thierry marx et don bosco 004 Créateur d'une école dans le 20ème arrondissement dont il est originaire, Thierry Marx considère la cuisine comme « un lien naturel et social qui peut rassembler les hommes ». C'est un homme des plateaux TV, connu du grand public. Mais ce que l'on sait moins, c'est qu'il a été au patronage salésien du quartier Ménilmontant à Paris.

 

 

Don Bosco Aujourd'hui : Faire confiance, susciter le désir, ce sont les points-clés de votre projet pédagogique ?

Thierry Marx : Oui. Aider les jeunes à bâtir un projet, à faire naitre le désir du projet. Quand il y a un projet, on n'est plus dans le comment on fait les choses, mais pourquoi on doit les faire. C'est ça qui est important, cette notion du pourquoi. Pourquoi je me mettrais à apprendre à lire et à écrire.... Quelle importance ? Mais j'ai un projet ! Et une des clés de ce projet, c'est la lecture. Du coup, tout devient facile. C'est cette énergie qui m'intéresse. C'est l'énergie du pourquoi.

 

 

C'est cette énergie que l'on devrait remettre en œuvre. Sinon les frustrations deviennent trop importantes et on n'arrive pas à passer au-dessus. Ce qui fait traverser les frustrations, c'est le projet.

 

 

D.B.A. : Vous venez d'une origine sociale très modeste. Qu'est-ce qui vous a permis de vous mettre en projet ?

T. M. : J'ai eu de la chance. J'ai rencontré des adultes, de vrais adultes, des gens qui avaient eu des trajets, de vraies vies. Des boulangers, des métallos. Ils m'ont montré des chemins que j'ai choisis, ils m'ont appris les codes.

 

Quand je suis revenu dans mes quartiers de jeunesse, je me suis rendu compte qu'on avait dilué l'adulte. Les personnes ont des emplois précaires. Il n'y a plus de possibilité d'évolution sociale. Les jeunes n'ont plus l'occasion de rencontrer des personnes qui ont des parcours bien vécus.

 

« Le jeudi, on se retrouvait tous au patronage Don Bosco »

 

Il est bien plus difficile pour les adultes aujourd'hui de montrer la voie pour des jeunes qu'auparavant. Dans mes écoles, je fais appel à des formateurs qui ont un vrai parcours de vie. Pour moi, c'est important.

Je dis aux politiques : remettons la marche économique en place et refaisons l'exemplarité des adultes, remettons l'escalier social en place, donnons une chance – égale pour tous – pour que chacun puisse avancer dans ses projets.

 

D.B.A. : Le patronage Don Bosco à Ménilmontant est un lieu que vous avez connu, fréquenté ?

thierry marx et don bosco 003 Jean-Marie Petitclerc reçoit le prix  de l'éthique des mains du lauréat 2012, Thierry Marx.T. M. : J'ai grandi dans le 20è arrondissement de Paris, au 140 rue du Ménilmontant. Le jeudi, on se retrouvait tous au patronage Don Bosco, toutes communautés confondues. C'était drôle : on apprenait le football, la musique... A cette époque-là, on ne parlait pas d'intégration. On se retrouvait avec des gens qui venaient du Maghreb et d'Afrique noire, des personnes issues des communautés juives. On se trouvait là pour partager des valeurs simples, des valeurs qui font qu'on se construit ensemble. J'ai eu beaucoup de regrets au moment de la disparition de ce patronage.

J'ai essayé de militer à un moment donné pour garder cette force vive. C'était un phare pour nous dans les années 70. C'était notre cour de récréation, on y vivait la connaissance de l'autre.

 

 

« Oui, Don Bosco est un modèle. »

 

 

D.B.A. : Lutter contre le désœuvrement des jeunes, mettre en place des conditions d'embauche acceptables... C'est un peu ce que faisait Don Bosco.

T. M. : Oui, c'est un modèle. Qu'est-ce que Don Bosco a cherché à faire ? Construire des hommes libres, les instruire. Cette formation permet d'éviter l'écueil de la frustration et d'aller suivre n'importe quel gourou venu. Il faut montrer aux jeunes qu'ils peuvent être des hommes libres et indépendants. Il y a un travail de longue haleine à faire pour remettre le travail à sa place, et surtout l'égalité. On est tous inégaux face à la vie. L'écriture de fraternité est quelque chose à quoi je tiens toujours. Ce n'est pas une écriture qui se saccade selon les époques, c'est une écriture en continu. Osons l'autre. C'est cela : Osons les autres.

L'engagement de Don Bosco, l'engagement que nous mettons en place dans les écoles, c'est l'environnement. L'environnement, ce n'est pas seulement les eaux et forêts. L'environnement, c'est l'homme. Les hommes.

 

 

Propos recueillis par Hélène BOISSIERE MABILLE
10 février 2016

 

 

Cuisine mode d'emploi
L'école de Thierry Marx

 

thierry marx et don bosco 001Située dans un quartier populaire de Paris, Ecole Mode d'emploi, est une école gratuite et exigeante, de commis de cuisine. Elle est ouverte à tous. En particulier aux personnes au parcours fragmenté. Les formations sont payées grâce aux apports de la mairie du XXè arrondissement, des mécènes, de l'État. La formation a du succès. Et pour cause : en deux mois, les stagiaires apprennent 400 recettes de cuisine. Cinq formations ont lieu par an et 95 % des stagiaires retrouvent ensuite un emploi.

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Maman et femme de Philippe, handicapé, Martha
Kayser avait ému au " Week-end Don Bosco 2016 "
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Margot et Margot
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite