réfugiés 35570 millions de personnes dans le monde sont réfugiées. Et ce chiffre est destiné à croitre, car les guerres, les calamités et les discriminations obligent les gens à abandonner leurs pays. La Procure missionnaire de Madrid a répandu un communiqué pour souligner l'engagement pour les réfugiés développé par la Congrégation salésienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Mali

Le conflit au Mali a provoqué plus de 280.000 évacués internes, sans considérer les environ 120.000 réfugiés qui ont cherché un abri dans les pays voisins. Au Mali, à Bamako les missionnaires salésiens suivent les familles nécessiteuses. "Ici, ce sont les familles locales mêmes qui se chargent d'aider les autres familles provenant du nord", racontent les missionnaires salésiens.

 

La république Démocratique du Congo

Le centre Don Bosco Ngangi de Goma, dans la République Démocratique du Congo, est l'un des endroits où des centaines de personnes se réfugient chaque fois que les affrontements recommencent dans la zone. À présent, la communauté salésienne est alertée car – comme le témoignent de Goma - "bien que la trêve a été respectée jusqu'à présent, on ne sait jamais ce qui peut arriver. En ce moment, il y a quelques dizaines de réfugiés dans nos cours... Nous leur donnons de l'eau, de la nourriture et des soins médicaux".

Le Pakistan

Parmi les différentes activités en cours au Pakistan, les Fils de Don Bosco prêtent soin aux enfants réfugiés provenant de l'Afghanistan. À Quetta, les centres scolaires salésiens travaillent durement pour que les enfants afghans puissent poursuivre leur parcours de formation.

Le Kenya

Dans le camp de réfugiés de Kakuma, au Kenya, le nombre de réfugiés est en hausse. À la fin du mois de mai, environ 119.500 personnes vivaient dans ce camp – l'un des plus grands au monde – dans lequel les salésiens travaillent depuis des années et où ils s'engagent à donner une éducation à plus de 66.000 enfants internés.

La Syrie

La situation en Syrie devient chaque jour plus difficile. Le père Munir El Rai, provincial des salésiens du Moyen-Orient, explique: "Nous avons dû arrêter les activités traditionnelles il y a déjà plusieurs mois, pour pouvoir répondre aux exigences de la population". En outre, depuis le début du conflit en Syrie, les salésiens présents au Liban ont également commencé à se dédier aux réfugiés syriens, puisque à présent environ 500.000 syriens se sont réfugiés au Liban, et – d'après les données de l'UNICEF – plus de la moitié d'entre eux sont des enfants.

 

ANS

18 juillet 2013


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e8

Indispensable, pas indispensable une ou un meilleur ami ? Pas forcément, mais reste qu’elle ou il est souvent là. Ce lien s’enracine fréquemment dans la petite enfance. Nos jeunes interviewés en attendent du soutien, de la bienveillance.

Pour William avec un meilleur ami on se doit de conjuguer les verbes « rigoler » et « épauler ». Tara résume bien le sentiment de beaucoup : «… quelqu’un qui essayera de faire en sorte que je prenne toujours un bon chemin… qui m’aidera à avancer dans ma réflexion… avec qui je peux débattre… qui pourra m’accompagner dans les difficultés de la vie… qui sera toujours là. »

Question : Que sont nos amis devenus… ?

Voir le 8è épisode : Un meilleur ami ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite