ganesh-inde 355« Don Bosco Way »  est une méthode d'apprentissage créée en réponse à une demande de Don Bosco Institute of Technology de Kurla (province de Mumbai) à destination de ses enseignants dont la majorité appartient à des confessions autres que catholique. Conçu en 2011, « Don Bosco Way » adapte la "méthode de Don Bosco" de manière à ce que tous puissent la comprendre et la mettre ensuite en pratique. Depuis 2013, le programme de formation a été élargi : il inclut d'autres provinces salésiennes d'Asie du Sud et au-delà. Il est proposé non seulement aux éducateurs non-catholiques, mais aussi aux parents, animateurs et travailleurs sociaux des établissements salésiens dans toute l'Asie du sud et au-delà.

Lire la suite...

Le-P.-Alejandro-Moreno-180Le quotidien La Croix consacre une page entière sur le père Aljandro Moreno. Ce religieux salésien devenu sociologue a fondé en 1984 à Caracas le Centre d'investigations populaires et reste, à 79 ans, l'un des meilleurs spécialistes des « barrios » vénézuéliens. Il porte le même patronyme qu'un célèbre footballeur vénézuélien. Mais cet Alejandro Moreno-là est un salésien de Don Bosco âgé de 79 ans, réputé pour ses travaux sur la délinquance et la violence au Venezuela et chroniqueur régulier dans l'hebdomadaire El Nacional . Un coup d'œil aux rayonnages de livres qui tapissent son bureau sombre, à l'entrée du grand collège salésien Saint-François-de-Sales, au centre de Caracas, suffit à mesurer l'étendue de ses recherches. Il n'est guère d'ouvrages sur la société vénézuélienne parus depuis cinquante ans qu'il n'ait mémorisés.

Lire la suite...

Centre Afrique 2 pteLe 5 décembre dernier, à quelques jours de l'opération Sangaris, les anti-balaka (anti-machette) ont attaqué quelques bases des l'armée régulière (ex-séléka). Ils s'en sont suivies des représailles terribles et des exactions d'une part et d'autres (ex-seleka et anti-balaka) atroces. Des milliers de morts et des déplacés. Au total une cinquantaine des sites des déplacés à Bangui où vivent des personnes dans des conditions humanitaires très précaires.

 

Lire la suite...

Philippine Camion355Très présents aux Philippines, les Salésiens et Salésiennes de Don Bosco ont besoin de votre aide pour porter secours aux réfugiés et déplacés. Ils lancent un appel à la famille salésienne mondiale. Les défis sont importants car les œuvres des Salésiens de Cebu, la région la plus touchée par le passage du Typhon, ont été choisies comme centre officiel d'aide par l'Etat philippin.

Lire la suite...

jeunes travail 355Au Rwanda, grâce au soutien du centre Don Bosco de Hornu (Belgique), des jeunes africains trouvent une formation et un métier dans une région qui était condamnée à l'abandon. Outre le soutien financier, chaque année les jeunes de Hornu viennent travailler au chantier de construction de l'école au côté des jeunes rwandais. Reportage sur un projet salésien, "l'école de formation du lac".

Lire la suite...

Hongrie 1 355x248Les premières années florissantes de la Province hongroise se sont changées, sous le régime communiste, en années de souffrances et de troubles, et, actuellement, en années de renouveau. La Province hongroise est la plus petite de toutes les Provinces salésiennes du monde et, malgré cela, elle envisage l'avenir avec une grande espérance. 2013 est l'année du centenaire de la présence salésienne en Hongire marquée par le passage des reliques de Don Bosco, un rendez-vous important pour fortifier le charisme salésien.

 

Lire la suite...

Corée 2 355En juin à Seul a été inauguré le centre pour les jeunes en difficulté "Rêve". Le centre a été confié aux salésiens qui, avec soixante ans d'expérience éducative dans le pays, ont gagné leur confiance. "J'espère que les jeunes de ce centre vivent l'expérience d'être aimés plus qu'ailleurs et que, grâce à cette expérience, il réalisent leurs rêves, ils croissent comme des citoyens honnêtes et des bonnes personnes.", étaient les paroles de salutation du père Stephen Nam, provincial de la Corée, à l'inauguration du Centre des jeunes "Rêve". Étaient présents environ 400 personnes entre les salésiens, les membres de la Famille salésienne, les représentants de la Mairie, les jeunes animateurs et les jeunes.

Lire la suite...

 réfugiés 35570 millions de personnes dans le monde sont réfugiées. Et ce chiffre est destiné à croitre, car les guerres, les calamités et les discriminations obligent les gens à abandonner leurs pays. La Procure missionnaire de Madrid a répandu un communiqué pour souligner l'engagement pour les réfugiés développé par la Congrégation salésienne.

Lire la suite...

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite