Albanie-355x248Cinq jeunes femmes participant aux projets de l'ONG salésienne "Volontariat pour le Développement" (VIS) dans le nord de l'Albanie, ont obtenu le prix de « meilleures créatrices d'entreprises en zones rurales ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce prix a été décerné par le Ministère de l'Agriculture albanais et l'Organisation des Nations Unies pour l'Égalité et la prise de responsabilité des femmes (UN Women). La cérémonie de remise des prix a eu lieu à Tirana.

 

 

UN Women et le Ministère de l'Agriculture albanais ont voulu encourager les actions novatrices par des femmes chefs d'entreprises, qui dans les aires rurales se heurtent à de graves obstacles socio-économiques, mais aussi culturels. Voici pourquoi ce prix a une double valeur de lutte contre la pauvreté et contre la discrimination.


La valorisation de villages de montagne reculés, la promotion de produits typiques simples mais de qualité et la création de nouvelles entreprises ont été ces trois dernières années le domaine d'action du VIS. Au terme de ce projet, on constate des succès bien mérités.


Le travail accompli par le VIS dans les aires de montagne de l'Albanie du nord a toujours eu ce double objectif :

 

  • combattre la pauvreté en aidant la population à créer des activités économiques capables de faire sortir les familles d'une économie de subsistance.
  • donner la parole à des groupes socialement défavorisés et dans ce cas précis à des jeunes femmes qui vivent quotidiennement la violation de leurs droits.

 

 

 

20 ans de présence salésienne en Albanie !

 

La présence salésienne en Albanie fête cette année son 20e anniversaire. Deux décennies qui ont vu croitre ensemble le pays des aigles et le charisme salésien. Voici quelques étapes d'une histoire qui a un grand avenir.

  • En 1985, le dictateur albanais Enver Hoxha meurt à Tirana après des années de régime féroce; commence bientôt un lent mais inexorable déclin du système dictatorial. Au début des années 1990, les autorités ne sont plus en mesure de gérer la situation sociale, la pauvreté est extrème, les forces de l'ordre et l'armée n'arrivent plus à contenir un soulèvement qui part des couches les plus populaires.
  • 1991 est une année fatidique. Le 4 novembre, un prêtre albanais, le père Simon Jubani, accomplit un geste qui, seulement quelques mois plus tôt, lui aurait fait risquer sa vie: il réussit à célébrer une messe dans le cimetière de Scutari, devant de nombreux fidèles. C'est un acte inouïe pour la population, habituée depuis 40 ans à l'oppression religieuse, dans ce régime dictatorial qui était le seul à se définir athée dans sa Constitution.
  • Toujours en 1991 commencent les premiers débarquements d'Albanais en Italie, sur les côtes des Pouilles. Des milliers de personnes, principalement des jeunes, désespérés, abandonnent leur pays, à la recherche d'une vie meilleure. Jean-Paul II lance alors un appel aux Supérieurs Majeurs de toutes les Congrégations pour qu'ils envoient des missionnaires en cette terre. Le père Egidio Viganò, VIIe Successeur de Don Bosco, accueille la demande du Pape et exhorte le supérieur de la Province de l'Italie méridionale à évaluer l'hypothèse d'une présence missionnaire.
  • Après plusieurs contacts informels, les salésiens arrivent en Albanie, à Scutari, le 24 septembre 1992. À Tirana arrivent également les Filles de Marie Auxiliatrice. Pour les sœurs salésiennes, en réalité il s'agissait d'un retour après la dictature communiste, car leur première arrivée remonte à 1905.
  • Au mois de décembre 1992, le groupe salésien se divise en deux: une partie reste à Scutari, se déplaçant dans le bâtiment du Consulat italien désormais restructuré ; l'autre partie s'installe à Tirana, et commence les activités pastorales. En 1997, le pays est secoué par des nouveaux mouvements révolutionnaires, mais les salésiens restent aux côtés des gens. Leur action bénéfique leur vaut la protection de la population : les parents des élèves et les amis de l'œuvre de Tirana président le nouveau centre de formation professionnelle pour éviter les pillages et la destruction de la structure éducative.


Aujourd'hui, les salésiens albanais sont au nombre de 11, dont 7 prêtres, un diacre proche du sacerdoce, un étudiant de théologie et deux de philosophie. À ceux-ci s'ajoute un jeune pré-novice et plusieurs jeunes en phase de discernement vocationnel. De 1992 à nos jours, de nombreux pas ont été parcourus. La graine jetée dans la terre il y a vingt ans est désormais devenue un petit arbre qui commence déjà à donner les premiers fruits, et qui demande à s'enraciner toujours plus.

 


Mot du jour

Sur le chemin des mystères joyeux, il y a l’épisode de l’annonce à Marie, par l’ange Gabriel : elle concevra Jésus. Annonce d’une grande nouvelle qui viendra chambouler la vie même de Marie. Elle accueille cette demande et donne une réponse par son « oui ». Ce « oui » ouvre ainsi à d’autres « oui » ; autant d’annonciations qui jalonneront la vie de Marie, jusqu’au « oui » pour être accueilli chez Jean, suite à la demande de son fils en croix. Des annonciations jaillissent dans le quotidien de nos vies. Les projets, grands et petits, surgissent afin que nous prenions nos responsabilités et que nous puissions prendre notre part dans la construction du Royaume de Dieu. Osons répondre par des « oui » qui nous feront grandir humainement et spirituellement.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Fabienne Bouy
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Laure
Voir l'article

I see you - "Clin d'œil à la créativité"
du FestiClip 2017
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Famille Salésienne

    • Don Bosco en son temps : Luigi Farini

      farini 1 Don Bosco était le « poil à gratter » de certains hommes politiques de son temps. Pourquoi ? Son respect tout dévoué au Pape, par exemple, contrastait avec les idées dans le vent. Les journaux se chargeaient d’alimenter les suspicions et accusations de « réactionnaire ».

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Rebattre les cartes de la nutrition au Sahel

      dba une 991 « Il ne suffit pas de concilier la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l'environnement et le progrès. Il s'agit de redéfinir le progrès. » Dans son encyclique « Laudato Si’ », le Pape François propose les lignes de force d’une écologie intégrale et authentique. Etablissements agricoles ou horticoles, enseignants, mouvements de jeunesse, avancent dans cette direction. C’est ce chemin d’avenir que retrace le nouveau numero de Don Bosco Aujourd’hui.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Faà di Bruno

      Faa di Bruno « Aux tout premiers temps de l’oratoire, on voyait arriver presque tous les lundis un capitaine du génie, lequel, après avoir déposé son épée, se confessait, servait la messe et communiait. Nous en étions tous édifiés » raconte le Père Jean-Baptiste Francesia.

      Lire la suite

    • Don Bosco vu par Myriam Tonus et Jean-Michel Javaux

      Myriam Tonus et Jean Michel Javeau Ils sont éducateurs, prêtres, artistes, politiques, hommes et femmes de ce temps... Don Bosco Aujourd’hui est allé à leur rencontre, leur demandant ce que représente pour eux le saint de Turin, ce qu’ils aiment en lui, ce qu’ils en retiennent et si, pour eux, son message est encore actuel.

      Lire la suite

    • Jacques-Oliver Vial : Une petite main au service de ce beau projet éducatif et spirituel

      Vial Jacques-Oliver Vial est président des camps InterJeunes. Il est dans plusieurs groupes de la famille salésienne. Homme d’engagement, il fait un parcours de militant et un parcours de foi.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Leonardo Murialdo et Don Bosco

      leonardo murialdo Quoique très différents par leurs origines sociales et leur éducation, Saint Jean Bosco et Saint Leonardo Murialdo se sont rencontrés dans le souci de l’éducation des jeunes pauvres et abandonnés. Ils noueront une grande amitié et collaboreront jusqu’à la fin.

      Lire la suite

  • Actualités

    • Missionnaire pour la France-Belgique sud, Pierre Nguyen, salésien, est devenu prêtre...

      vietnam salesien don bosco ordination 000 Originaires du Vietnam, plus d'une centaine de Salésiens de Don Bosco, prêtres et frères, sont actuellement envoyés dans les différentes provinces du monde entier. Missionnaires, ils quittent leur pays pour participer aux missions d'éducation voulues par St Jean Bosco. Dans la province de France et Belgique Sud, ils sont quelques-uns, dont le Père Pierre Nguyen, ordonné prêtre le samedi 22 juillet 2017 à Hô-Chi-Minh-Ville.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Don Rinaldi

      don bosco rinaldi 004 Filippo Rinaldi s’est laissé imprégner par Don Bosco. Il a poursuivi son œuvre en fondant, il y a 100 ans, l’Institut des Volontaires de Don Bosco », femmes consacrées, vivant dans le monde. Il fut le 3e Recteur Majeur à lui succéder à la tête des salésiens.

      Lire la suite

    • Sarah Huppermans : On m'a donné des responsabilités et fait confiance !

      sarah h « Ma mère m'emmenait à la paroisse St-François-de-Sales à Liège chez les Salésiens de Don Bosco. J'aimais participer aux célébrations qui avaient du sens pour moi. » C’est le début d’un long parcours de Sarah jusqu’à l’expérience Ephata Don Bosco !

      Lire la suite

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

  • Société

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite

    • Du Sénégal à Turin en Italie, une migration pour une passion

      FALLOU « Le foot c’est ma passion ». Porté par sa passion, Fallou est parti à 16 ans du Sénégal. Aujourd’hui il a 22 ans, et réside à Turin. Il est passé par la communauté des salésiens de Don Bosco de Don Mauro.

      Lire la suite