlee (Louvain).
"J'ai une formation en théologie et j'ai enseigné de la religion. À un moment donné, j'étais en recherche de spiritualité, et j'ai trouvé la réponse à mes aspirations dans la personne de Don Bosco, en travaillant au Centre salésien."

Le Centre Don Bosco de formation et d'animation a été voulu par les salésiens flamands comme outil pour transmettre de façon vivante la tradition salésienne.

Ce centre propose un programme de formation pour les laïcs, de plus en plus nombreux à travailler dans les écoles et les maisons sociales.

 

DBA : Quels étaient ses rapports avec l'Église ?


C.S. : D'un côté, il est très loyal envers le pape et les évêques. Mais il essaie toujours de faire autrement. Il a mis vingt ans pour écrire les constitutions des salésiens, et ce fut un travail épuisant, car il voulait se dégager du modèle qu'on lui imposait. L'Église avait raison sur certains points, mais des intuitions ont été étouffées. Il avait la vision d'une congrégation où les laïcs trouveraient place : ce qui lui importait, c'était de former une équipe stable pour assurer la continuité de son oeuvre. Finalement, il a accepté les conditions qu'on lui faisait ; le résultat le satisfaisait... Mais il exploitait habilement la marge de manœuvre qu'on lui laissait. Il "adapte" déjà quand il traduit l'original latin en italien.

 

DBA : Est-ce que votre sensibilité féminine apporte quelque chose de neuf ?


C.S. : Pas vraiment, car je suis tributaire des recherches faites avant moi par des chercheurs masculins. Cependant, personnellement, je continue de m'interroger sur la psychologie de Don Bosco, j'essaie de me mettre dans ses souliers : qu'est-ce qui lui a fait mal ? Quelle était sa vie intérieure ? Don Bosco reste discret à ce sujet. En particulier, ce qui me touche, c'est la dimension de souffrance dans sa vie. On le présente souvent comme un garçon robuste, et pourtant, dès sa jeunesse, il a une santé fragile. Au séminaire, il vit une période où il a perdu le goût de vivre. À la fin de sa vie, séquelle de sa tuberculose, il manque de souffle au point de ne pas pouvoir parler. Mais il a une grande capacité de résilience qui lui vient de sa force intérieure.

 

DBA : Comment voyez-vous la personnalité de Don Bosco ?


C.S. : Fascinante et pleine de contrastes. L'angoisse a toujours fait partie de sa vie, c'était un homme tourmenté, qui faisait des cauchemars. Il était plein de peurs. Mais il ne s'est pas laissé paralyser, il a développé une confiance stupéfiante qui le fait aller de l'avant ; il apparaît serein quand il marche vers son but. C'est un leader fort, qui tient tout en mains, éprouve le besoin de tout contrôler et, en même temps, il sait collaborer, il confie des responsabilités extraordinaires. À la fin de sa vie, il sait lâcher prise pour permettre aux autres de prendre leur place : c'est son oeuvre qui importe. Il a construit son oeuvre de façon très hiérarchique, le père est le chef. Et en même temps, il donne des libertés, il laisse un espace où ses collaborateurs et ses jeunes expérimentent cette liberté et sont eux-mêmes. Je pense que c'est sa capacité de communiquer qui lui permet de maintenir ensemble les extrêmes.

 Jean-Françoise Meurs

15 février 2013

Pour aller plus loin

  •  Jean Bosco, Souvenirs autobiographiques, EDB Paris. Don Bosco écrit les souvenirs de ses premières 40 années.
  •  Atelier Multimédia Don Bosco, « Don Bosco, l'aventure d'une vie ». Album illustré. La biographie incrustée dans le contexte historique, accompagnée de réflexions sur la spiritualité et la pédagogie. Disponible aux Éditions Don Bosco (12 euros)
  •  Francis Desramaut, « La vie de Don Bosco ». Approche historique très documentée. Éditions Don Bosco (29 euros)
  •  Teresio Bosco, « Don Bosco ». Biographie, existe en deux versions (longue et courte), Éditions Don Bosco (15 ou 7 euros, selon la version)
  •  Françoise Bouchard, « Don Bosco par la force du cœur », biographie tous publics, Éditions Salvator (19,90 euros).
  •  Jijé, « La vie prodigieuse et héroïque de Don Bosco », la célèbre bande dessinée, éd. Du Triomphe, disponible aux Éditions Don Bosco.
  •  Atelier Multimédia, « Aux racines d'un rêve, pèlerin sur les pas de Don Bosco » : visite des lieux où Don Bosco a vécu, et approche narrative de la vie de Don Bosco. Album et DVD, Éditions du Signe (12,50 euros), disponible aux Éditions Don Bosco.
  •  Atelier Multimédia, « Sur la corde raide ». Le DVD présente un spectacle musical sur Don Bosco (1 h 15) et le livre donne des clés de compréhension. Album et DVD, Éditions Don Bosco (24,90 euros).

Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e3

L’épreuve la plus difficile souvent citée est le harcèlement. Héloïse l’a particulièrement subi. « Tout le monde qui te regarde de haut en bas sur les réseaux sociaux, comme une pourriture, comme un déchet… Il faut respecter chaque personne au monde. » Et puis, il y a le racisme sous toutes ses formes.

Inès nous dit avoir reçu des paroles blessantes concernant ses origines. Elle s’interroge : « On se dit parfois qu’on n’est pas intégrée alors que si, peut-être que non. On ne sait pas très bien en fait. » Le métissage de Mélissa entraîne, pour elle aussi ,des réflexions sur les avantages et les inconvénient de sa situation qui la laisse sans voix. « Je ne sais pas que dire à part être outrée. »

Question : Face à ces paroles qui détruisent quelles paroles constructives sommes-nous capables d’opposer ?

Voir le 2 épisode de la saison 2 : Le poids des mots ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite