jeunes travail 355Au Rwanda, grâce au soutien du centre Don Bosco de Hornu (Belgique), des jeunes africains trouvent une formation et un métier dans une région qui était condamnée à l'abandon. Outre le soutien financier, chaque année les jeunes de Hornu viennent travailler au chantier de construction de l'école au côté des jeunes rwandais. Reportage sur un projet salésien, "l'école de formation du lac".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est la rentrée scolaire à la petite école plantée sur la colline. Le décor est paradisiaque, certes, mais la région constituée de collines de 1400 à 1700 m d'altitude est isolée de tout. Pour ceux de première année, l'inscription ne sera vraiment faite que lorsque les résultats des examens d'Etat seront connus, vers le 4 février. Ils passeront aussi un test pour savoir s'ils peuvent accéder directement à la première année de formation, sinon, ils iront en préparatoire. Beaucoup, en effet, n'ont pas eu l'occasion d'aller à l'école, ou ils ont dû interrompre leur cursus scolaire pour toutes sortes de raisons, dont la pauvreté et l'éloignement des centres scolaires. En préparatoire, ils suivront des cours d'alphabétisation et quelques cours de culture générale pour les mettre à niveau.

 

 jeunes rwanda couture 355200 étudiants : une centaine en maçonnerie, l'autre en coutureLa formation professionnelle dure deux ans. La section de maçonnerie a un grand succès et compte une centaine d'élèves. On y trouve des filles. L'autre centaine se répartit en cuisine, coupe-couture. Ces sections correspondent aux besoins les plus manifestes de cette région qui vit de l'agriculture et du petit élevage, et où les maisons en briques adobes (en terre cuite) nécessitent des réparations fréquentes.

 

Grâce aux formations, l'exode rural est freiné 

L'école existe depuis 2008. Mais les résultats se font déjà sentir. Les élèves de maçonnerie ont été engagés pour leur stage par les autorités de Gikomero, le chef-lieu du district, pour construire deux classes et les logements pour les enseignants. Surtout, l'exode rural vers la capitale est freiné, des jeunes construisent leur petite maison en terre avec le toit en tôles pour fonder leur famille. Un nouvel espoir est né sur les collines qui trouvent un nouveau dynamisme.

 

25 ans de chantiers pour les jeunes du Centre Don Bosco de Hornu

Le Centre de Jeunes d'Hornu organise des chantiers au Rwanda depuis 25 ans. Une originalité de l'entreprise est que des ados et des jeunes enfants placés par la protection de la Jeunesse sont partie prenante de ces voyages : la découverte d'une réalité différente les aide à relativiser leur situation. Après avoir construit des églises, des salles paroissiales, un pont, des écoles dans les alentours de Kigali, leurs efforts se concentrent depuis 10 ans sur la région de Muhazi et Mugina au bord du lac. Cette année, il s'agissait d'agrandir l'église de Mugina et de construire une salle pour l'école de Muhazi. Le travail se fait en collaboration avec les autochtones. Les jeunes enfants jouent un rôle de « clés de contact »: le terrain de jeu est un lieu spontané de rencontre.

 

Les habitants ont voulu ce projet

L'aventure a débuté en 2002, par le projet de remettre en valeur une maison acquise en 1969 par les salésiens. Elle a servi de maison de vacances et de retraites, mais fut abandonnée en 1990 pour des raisons d'insécurité. La réhabilitation et le développement ont été possibles grâce aux chantiers organisés tous les deux ans par le Centre de Jeunes Don Bosco de Hornu, sous l'impulsion de Thérèse Watripont, coopératrice salésienne, volontaire au Rwanda depuis plus de 12 ans. Au départ, ce fut un lieu de vacances pour les jeunes défavorisés. Les gens de l'endroit ont demandé de bénéficier du lieu. Des cours d'alphabétisation ont été organisés, et la demande s'est faite plus forte.

 

Une congrégation locale a donné consistance au projet : les sœurs « InshutiZ'abakene », « Amies des pauvres », s'inspirent du charisme de St Vincent de Paul. Elles font partie de l'équipe éducative avec des enseignants formés pour la plupart par les salésiens. Ainsi Théoneste, engagé depuis janvier 2013, qui s'est formé en maçonnerie à l'école pour enfants de la rue dans la banlieue de Kigali.

 

 

jeunes rwanda masques 355Des mannequins à partir de matériaux naturels ou de récupérationDe la crèche de Noël à la confection de mannequins

 

Depuis plusieurs années, le Père Danko, salésien, a créé dans sa paroisse de Mugina les « Petits chanteurs à l'étoile ». A Noël, les enfants se font « petits missionnaires » et vont par groupes annoncer la bonne nouvelle avec une étoile auprès d'autres enfants handicapés, des personnes âgées, des familles isolées. Les fêtes de Noël ont pris une belle ampleur.
Alors, le père Danko s'est mis à rêver à une belle crèche avec des personnages grandeur nature. Les éducateurs du Centre de jeunes de Hornu contactés se sont tout de suite pris au jeu pour faire des essais de moulage, rechercher des moyens peu coûteux à partir de matériaux naturels ou de récupération : papier journal collé avec une mixture à base de farine de manioc, armatures légères.
Cela ira sans doute plus loin que la crèche : la confection de mannequins pourrait trouver place à côté de la section couture de l'école, voire susciter une nouvelle section... les boutiques se développent à Kigali, il y a de belles vitrines à décorer !

 

A Muhazi, on mise sur la pérennité du projet : la Province salésienne des Grands Lacs, soucieuse de la qualité de l'éducation donnée, veille à la formation des enseignants et des élèves.

 

Jean François Meurs

25 octobre 2013

 


LA PRESENCE DES SALESIENS DANS LA REGION DES GRANDS LACS

jeunes rwanda carte 130

 

Province Saint Charles Lwanga

Pays :Rwanda, Uganda et Burundi
Fondée en 2006, elle compte 81 salésien et 10 novices.

Elle regroupe 13 maisons

 

 


Mot du jour

Une note sur une feuille pour un devoir rendu. Une feuille exhibée sous les yeux de tous les autres. Une feuille tenue avec mépris entre deux doigts et puis jetée sur ma table, sous mes yeux. J’ai compris. J’ai eu « zéro ». C’est ce que je vaux. C’est ce que je suis. Un zéro. Un raté, un moins que rien. Le « zéro » n’a aucune réalité ; il n’existe même pas. En rouge, et souligné deux fois, avec un point d’exclamation juste après. Ce n’est même pas une humiliation, c’est une négation. Je suis du néant, perdu dans le néant. Alors, j’essaie de disparaître, de me fondre. J’ai envie qu’on m’oublie.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite