Inde. Court métrage.pteLes 9-10 mars, dans le théâtre Abirami de Chennai, a eu lieu le VIIème festival international de court-métrages en Inde, promu et organisé par le « Don Bosco Institute of Communication Arts » (DBICA) de la province de l'Inde-Madras. Le festival a vu la participation de nombreux amateurs de cinéma, des médias, des étudiants de communication et des réalisateurs des court-métrages. En France-Belgique, le Festiclip, en Inde, ce festival international du court métrage. Toutes ces initiatives montrent bien que les salésiens sont bien présents dans le monde du cinéma !

 


33 pays sont représentés

 

Les court-métrages inscrits au festival étaient 624, provenant de 33 pays. À la fin, un jury compétent a sélectionné les 54 qui ont été effectivement projetés. 16 d'entre eux ont été présentés par des réalisateurs des différents États de l'Inde, alors que les 38 autres sont arrivés d'Allemagne, Iran, Italie, Pologne, Espagne, Ouzbékistan, Royaume Uni, Nouvelle-Zélande, République Tchèque et États-Unis. Très divers également les curriculum des réalisateurs ; parmi les participants, il y avait des professionnels du cinéma, des cinéastes amateurs, des élèves et de simples passionnés de cinéma.
La cérémonie inaugurale a été ouverte par l'hymne tamoul et l'allumage d'une lampe par les autorités présentes. Le père Pakkam Harris, délégué pour les Communications sociales de la province de Madras et Directeur du festival, a ensuite souhaité la bienvenue à tous les présents. Plusieurs réalisateurs ont assisté aux projections en salle pour présenter leurs œuvres et interagir avec le public.

L'institut Don Bosco offre une plateforme unique

 

Le DBICA est l'organisme promoteur du Festival depuis désormais 7 ans. Au moyen de ce festival, l'institut salésien offre une plateforme unique pour les producteurs de court-métrages sur laquelle ils montrent leurs œuvres et leur créativité. Au fil des années, le festival s'est fait connaitre pour son équilibre diversifié et cosmopolite, avec des court-métrages de tous les genres cinématographiques: drame, documentaire, animation en 2 et 3D, comédie, science-fiction, thrilleur, action, horreur...
Le règlement du Festival a divisé les court-métrages en 4 sections: internationaux, nationaux, prix nationaux de catégorie et prix internationaux de catégorie. Dans la section internationale, le film gagnant était l'espagnol "Abstenerse Agencias" de Gaizka Urresti; dans la section nationale a par contre gagné "Rizwan", de Deepti Khurana, qui a également reçu un prix en argent de 25.000 roupies.

 

 

Extrait de ANS
18 avril 2013

 

 

 

 

 


Mot du jour

Une note sur une feuille pour un devoir rendu. Une feuille exhibée sous les yeux de tous les autres. Une feuille tenue avec mépris entre deux doigts et puis jetée sur ma table, sous mes yeux. J’ai compris. J’ai eu « zéro ». C’est ce que je vaux. C’est ce que je suis. Un zéro. Un raté, un moins que rien. Le « zéro » n’a aucune réalité ; il n’existe même pas. En rouge, et souligné deux fois, avec un point d’exclamation juste après. Ce n’est même pas une humiliation, c’est une négation. Je suis du néant, perdu dans le néant. Alors, j’essaie de disparaître, de me fondre. J’ai envie qu’on m’oublie.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite