Hongrie 1 355x248Les premières années florissantes de la Province hongroise se sont changées, sous le régime communiste, en années de souffrances et de troubles, et, actuellement, en années de renouveau. La Province hongroise est la plus petite de toutes les Provinces salésiennes du monde et, malgré cela, elle envisage l'avenir avec une grande espérance. 2013 est l'année du centenaire de la présence salésienne en Hongire marquée par le passage des reliques de Don Bosco, un rendez-vous important pour fortifier le charisme salésien.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les fils de Don Bosco sont présents à Péliföldszentkereszt, à Nyergesújfalu avec un lycée, à Budapest avec trois communautés, à Szombathely, Balassagyarmat et Kazincbarcika où, parmi de très nombreuses activités se trouvent deux écoles avec plus de mille trois cents élèves et une école spécifique pour la minorité ethniquedes Roms (Gens du voyage). Le travailqui se déploie dans les écoles ou les oratoires-patronages est énormément apprécié et, en même temps, les jeunes du Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) transmettent le charisme salésien aux autres jeunes.

 

Il y a cent ans 

 

Il y a cent ans commençait l'histoire salésienne en Hongrie. La première présence est née à Péliföldszentkereszt, un endroit pas vraiment idéal pour la vie et l'action d'un Salésien : un bois tout autour et, sur un rayon de trois kilomètres, pas le moindre village. Mais une fois établis, les Salésiens ont donné une forte impulsion pour commencer leur expansion dès l'année suivante. Bien vite fut ouverte une maison à Nyergesújfalu, et Péliföldszentkereszt devint noviciat. La « Maison Don Bosco », où fut ensuite ouverte l'École Supérieure de Théologie en 1932.

 

En 1950, le régime communiste supprima les congrégations religieuses et les Salésiens subirent un frein à leur action, qui allait durer quarante ans. Les institutions furent donc fermées, les communautés supprimées et le complexe de Péliföldszentkereszt nationalisé.

 

Ce n'est qu'en 1992 que le complexe fut restitué aux Salésiens, non sans difficultés et dans un état de profond délabrement. Le Père József Havasi, Provincial de Hongrie de 1990à 2008, avait d'abord pensé ne pas restaurer le centre ; mais aujourd'hui, après que les Salésiens se sont énormément investis, la réalité salésiennede Hongrie est heureuse d'avoir de nouveau cette oeuvre revenue à une vie nouvelle. Aujourd'hui Péliföldszentkereszt, qu'on appelle « le berceau salésienhongrois », renaît florissant. Cesdernières années, le Père Directeur Béla Ábrahám, nommé Provincial en 2012, a entrepris de restaurer le cloître, en impliquant toujours plus les jeunes du voisinage.

 

Le rêve de Don Bosco sur la Hongrie

 

L'inspiration est partie de Péliföldszentkereszt. Durant ses quarante premières années, cet endroit a donné de nombreuses vocations, et les missionnaires hongrois sont partis par dizaines vers des pays lointains : Chine, Japon, Cuba, Brésil, Mexique, Inde... Mais aujourd'hui,après la répression communiste, la présence salésienne a diminué et des missionnairesde l'Inde et du Vietnam sont venus pour aider.

Les Salésiens hongrois pensaient que le régime communiste allait peu durer. Certains sont allés travailler en silence dans les diocèses tandis que d'autres ont voulu travailler pour les jeunes et sont partis à l'étranger.

 

Le Salésien coadjuteur martyr Étienne Sándor a voulu rester dans son pays au service des jeunes, en vivant sa vie religieuse, bien qu'ayant de faux papiers qui lui auraient permis de fuir à l'étranger. Il est donc resté, se dévouant au servicedes jeunes. Après un procès basé sur de faux témoignages, il a été condamné à mort. Son procès de béatificationet de canonisation est en cours.

 

Les Salésiens hongrois et les Salésiens missionnaires indiens, vietnamiens et polonais rêvent avec Don Bosco aux cent prochaines années au coeur de l'Europe, sur cette petite terre de Hongrie.

Erzsébet Lengyel

Hongrie, 12 septembre 2013

 

 

 

Hongrie 2 355x248Aujourd'hui Péliföldszentkereszt, qu'on appelle « le berceau salésienhongrois », renaît florissant.Hongrie 3 355x248La première présence est née à Péliföldszentkereszt, un endroit pas vraiment idéal pour la vie et l'action d'un Salésien

 


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite