Giraud 355Hervé Giraud rend hommage à Xavier Thévenot, théologien et humaniste salésien. Hervé Giraud est l’évêque de Soissons, Laon et Saint-Quentin ; il répond plus spécifiquement à la question de l’apport de la théologie morale de Xavier Thévenot pour la conduite pastorale d’un diocèse. DBA lui donne la parole.

 

 

 

« Autrement dit...» : c'était tout l'aspect éducatif de Xavier Thévenot

« Autrement dit » telle était l’expression de Xavier Thévenot que j’avais retenue pour ma thèse… qui ne vit jamais le jour ! Xavier l’employait souvent et elle me sert désormais quotidiennement, depuis plus de dix ans, dans mon ministère épiscopal. Par sa connaissance des sciences humaines, ce salésien avait le don de rendre accessibles des vérités morales, pastorales ou spirituelles. Comme évêque je pense souvent à cet « autrement  dit » pour exprimer la foi avec les mots, les images, les événements d’aujourd'hui. C’était tout l’aspect éducatif de Xavier, si essentiel dans une mission épiscopale dont l’autorité n’a pour but que de faire grandir dans le Christ.

 

Xavier Thévenot parlait de chasteté pastorale : une distance qui n'est pas extériorité

Son héritage réside également en des mots importants de mon ministère. Xavier parlait de médiation, cette médiation si utile pour réconcilier et faire vivre la communion. Il évoquait aussi la chasteté pastorale pour vivre une distance qui ne soit pas extériorité dans le rapport avec les gens. La finitude était aussi un thème important pour rester dans une logique d’incarnation et d’attention à la réalité. Mais le mot qu’il a peut-être le plus développé est celui d’humanisation pour que la divinisation baptismale s’extériorise, pour que la foi se développe en amour, amour qu’il a lui-même vécu dans la souffrance, en nous invitant à ne pas aimer la souffrance.

 

« Xavier Thévenot m’a donné le sens de la proximité, de l’écoute, de l’humanité »

 

 

xavier-thevenot-2Son héritage se manifeste aussi à travers des trilogies qui nourrissent ma réflexion. Il aimait dire qu’il fallait circuler dans les mystères du rosaire pour aider les gens à ne pas se complaire dans un état, circuler dans la Trinité pour vivre les relations d’une manière différenciée (en famille, dans le travail, dans l’Église). Il invitait aussi à circuler dans le Triduum pascal pour apprendre à traverser chaque épreuve personnelle ou pastorale moins comme un travail de deuil qu’un travail de Pâques. Il en était encore de même pour les vertus théologales (foi, espérance, charité), ainsi que pour le vrai, le beau, le bon. Mais son apport le plus décisif aura été celui de l’articulation entre les trois dimensions de la morale : l’universel, le particulier et le singulier. Il circulait entre les principes généraux universels, les normes morales et la prise en compte de la personne singulière.

 

Avec lui, j’ai appris qu’une morale est toujours en situation

Son héritage se présente ainsi comme des repères de morale, repères dont il avait compris la nécessité pour  redire le rôle de la conscience et celui de la loi (notamment la loi naturelle). Avec lui j’ai appris qu’une morale est toujours en situation pour ne pas être une morale de situation, qu’une sainteté pastorale se vit avec ses imperfections. Là aussi il utilisait des trilogies : trois interdits fondamentaux (fusion, meurtre, mensonge) ; trois fonctions de la sexualité (relationnel, procréatrice, plaisir) ; trois rocs du réel (espace, temps, sexe).

 

Son dernier héritage est celui de dire la joie… alors qu’il n’en débordait pas ! Mais justement il m’a ainsi appris à parler aussi de ce qu’on n’éprouve pas : l’homme raisonnable sait dépasser sa propre expérience.

 

En 2003, lorsque je fus nommé évêque, il me donna un conseil que je n’ai pas oublié : « Demande deux dons au Seigneur : celui d’une parole libre que nul ne peut enchaîner et celui d’une infinie miséricorde envers ton presbyterium ». Autrement dit… Xavier m’a donné le sens de la proximité, de l’écoute, de l’humanité, et finalement de l’action de grâce, celle qui permet déjà de vivre en « ressuscités avec le Christ » (Col 3,1).

 

Hervé Giraud,

évêque de Soissons, Laon et Saint-Quentin
3 juillet 2014

  

 

  

RETROUVEZ CET ARTICLE DANS DON BOSCO AUJOURD'HUI

 

DBA Thevenot 979 355Don Bosco Aujourd'hui rend hommage à Xavier Thévenot. 

 

Il y a dix ans, Xavier Thévenot, docteur en théologie morale, quittait ce monde. Don Bosco Aujourd’hui rend hommage à ce grand théologien et humaniste salésien en donnant la parole à quatre de ses anciens étudiants, leur demandant l’héritage qu’ils estiment avoir reçu de Xavier Thévenot, leur posant également la question de la pertinence de son message pour aujourd’hui. Parmi ces étudiants, trois sont actuellement à leur tour théologiens moralistes, Philippe Bordeyne, Geneviève Medevielle, Catherine Fino. Le quatrième est l’évêque de Soissons, Laon et Saint-Quentin qui a répondu plus spécifiquement à la question de l’apport de la théologie morale de Xavier Thévenot pour la conduite pastorale d’un diocèse. DBA leur donne tour à tour la parole.

 

Le dossier est coordonné par Joël Drouin, fma.

 

 

 

Don Bosco Aujourd'hui est la revue des salésien de Don Bosco de France et Belgique. Il communique les éléments clés de la pédagogie et le charisme de Don Bosco et les nouvelles des maisons salésiennes : établissements, centres sociaux, paroisses.

Abonnement à Don Bosco Aujourd'hui. (1an/20€)

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


 


Mot du jour

52 paroles s1 e3

Étonnant, on imaginait les repas de famille barbants pour les jeunes, eh bien non ! Ceux-ci sont plébiscités et appréciés comme un important moment de convivialité, un temps d’échange où rire et complicité sont un trait d’union.

La famille est un lieu de partage « où on peut se dire les choses, parler de tout. Madyson emploie le mot « complice», Anthony les termes « solidaire et fusionnel » pour l’évoquer.

Mais, au-delà des parents, la fratrie n’est pas oubliée ni les grands-parents. Autant de relations d’amour partagées et de tendresse. Bref, globalement, la famille a la cote.

Question : le monde adulte n’aurait-il pas tendance à négliger ou gommer ces temps de partage et de convivialité au profit d’échanges virtuels via les portables ou les tablettes ?

Voir le 3è épisode : Qu’aimes-tu dans ta famille ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite