UNEpteVous connaissez l'émission Ushuaia qui emmène les amateurs dans les terres les plus lointaines. Mais savez-vous que dans cette région le Père Salésien Alberto Maria De Agostini : missionnaire, géographe, cartographe, explorateur, alpiniste, photographe, ethnologue, écrivain... s'est illustré de manière plus marquante encore.

 

 

Alberto Maria est néen 1883 à Pollone dans le Piémont. Alberto aime la nature plus que l'école. Membre d'un club d'alpinistes, il aime gravir le Cervin et le photographier sous tous les éclairages. Il a la montagne dans le sang et un sens très vif de l'aventure. Photographe, il aime fixer la vie des paysans et les coutumes de sa région, avec un sens du cadrage qui lui servira plus tard. Devenu salésien, il est envoyé en 1910 en Patagonie.

 

 

Premières impressions sur l'autre bout du monde

situationTout de suite il est conquis par ces terres sauvages : « J'avais soudain l'impression d'être tombé dans un autre monde, terriblement fantastique. Je croyais rêver. Les sommets pointus, les énormes murs qui tombaient à pic sur notre tête, avaient pris, sous la lumière argentée de la lune, un aspect vague, immatériel, de spectres blafards, rigides de froid. Resté sous l'empreinte oppressante d'un enchantement magique dont le pouvoir me pénétrait irrésistiblement, dans la tête, dans l'esprit, je ressentais un sentiment de peur et d'effroi dont j'essayais en vain de me libérer. »Il va devenir le dernier grand explorateur de la Patagonie. Il découvre des lieux inconnus, des baies, des montagnes dont il est le premier à faire l'ascension, comme le Mont Olivia, près d'Ushuaia, en 1913. Il échoue trois fois face au Sarmiento, mais dirige l'expédition quien vint à bouten 1956. Un parc et divers lieux géographiques recevront son nom. Il cartographie avec une précision scientifique des régions entières qu'il est le premier européen à parcourir, en particulier après 1946,les côtes de la Terre de feu entre le 52° et le 56° parallèle.

De Agostini est le premier européen à parcourir ces régions

De Agostini ne veut pas garder pour lui les découvertes qu'il a faites. Il a un grand sens de l'observation. Ses recherches le passionnent. Il écrit avecun enthousiasme lyrique. Il aime cette terre de feu et la décrit avec poésie et des accents enflammés. Il brosse sa première rencontre avec le Sarmiento : « Se dessina quelques instants dans un profil gigantesque, la pyramide du Sarmiento, enveloppé dans la pénombre mystérieuse au point de ressembler à un spectre blanc apparu là comme par enchantement pour terrifier le spectateur. Il avait un aspect si réel de mystérieuse grandeur qu'on pouvait le croire sous l'enchantement d'une puissance supérieure, un séjour de fées ou de sorcières... » Il écrit des ouvrages sur ses expéditions. On en a recensé vingt-deux en italien, allemand, espagnol. Il compose des guides touristiquessur le détroit de Magellan et les canaux de la Terre de Feu (1924), sur la partie Argentine de la Terre de feu, sur le parc El Lanin (1941), sur un voyage dans la Cordillère des Andes australes (1949), Trente ans dans la Terre de Feu (1955), etc. Lors de séjours en famille, il projette les films qu'il a réalisés dans les sociétés de géographie dont il fait partie.

"Pour connaitre l'attrait de ces vies nomades et primitives..."

Dès le début il prend contact avec les indigènes, grâce à un métis qui lui sert d'interprète. Il comprend très vite que leur monde et leur culture sont perdus. Il écoute, note, photographie, filme les indiens dans leur environnement, dans leur vie quotidienne. Ils sont encore cinq mille à dix mille quand il les rencontre. Ils vivent de chasse et de pêche sur un territoire très vaste, s'habillent de peau de guanaco.

photo Agostini pte
L'état vend les terres des indiens aux colons avec leurs immenses troupeaux de moutons. Tout l'écosystème est détruit. Les animaux que chassaient les indiens sont exterminés. N'ayant plus rien pour vivre, les indiens s'attaquent aux moutons. Alors les éleveurs massacrent les indiens, avec l'aide des chercheurs d'or, des chasseurs de baleines et des militaires. Les épidémies transmises par les européens et l'alcoolisme firent le reste. Plusieurs indigènes furent exhibés dans les expositions coloniales. De Agostini constate : «Pour connaître intimement l'attrait de cette vie nomade et primitive, il faut être enfermé dans la solitude de ces vallées, avoir exploré ces mystérieuses forêts où, caché à la vue profane des civilisés, ce qui reste de cette racene demande qu'à ne pas être importuné dans leur lente agonie. Ainsi furent mes impressions lorsque j'ai eu l'occasion de m'entretenir et de vivre avec ces indigènes. »


Ils sont sous la « loi indigène » et n'ont pas le droit de parler leur langue, de garder leur culture ni de la transmettre. Ils peuvent seulement aller à l'école et sont considérés comme des citoyens de seconde zone. Un certain nombre sont recueillis par les salésiens. Ils y sont catéchisés, et reçoivent une formation à divers métiers. Alberto Maria leur consacre les dernières années de sa vie, avec Mgr Fagnano.


Maintenant la région est devenue une terre d'immigration, avec des ressources en pétrole, en gaz, en matières premières. De Agostini est revenu mourir en Italie, à Turin le 25 décembre 1960.

 

Jean-Pierre MONNIER
2 mai 2013

 

guerrierpteDes guerriersfamille en voyage pteFamille en voyage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

J’aime la musique, c’est un peu comme une passion, grâce à elle je vis et proclame ma foi fois deux. 

Il y a une citation de St Augustin que j’aime beaucoup qui dit : « Chanter c’est prier deux fois. » Quand je prie en faisant de la musique, je me sens vibrer et j’arrive mieux à transmettre ce qui m’habite, à m’exprimer quand je n’arrive pas à le faire avec des mots. Pour vivre ma foi, la partager, faire vibrer d’autres, j’anime souvent la messe dans ma paroisse où lors des week-ends MSJ, au Campobosco…, j’organise avec de fabuleux musiciens/chanteurs des soirées louange depuis plus d’un an et c’est magnifique de pouvoir connaître tous ces moments.

Écouter : je te donne mon coeur

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Martin Sautereau : « je veux transmettre ce que j’ai reçu. »

      martin au campobosco 01 Le prochain Campobosco a lieu du 26 au 30 août à Turin (Italie). Écoute de grands témoins et débats entre jeunes, jeux, célébrations, veillées festives, activités sportives, ateliers : théâtre, clown, danse, musique, chant, multimédia… C’est un grand temps fort qui traverse la vie des jeunes. Martin Sautereau, lui, s’est senti transformé par l’expérience du Campobosco. Témoignage.

      Lire la suite

    • Les Anciens élèves de Don Bosco toujours plus innovants !

      ADB ADBS AG Le réseau des anciens élèves s'est réuni mi-mars à Lyon. L'occasion d'annoncer que le projet de plate-forme Don Bosco est entré dans sa phase opérationnelle. Rappelons l'objectif de la plate-forme Don Bosco : permettre aux élèves du réseau de trouver des stages, bénéficier de contacts en entreprise, en s'appuyant sur le réseau des anciens élèves et sur les entreprises proches de nos "maisons".

      Lire la suite

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

  • Société

    • Philo pour enfants : enseigner la morale, mais pas comme un cours de grammaire

      philo pour enfants 02 Enseigner le jugement moral par la philo ! C’est le pari de certains animateurs qui interviennent dans les écoles ou les centres socio culturel… Les ateliers philo destinés aux plus jeunes se développent un peu partout en France et en Belgique. Les approches et les méthodes sont nombreuses. Il s’agit de se familiariser avec les idées, de faire de l’éducation morale et civique par l’apprentissage du questionnement.

      Lire la suite

    • Question d’éducation : « En famille, on n’arrive pas à se parler ! »

      education parler en famille 02 Si le développement de l’esprit critique est au centre de la mission éducative de l’école, il est aussi, évidemment, central… dans nos propres familles. Comment se déroulent les échanges ? Comment donner du poids à la parole de l’enfant ? Et ouvrir leur horizon ? Les parents s’expriment sur les règles qu’ils adoptent.

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Ils continuent d'être appelés »

      Livre jmp appele « Il est deux manières, et peut-être deux manières seulement, de vivre sa vie. Soit je la considère comme une succession de hasards et de nécessités. Soit je la considère sous l’angle de la réponse à une vocation. » Ces quelques lignes sont le centre du livre de Jean-Marie Petitclerc : Ils continuent d'être appelés. Il propose un voyage sur le thème de la vocation... pour tous ceux qui veulent réussir leur vie et en même temps répondre à cet appel sur cette terre.

      Lire la suite

    • Le langage des jeunes change… vous comprenez quelque-chose ?

      Le langage des jeunes et ados le dico pour les parents Vous comprenez quelque chose ? Le langage des jeunes évolue et change constamment ; tout est une affaire de mode, de tendance. Si je vous parle de « tchatcheur », vous reconnaîtrez, pour la plupart, la signification : une personne qui parle beaucoup. Mais, nous pouvons les interpréter de différentes manières. Besoin d’un dictionnaire ?

      Lire la suite