brique 1 180x180pxNew Delhi. Aujourd'hui, plus de soixante millions d'enfants sont obligés de travailler en Inde. Dans l'état de l'Haryana, au nord de New Delhi, les enfants travaillent dans des briqueteries. Leur enfance est perdue. Les petites mains sont usées à force de pétrir la boue et l'eau, de pousser des chariots, de les remplir et de les vider. Une maison salésienne « Don Bosco Pasor » s'est installée dans le secteur.

 

 

 

 

 

Des enfants esclaves

PROVINCE DE NEW DELHI (Inde)

 

Nom de la Province GESU BUON PASTORE
Date de fondation 1997
Site Web officiel www.donbosconewdelhi.org
175 religieux salésiens, dont 12 novices.
22 Communautés.
Provincial actuel P. Michael Peedikayil

La province de New Delhi est l'une des 12 provinces de la région de l'Asie du Sud.

 

En savoir plus : le site mondial des salésiens, sdb.org

 Il y a environ cinq cent briqueteries à Pasor, à soixante kilomètres de New Delhi. Ce sont les premiers fournisseurs de nombreux états de l'Inde septentrionale. La journée de travail commence tôt, et les fours où les briques sont mises à cuirefonctionnent toute la nuit. Jeunes et vieux travaillent au milieu de dunes de boue. Parmi eux beaucoup d'enfants de moins de dix ans, qui travaillent comme des maçons chevronnés, sous le soleil, d'avril à la mi-juin. Même si l'Inde garantit une éducation gratuite et obligatoire à tous les enfants de six à quatorze ans et interdit l'embauche d'enfants, la pauvreté est telle que le problème demeure.
Plus un enfant produit de briques plus il acquiert de valeur dans le groupe des ouvriers. Les plus petits jouent dans la boue sous la surveillance de leur grande sœur, pendant que la maman fabrique des briques. Une grande partie d'entre eux sont très mal nourris.

 

 

Sensibiliser et éduquer

brique 3 355pxUne maison salésienne s'est installée dans ce secteur. Elle essaye de réaliser un village où accueillir ces enfants, leur procurer l'instruction qui les arrachera à leur condition de travailleurs exploités. Pour cela il faut sensibiliser les parents pour qu'ils acceptent de voir leur maigre revenu diminuer encore en laissant leur enfant aller à l'école ! Les salésiens luttent aussi pour que le gouvernement procure des points d'eau courante non pollués pour améliorer les conditions de vie des gens qui habitent cette région où la situation sanitaire est très mauvaise.

Des programmes naissent pour permettre aux familles d'espérer en un avenir meilleur et ainsi atténuer leur situation précaire.


 

d'après l'ouvrage "Salésiens 2013"
21 mars 2013

 

 

 

 

Mot du jour

Tu m’as suivi, cette semaine ? Je te proposais un itinéraire de la terre vers le ciel… Don Bosco ne faisait-il pas cela, à longueur de temps, auprès de ses jeunes : leur indiquer le ciel ? Il avait parcouru l’itinéraire pour lui-même et ne cessait de rêver et de se tuer à y entrainer ses jeunes, tous les jeunes, surtout les plus pauvres, les plus exposés, les plus fragiles, les plus blessés…

En partant de ce monde qu’il avait tant aimé pour « aller au ciel », il disait à tous ses jeunes : « Je vous attends en paradis ».

Qu’il nous aide tous, tous les jours, à marcher, ensemble, avec joie, sur ce chemin. C’est ce à quoi nous sommes tous promis. Bonne route !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

École de Vie Don Bosco - Interview de
Bérénice de Bar le Duc
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview d'Elie Benarroch
Voir l'article

Extrait de la web série "Clameur"
inspiré de Laudato si' : Reportage
sur une initiative du Valdocco

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...