IDBL-exposition-salesiens-Liege En décembre dernier, les élèves de l'Institut Saint-Luc de Liège ont présenté une sélection de clichés, en vue de l'exposition présentée à partir du 30 janvier dans les établissements salésiens de Belgique. Récit d'une matinée enthousiasmante.

 

 

Mercredi 3 décembre. Dans le labo, les jeunes attendent fébrilement l'heure de leur passage. Dans la pièce à côté, le jury décortique le travail de Loukas, élève en 6e Technique de Qualification à l'Institut Saint-Luc de Liège, le premier à passer. Face à lui, Isabelle Gathot, directrice de l'école et du centre d'apprentissage de Liège et coordinatrice du projet, l'interroge : « que retires-tu de ce projet ? »

 

- Comparé à celui de l'an dernier, ce travail m'a encouragé à me rapprocher beaucoup plus de mes sujets. C'est vraiment une capacité que je souhaitais acquérir, mais je n'y étais pas parvenu l'an dernier. Le fait de m'être rapproché donne de la vie à mes photos, et permet de ressentir les éléments qui s'en dégagent.

 

Comme Loukas, une trentaine d'élèves ont été chargés, par leurs professeurs, de répondre à la commande de l'ADIDB : illustrer, en photo, les trois mots-clés de la pédagogie salésienne, « accueil », « joie » et « bienveillance ».

 

Des travaux d'une qualité remarquable

exposition salesiens pedagogie liege

C'est au tour de Manon, une ado souriante et énergique, de présenter sa sélection. Le jury pointe rapidement du doigt une photo merveilleuse : une fille en train d'offrir un sourire radieux à l'objectif. « La confiance est plus difficile à mettre en photo, car elle transparaît surtout dans les paroles, avoue-t-elle. Du coup, j'ai essayé de la présenter à travers les échanges que je pouvais observer, à travers l'expression des visages ».

 

Entre octobre et novembre 2014, les étudiants ont passé trois jours dans chacun des huit établissements salésiens que compte la Belgique francophone. Ils bénéficiaient sur place d'une totale liberté de mouvement, afin que leurs travaux soient les plus représentatifs possibles. « J'ai beaucoup aimé le contact avec les élèves, qui représentent spontanément la joie, poursuit Manon. De leur côté, les professeurs nous ont facilité la tâche, en faisant en sorte que les élèves ne s'occupent pas de nous ».

 

Le passage devant le jury, ce 3 décembre, n'a qu'une finalité : permettre aux directeurs des établissements salésiens de veiller au respect, par les élèves, de la commande passée. Verdict ? « Nous sommes vraiment subjugués par la qualité du travail », commente le Père Xavier Ernst, de la paroisse Saint-François-de-Sales, par ailleurs membre du jury et qui avait, l'an passé, présenté la figure de Don Bosco aux élèves des Instituts Saint-Luc de Liège et Tournai.

 

« Une bonne expérience » pour les participants

A vos agendas !

 

Le vernissage de l’exposition "Don Bosco, le bicentenaire" aura lieu le 30 janvier à l’Institut Don Bosco de Liège (59, rue des Wallons), à 17h30. Les clichés seront visibles sur place jusqu’au 7 février, avant de partir vers Remouchamps, Bruxelles, Huy, Verviers et Tournai. Entrée libre (voir les dates de présentation dans ces établissements)

Une sélection d'une quarantaine de clichés sera exposée, dès le 30 janvier prochain, dans les établissements salésiens de Belgique francophone. Une digne récompense pour les élèves, dont les travaux seront notés et compteront pour l'attribution du diplôme, en juin prochain.

 

Ont-ils aimé cet exercice quelque peu singulier ? « C'est une bonne expérience, qui prépare à la vie future », glisse Kezia. « J'ai vraiment aimé faire ce travail », commente Mélanie. Quant à Danaé, elle avoue : « j'ai appris que je pouvais me faire confiance et faire confiance aux autres ».

 

La force et la nature d'un projet salésien résident dans sa capacité à satisfaire tous ceux qui s'y impliquent.

 

 

Rémi Favresse

16 janvier 2015


Mot du jour

L’huître. Elle renferme l’une des pierres les plus précieuses : la perle. La conception de cette dernière est riche d’enseignement : elle n’est qu’autre qu’une épreuve dans la vie d’une huître.

Lorsqu’un objet irritant, tel un grain de sable par exemple, s’introduit dans l’huître, elle fabrique alors naturellement, autour de celui-ci, une enveloppe de nacre laissant apparaître, quelques temps plus tard, une magnifique perle.

Nos préoccupations, nos attentes, nos doutes… sont quelquefois comme ces grains de sable. Ils viennent nous contrarier laissant entrevoir une brume, parfois épaisse, au cœur de notre vie. Mais si nous laissons Dieu faire son œuvre en nous, alors naîtront des « perles de grand prix ».

Laissons tous les grains de sable de notre quotidien façonner des perles dans nos vies !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi