Corée 2 355En juin à Seul a été inauguré le centre pour les jeunes en difficulté "Rêve". Le centre a été confié aux salésiens qui, avec soixante ans d'expérience éducative dans le pays, ont gagné leur confiance. "J'espère que les jeunes de ce centre vivent l'expérience d'être aimés plus qu'ailleurs et que, grâce à cette expérience, il réalisent leurs rêves, ils croissent comme des citoyens honnêtes et des bonnes personnes.", étaient les paroles de salutation du père Stephen Nam, provincial de la Corée, à l'inauguration du Centre des jeunes "Rêve". Étaient présents environ 400 personnes entre les salésiens, les membres de la Famille salésienne, les représentants de la Mairie, les jeunes animateurs et les jeunes.

 

 

 

 

 

 

Le nouveau centre des jeunes se trouve dans le district Gangnam-gu, devenu célèbre à la suite d'un récent succès musical, une icône du développement économique rapide vécu en Corée dans les années 1970 et 1980. Les autorités municipales ont voulu ce centre pour faire face aux différentes problématiques des jeunes présents dans le quartier.

 

Un Valdocco coréen

 

Au mois de février 2012, le mairie de Seul décida de confier aux salésiens la gestion du centre naissant; cependant, le gouvernement local n'avait pas encore défini l'objectif et les modalités de réalisation. Les salésiens prirent le projet et le confièrent à trois confrères, experts dans la pastorale des jeunes, qui constituèrent une équipe de 20 laïcs qualifiés dans les différents domaines de la réalité des jeunes. Les premiers programmes sont partis au mois de septembre dernier pour les jeunes qui avaient quitté leur maison pour différentes raisons. En d'autres termes, une "Valdocco" pour une ville caractérisée par le sécularisme et la consommation.

 

Le Vice-maire de la ville de Seul, monsieur Sangbeom, intervenu à l'inauguration, a affirmé: "Nous savons très bien que pour travailler avec les jeunes il faut des gens qui les aiment et sachent partager avec eux. Ce n'est pas une question politique ou d'un bon programme ou de fonds. Nous avons besoins de maitres qui se dédient complètement aux jeunes. Pour cette raison, nous voulons remercier les salésiens qui ont accepté volontiers notre demande de se charger de la responsabilité de ce centre. Ils sont célèbres pour leur habileté dans le domaine des jeunes et ils en ont fait preuve dans la manière dont ils ont accueilli et donné vie à ce centre. Je voudrais demander au nom de tous les citoyens de Seul de devenir les amis et les maitres des jeunes vivant des situations de difficulté pour qu'ils réalisent leurs rêves et surmontent ainsi les difficultés par la force qui vient de votre accompagnement".

 

ANS

18 juillet 2013


Mot du jour

mdj 24 01 2018

« Le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »

Jacques Brel

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite