Journée mondiale missionnaire 180Cette année, la journée missionnaire salésienne est consacrée à l'Afrique subsaharienne. Le point central en est le catéchuménat tel qu'il est proposé et vécu en Afrique : un parcours d'apprentissage, de savoir et de témoignage. Le personnage clé de cette évangélisation est le catéchiste laïc. Il comporte l'évangélisation des jeunes dans les écoles dans la perspective de l'engagement éducatif salésien. Il est vécu comme chemin d'éducation à la foi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Une école de catéchistes en Tanzanie

 

 SALESIENS EN AFRIQUE

Depuis le lancement du «Projet Afrique» en 1978, les salésiens ont créé 139 nouvelles présences en Afrique dont 45 au moins sont des écoles à caractère professionnel, agricole et technique.

 

Il y a actuellement plus de 900 salésiens africains.

En Tanzanie, par exemple, face au petit nombre de prêtres et à la vaste étendue du territoire, les catéchistes sont appelés à être les premiers évangélisateurs dans leur famille, dans les petites communautés chrétiennes rurales, dans les paroisses, laissant au prêtre la tâche d'administrer les sacrements. Pour cela ils suivent une préparation sérieuse et exigeante de deux ans en internat au centre de formation de Makalala. Ils y suivent des cours de Bible, de morale, d'enseignement du magistère de l'Eglise, de psychologie, etc. Ils ont une insertion progressive dans la pastorale locale. Au catéchiste revient la charge d'animer la prière, le souci de la préparation aux sacrements, de guider la célébration de la Parole. Souvent aussi il administre le développement et l'économie de la communauté. Le prêtre passe de temps en temps pour donner les sacrements ; à certains endroits il ne vient qu'une fois par an.

 


Du levain à Luanda en AngolaJournée missionnaire 2013 Poster pteAffiche de la Journée missionnaire salésienne 2013

 

En Angola, à cause de la guerre et du régime communiste, les salésiens ne pouvaient travailler que dans les paroisses. En 2012, il y a eu au total 10800 catéchumènes à fréquenter les 21 centres de formation et 637 catéchistes à y travailler. Le parcours de formation dure 4 ans. Tous ceux qui doivent recevoir le sacrement de baptême et qui sont âgés de 17 ans et plus, doivent accomplir un service communautaire dans l'une des réalités sociales de leurs paroisses. Beaucoup accèdent à la formation catéchétique par le sport, l'école, l'alphabétisation, les activités de jeunes. Mais ce cheminement demande des sacrifices et de la persévérance. Dans plusieurs diocèses, on tente d'articuler l'initiation chrétienne avec l'initiation traditionnelle, très vivante .

 


Des chemins de conversion au Togo

 

Au Togo, la paroisse Notre-Dame Auxiliatrice abrite cinq communautés paroissiales, en fonction des différentes langues. C'est un quartier très populaire, et les chrétiens proviennent de la culture traditionnelle. Ils viennent surtout par l'oratoire-patronage et nos organisations. Il y a beaucoup de catéchumènes qui commencent avec une grande force intérieure, une grande ferveur, mais s'éloignent peu à peu. Ils retournent aux pratiques religieuses traditionnelles, ou cèdent aux sectes. Cependant, après une période, certains reprennent le chemin de la foi.


La route est longue mais l'avenir de l'Afrique chrétienne s'annonce prospère.

 

Jean-Pierre Monnier
28 février 2013

 

Pour aller plus loin

Les documents d'animation sont disponibles sous forme numérique sur le site mondial des salésiens sdb.org (Missioni – GMS). Vous trouverez :

  • une affiche-poster
  • une prière-petite image
  • deux DVD avec 5 brèves vidéos 
  • un fascicule didactique présentant les projet en détail
  • quelques documents de formation missionnaire

 

La journée missionnaire 2013 a pour but de contribuer à la formation des catéchistes en offrant des bourses d'études aux plus pauvres d'entre eux.

 

 

 


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite