UNEpteVous connaissez l'émission Ushuaia qui emmène les amateurs dans les terres les plus lointaines. Mais savez-vous que dans cette région le Père Salésien Alberto Maria De Agostini : missionnaire, géographe, cartographe, explorateur, alpiniste, photographe, ethnologue, écrivain... s'est illustré de manière plus marquante encore.

 

 

Alberto Maria est néen 1883 à Pollone dans le Piémont. Alberto aime la nature plus que l'école. Membre d'un club d'alpinistes, il aime gravir le Cervin et le photographier sous tous les éclairages. Il a la montagne dans le sang et un sens très vif de l'aventure. Photographe, il aime fixer la vie des paysans et les coutumes de sa région, avec un sens du cadrage qui lui servira plus tard. Devenu salésien, il est envoyé en 1910 en Patagonie.

 

 

Premières impressions sur l'autre bout du monde

situationTout de suite il est conquis par ces terres sauvages : « J'avais soudain l'impression d'être tombé dans un autre monde, terriblement fantastique. Je croyais rêver. Les sommets pointus, les énormes murs qui tombaient à pic sur notre tête, avaient pris, sous la lumière argentée de la lune, un aspect vague, immatériel, de spectres blafards, rigides de froid. Resté sous l'empreinte oppressante d'un enchantement magique dont le pouvoir me pénétrait irrésistiblement, dans la tête, dans l'esprit, je ressentais un sentiment de peur et d'effroi dont j'essayais en vain de me libérer. »Il va devenir le dernier grand explorateur de la Patagonie. Il découvre des lieux inconnus, des baies, des montagnes dont il est le premier à faire l'ascension, comme le Mont Olivia, près d'Ushuaia, en 1913. Il échoue trois fois face au Sarmiento, mais dirige l'expédition quien vint à bouten 1956. Un parc et divers lieux géographiques recevront son nom. Il cartographie avec une précision scientifique des régions entières qu'il est le premier européen à parcourir, en particulier après 1946,les côtes de la Terre de feu entre le 52° et le 56° parallèle.

De Agostini est le premier européen à parcourir ces régions

De Agostini ne veut pas garder pour lui les découvertes qu'il a faites. Il a un grand sens de l'observation. Ses recherches le passionnent. Il écrit avecun enthousiasme lyrique. Il aime cette terre de feu et la décrit avec poésie et des accents enflammés. Il brosse sa première rencontre avec le Sarmiento : « Se dessina quelques instants dans un profil gigantesque, la pyramide du Sarmiento, enveloppé dans la pénombre mystérieuse au point de ressembler à un spectre blanc apparu là comme par enchantement pour terrifier le spectateur. Il avait un aspect si réel de mystérieuse grandeur qu'on pouvait le croire sous l'enchantement d'une puissance supérieure, un séjour de fées ou de sorcières... » Il écrit des ouvrages sur ses expéditions. On en a recensé vingt-deux en italien, allemand, espagnol. Il compose des guides touristiquessur le détroit de Magellan et les canaux de la Terre de Feu (1924), sur la partie Argentine de la Terre de feu, sur le parc El Lanin (1941), sur un voyage dans la Cordillère des Andes australes (1949), Trente ans dans la Terre de Feu (1955), etc. Lors de séjours en famille, il projette les films qu'il a réalisés dans les sociétés de géographie dont il fait partie.

"Pour connaitre l'attrait de ces vies nomades et primitives..."

Dès le début il prend contact avec les indigènes, grâce à un métis qui lui sert d'interprète. Il comprend très vite que leur monde et leur culture sont perdus. Il écoute, note, photographie, filme les indiens dans leur environnement, dans leur vie quotidienne. Ils sont encore cinq mille à dix mille quand il les rencontre. Ils vivent de chasse et de pêche sur un territoire très vaste, s'habillent de peau de guanaco.

photo Agostini pte
L'état vend les terres des indiens aux colons avec leurs immenses troupeaux de moutons. Tout l'écosystème est détruit. Les animaux que chassaient les indiens sont exterminés. N'ayant plus rien pour vivre, les indiens s'attaquent aux moutons. Alors les éleveurs massacrent les indiens, avec l'aide des chercheurs d'or, des chasseurs de baleines et des militaires. Les épidémies transmises par les européens et l'alcoolisme firent le reste. Plusieurs indigènes furent exhibés dans les expositions coloniales. De Agostini constate : «Pour connaître intimement l'attrait de cette vie nomade et primitive, il faut être enfermé dans la solitude de ces vallées, avoir exploré ces mystérieuses forêts où, caché à la vue profane des civilisés, ce qui reste de cette racene demande qu'à ne pas être importuné dans leur lente agonie. Ainsi furent mes impressions lorsque j'ai eu l'occasion de m'entretenir et de vivre avec ces indigènes. »


Ils sont sous la « loi indigène » et n'ont pas le droit de parler leur langue, de garder leur culture ni de la transmettre. Ils peuvent seulement aller à l'école et sont considérés comme des citoyens de seconde zone. Un certain nombre sont recueillis par les salésiens. Ils y sont catéchisés, et reçoivent une formation à divers métiers. Alberto Maria leur consacre les dernières années de sa vie, avec Mgr Fagnano.


Maintenant la région est devenue une terre d'immigration, avec des ressources en pétrole, en gaz, en matières premières. De Agostini est revenu mourir en Italie, à Turin le 25 décembre 1960.

 

Jean-Pierre MONNIER
2 mai 2013

 

guerrierpteDes guerriersfamille en voyage pteFamille en voyage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

Après un très long séjour dans l’espace où il a côtoyé les étoiles, il est redescendu sur terre. Thomas Pesquet a vécu son rêve. Il revient avec dans les yeux la lumière de ceux qui ont accompli une performance hors norme. Il revient tout auréolé de la gloire des héros des temps modernes. Il revient dans notre monde de pesanteur pour vivre, comme nous, la monotonie du quotidien.

Plusieurs réflexions : - chacun poursuit son rêve et quel bonheur de pouvoir le réaliser ! – chacun peut avoir dans ses yeux la lumière qui naît du travail bien fait! – chacun peut, un jour, être un héros quand il ose affronter ses limites ! Bref, comme Thomas, chacun est appelé à vivre sa vie ordinaire d’une façon extraordinaire. Avec le Seigneur, cela devient possible !

Après un très long séjour dans l’espace où il a côtoyé les étoiles, il est redescendu sur terre. Thomas Pesquet a vécu son rêve. Il revient avec dans les yeux la lumière de ceux qui ont accompli une performance hors norme. Il revient tout auréolé de la gloire des héros des temps modernes. Il revient dans notre monde de pesanteur pour vivre, comme nous, la monotonie du quotidien.
Plusieurs réflexions : - chacun poursuit son rêve et quel bonheur de pouvoir le réaliser ! – chacun peut avoir dans ses yeux la lumière qui naît du travail bien fait! – chacun peut, un jour, être un héros quand il ose affronter ses limites ! Bref, comme Thomas, chacun est appelé à vivre sa vie ordinaire d’une façon extraordinaire. Avec le Seigneur, cela devient possible !
j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Fabienne Bouy
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Laure
Voir l'article

Sous nos peaux - Valdocco Lille
du FestiClip 2017
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Famille Salésienne

    • Don Bosco en son temps : Luigi Farini

      farini 1 Don Bosco était le « poil à gratter » de certains hommes politiques de son temps. Pourquoi ? Son respect tout dévoué au Pape, par exemple, contrastait avec les idées dans le vent. Les journaux se chargeaient d’alimenter les suspicions et accusations de « réactionnaire ».

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Rebattre les cartes de la nutrition au Sahel

      dba une 991 « Il ne suffit pas de concilier la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l'environnement et le progrès. Il s'agit de redéfinir le progrès. » Dans son encyclique « Laudato Si’ », le Pape François propose les lignes de force d’une écologie intégrale et authentique. Etablissements agricoles ou horticoles, enseignants, mouvements de jeunesse, avancent dans cette direction. C’est ce chemin d’avenir que retrace le nouveau numero de Don Bosco Aujourd’hui.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Faà di Bruno

      Faa di Bruno « Aux tout premiers temps de l’oratoire, on voyait arriver presque tous les lundis un capitaine du génie, lequel, après avoir déposé son épée, se confessait, servait la messe et communiait. Nous en étions tous édifiés » raconte le Père Jean-Baptiste Francesia.

      Lire la suite

    • Don Bosco vu par Myriam Tonus et Jean-Michel Javaux

      Myriam Tonus et Jean Michel Javeau Ils sont éducateurs, prêtres, artistes, politiques, hommes et femmes de ce temps... Don Bosco Aujourd’hui est allé à leur rencontre, leur demandant ce que représente pour eux le saint de Turin, ce qu’ils aiment en lui, ce qu’ils en retiennent et si, pour eux, son message est encore actuel.

      Lire la suite

    • Jacques-Oliver Vial : Une petite main au service de ce beau projet éducatif et spirituel

      Vial Jacques-Oliver Vial est président des camps InterJeunes. Il est dans plusieurs groupes de la famille salésienne. Homme d’engagement, il fait un parcours de militant et un parcours de foi.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Leonardo Murialdo et Don Bosco

      leonardo murialdo Quoique très différents par leurs origines sociales et leur éducation, Saint Jean Bosco et Saint Leonardo Murialdo se sont rencontrés dans le souci de l’éducation des jeunes pauvres et abandonnés. Ils noueront une grande amitié et collaboreront jusqu’à la fin.

      Lire la suite

  • Actualités

    • Missionnaire pour la France-Belgique sud, Pierre Nguyen, salésien, est devenu prêtre...

      vietnam salesien don bosco ordination 000 Originaires du Vietnam, plus d'une centaine de Salésiens de Don Bosco, prêtres et frères, sont actuellement envoyés dans les différentes provinces du monde entier. Missionnaires, ils quittent leur pays pour participer aux missions d'éducation voulues par St Jean Bosco. Dans la province de France et Belgique Sud, ils sont quelques-uns, dont le Père Pierre Nguyen, ordonné prêtre le samedi 22 juillet 2017 à Hô-Chi-Minh-Ville.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Don Rinaldi

      don bosco rinaldi 004 Filippo Rinaldi s’est laissé imprégner par Don Bosco. Il a poursuivi son œuvre en fondant, il y a 100 ans, l’Institut des Volontaires de Don Bosco », femmes consacrées, vivant dans le monde. Il fut le 3e Recteur Majeur à lui succéder à la tête des salésiens.

      Lire la suite

    • Sarah Huppermans : On m'a donné des responsabilités et fait confiance !

      sarah h « Ma mère m'emmenait à la paroisse St-François-de-Sales à Liège chez les Salésiens de Don Bosco. J'aimais participer aux célébrations qui avaient du sens pour moi. » C’est le début d’un long parcours de Sarah jusqu’à l’expérience Ephata Don Bosco !

      Lire la suite

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

  • Société

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite

    • Du Sénégal à Turin en Italie, une migration pour une passion

      FALLOU « Le foot c’est ma passion ». Porté par sa passion, Fallou est parti à 16 ans du Sénégal. Aujourd’hui il a 22 ans, et réside à Turin. Il est passé par la communauté des salésiens de Don Bosco de Don Mauro.

      Lire la suite