Corée 2 355En juin à Seul a été inauguré le centre pour les jeunes en difficulté "Rêve". Le centre a été confié aux salésiens qui, avec soixante ans d'expérience éducative dans le pays, ont gagné leur confiance. "J'espère que les jeunes de ce centre vivent l'expérience d'être aimés plus qu'ailleurs et que, grâce à cette expérience, il réalisent leurs rêves, ils croissent comme des citoyens honnêtes et des bonnes personnes.", étaient les paroles de salutation du père Stephen Nam, provincial de la Corée, à l'inauguration du Centre des jeunes "Rêve". Étaient présents environ 400 personnes entre les salésiens, les membres de la Famille salésienne, les représentants de la Mairie, les jeunes animateurs et les jeunes.

 

 

 

 

 

 

Le nouveau centre des jeunes se trouve dans le district Gangnam-gu, devenu célèbre à la suite d'un récent succès musical, une icône du développement économique rapide vécu en Corée dans les années 1970 et 1980. Les autorités municipales ont voulu ce centre pour faire face aux différentes problématiques des jeunes présents dans le quartier.

 

Un Valdocco coréen

 

Au mois de février 2012, le mairie de Seul décida de confier aux salésiens la gestion du centre naissant; cependant, le gouvernement local n'avait pas encore défini l'objectif et les modalités de réalisation. Les salésiens prirent le projet et le confièrent à trois confrères, experts dans la pastorale des jeunes, qui constituèrent une équipe de 20 laïcs qualifiés dans les différents domaines de la réalité des jeunes. Les premiers programmes sont partis au mois de septembre dernier pour les jeunes qui avaient quitté leur maison pour différentes raisons. En d'autres termes, une "Valdocco" pour une ville caractérisée par le sécularisme et la consommation.

 

Le Vice-maire de la ville de Seul, monsieur Sangbeom, intervenu à l'inauguration, a affirmé: "Nous savons très bien que pour travailler avec les jeunes il faut des gens qui les aiment et sachent partager avec eux. Ce n'est pas une question politique ou d'un bon programme ou de fonds. Nous avons besoins de maitres qui se dédient complètement aux jeunes. Pour cette raison, nous voulons remercier les salésiens qui ont accepté volontiers notre demande de se charger de la responsabilité de ce centre. Ils sont célèbres pour leur habileté dans le domaine des jeunes et ils en ont fait preuve dans la manière dont ils ont accueilli et donné vie à ce centre. Je voudrais demander au nom de tous les citoyens de Seul de devenir les amis et les maitres des jeunes vivant des situations de difficulté pour qu'ils réalisent leurs rêves et surmontent ainsi les difficultés par la force qui vient de votre accompagnement".

 

ANS

18 juillet 2013


Mot du jour

Ce lundi des vacances automnales, 
J’ai envie d’être en ballade
Comme Abraham.
J’ai envie de croire au matin qui m’appelle
Qui me sort de mon programme
Comme Abraham.

C’est fou ce qu’on s’trimballe
D’urgences et de trucs à 100 balles
Les moutons sous le lit,
Le désert dans l’rétro !

Tiens ce matin m’appelle,
Il compte sur moi,
Ouvre mon toit,
Aux étoiles,
Que je ramasse à la pelle.

Un matin qui croit en moi,
Pour larguer les amarres,
Oser faire du neuf !
L’inconnu que je croise,
A un pays à m’accorder
Il faut juste se lever !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite