Albanie-355x248Cinq jeunes femmes participant aux projets de l'ONG salésienne "Volontariat pour le Développement" (VIS) dans le nord de l'Albanie, ont obtenu le prix de « meilleures créatrices d'entreprises en zones rurales ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce prix a été décerné par le Ministère de l'Agriculture albanais et l'Organisation des Nations Unies pour l'Égalité et la prise de responsabilité des femmes (UN Women). La cérémonie de remise des prix a eu lieu à Tirana.

 

 

UN Women et le Ministère de l'Agriculture albanais ont voulu encourager les actions novatrices par des femmes chefs d'entreprises, qui dans les aires rurales se heurtent à de graves obstacles socio-économiques, mais aussi culturels. Voici pourquoi ce prix a une double valeur de lutte contre la pauvreté et contre la discrimination.


La valorisation de villages de montagne reculés, la promotion de produits typiques simples mais de qualité et la création de nouvelles entreprises ont été ces trois dernières années le domaine d'action du VIS. Au terme de ce projet, on constate des succès bien mérités.


Le travail accompli par le VIS dans les aires de montagne de l'Albanie du nord a toujours eu ce double objectif :

 

  • combattre la pauvreté en aidant la population à créer des activités économiques capables de faire sortir les familles d'une économie de subsistance.
  • donner la parole à des groupes socialement défavorisés et dans ce cas précis à des jeunes femmes qui vivent quotidiennement la violation de leurs droits.

 

 

 

20 ans de présence salésienne en Albanie !

 

La présence salésienne en Albanie fête cette année son 20e anniversaire. Deux décennies qui ont vu croitre ensemble le pays des aigles et le charisme salésien. Voici quelques étapes d'une histoire qui a un grand avenir.

  • En 1985, le dictateur albanais Enver Hoxha meurt à Tirana après des années de régime féroce; commence bientôt un lent mais inexorable déclin du système dictatorial. Au début des années 1990, les autorités ne sont plus en mesure de gérer la situation sociale, la pauvreté est extrème, les forces de l'ordre et l'armée n'arrivent plus à contenir un soulèvement qui part des couches les plus populaires.
  • 1991 est une année fatidique. Le 4 novembre, un prêtre albanais, le père Simon Jubani, accomplit un geste qui, seulement quelques mois plus tôt, lui aurait fait risquer sa vie: il réussit à célébrer une messe dans le cimetière de Scutari, devant de nombreux fidèles. C'est un acte inouïe pour la population, habituée depuis 40 ans à l'oppression religieuse, dans ce régime dictatorial qui était le seul à se définir athée dans sa Constitution.
  • Toujours en 1991 commencent les premiers débarquements d'Albanais en Italie, sur les côtes des Pouilles. Des milliers de personnes, principalement des jeunes, désespérés, abandonnent leur pays, à la recherche d'une vie meilleure. Jean-Paul II lance alors un appel aux Supérieurs Majeurs de toutes les Congrégations pour qu'ils envoient des missionnaires en cette terre. Le père Egidio Viganò, VIIe Successeur de Don Bosco, accueille la demande du Pape et exhorte le supérieur de la Province de l'Italie méridionale à évaluer l'hypothèse d'une présence missionnaire.
  • Après plusieurs contacts informels, les salésiens arrivent en Albanie, à Scutari, le 24 septembre 1992. À Tirana arrivent également les Filles de Marie Auxiliatrice. Pour les sœurs salésiennes, en réalité il s'agissait d'un retour après la dictature communiste, car leur première arrivée remonte à 1905.
  • Au mois de décembre 1992, le groupe salésien se divise en deux: une partie reste à Scutari, se déplaçant dans le bâtiment du Consulat italien désormais restructuré ; l'autre partie s'installe à Tirana, et commence les activités pastorales. En 1997, le pays est secoué par des nouveaux mouvements révolutionnaires, mais les salésiens restent aux côtés des gens. Leur action bénéfique leur vaut la protection de la population : les parents des élèves et les amis de l'œuvre de Tirana président le nouveau centre de formation professionnelle pour éviter les pillages et la destruction de la structure éducative.


Aujourd'hui, les salésiens albanais sont au nombre de 11, dont 7 prêtres, un diacre proche du sacerdoce, un étudiant de théologie et deux de philosophie. À ceux-ci s'ajoute un jeune pré-novice et plusieurs jeunes en phase de discernement vocationnel. De 1992 à nos jours, de nombreux pas ont été parcourus. La graine jetée dans la terre il y a vingt ans est désormais devenue un petit arbre qui commence déjà à donner les premiers fruits, et qui demande à s'enraciner toujours plus.

 


Mot du jour

« L’amour est une danse dont personne ne m’a appris le pas » (Pat Conroy, Beach music). A quoi ça ressemble l’amour ? Comment fait-on ? Où est-ce que ça se trouve ? Quels sont les mots ? Qui nous dira le secret ?

Celui qui veut le mode d’emploi, la pleine conscience, restera sur sa faim. On ne maîtrise pas l’amour, c’est une chose dont il ne faut pas trop se préoccuper. Laissons venir l’amour, il trouvera son chemin, le moment venu.

Même Jésus ne nous dit pas exactement ce que nous devons faire. Pas de doctrine, sauf des formules fulgurantes : « Coupe ta main, arrache ton œil », « retire-toi », « parfume-toi », « donne » et « pardonne ». Pas de solution, mais une invitation à prendre la voie ouverte. L’amour naît de l’Esprit lors de chaque rencontre, face à chaque événement. L’amour est liberté.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Mission à Tournai
Le groupe Agape et leurs animations
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Le témoignage de Margaux (de Grenoble)
Voir l'article

« Chers confrères, et chère famille salésienne »
Message du Supérieur mondial de salésiens
(ANS)

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Mineurs migrants : l’accueil dans le réseau salésien de Belgique

      mineurs migrants accueil en belgique Aujourd’hui des milliers de mineurs migrants fuient leur pays en raison de la guerre, la pauvreté. Pour les accueillir, différents lieux du réseau salésien en Belgique, se mobilisent. Quel est l’accueil spécifique des mineurs migrants dans les maisons salésiennes ?

      Lire la suite

    • Dramane, migrant du Mali à l’Espagne

      mineurs migrants temoignage dramane 001 Qui est le jeune Dramane ? Qu’est-ce qui l’a décidé à quitter sa famille ? Son pays ? Quelle est son histoire ? Comme beaucoup d’autres, Dramane est un jeune mineur à avoir frappé à la porte d’une maison salésienne en Espagne. Il témoigne.

      Lire la suite

    • L’établissement N.D. des Minimes accueille trente migrants

      migrants n d minimes lyon 001 « Cette rencontre a été une claque pour moi et m’a fait prendre du recul » s’exclame Coline, lycéenne aux Minimes, à Lyon après la rencontre organisée par la Pastorale du lycée et la cellule « migrants » du diocèse de Lyon. Pour de nombreux lycéens, ce fut une expérience cruciale qui les aide à sortir des clichés. Témoignage de Fabienne Laumonier, animatrice en pastorale scolaire.

      Lire la suite

    • A Sury-Le-Comtal, une sanction-réparation réussie

      st andre sury sanction 001 Des élèves ont commis un acte de bizutage contre un autre élève. Comment les sanctionner ? Comment les aider à prendre conscience de leur acte ? Comment les aider à changer ? C’est la question que s’est posée l’équipe éducative du lycée Saint-André à Sury-le-Comtal en demandant aux élèves de s’engager dans un acte de réparation qui a du sens.

      Lire la suite

    • Que faire cet été 2017 ?

      que faire cet ete 2017 001 L'aventure salésienne vous intéresse ? Alors n'hésitez pas à découvrir les propositions salésiennes de l'été ! Et si des jeunes veulent devenir animateurs, prenez contact. La famille salésienne offre une large palette de propositions ouvertes à tous. Il y en a pour tous les âges, tous les goûts, à toutes les dates. Comment choisir dans ce large éventail ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Mineurs migrants non accompagnés

      nouveau dba 990 Nous ne baisserons pas les bras ! Parfois des décisions politiques sur l’accueil des migrants posent question, mais rien n’arrêtera l’élan de générosité que nous observons partout autour de nous. Dans le réseau des salésiens, il s’agit de faire ce que Don Bosco faisait en son temps : l’accueil inconditionnel.

      Lire la suite