Centre Afrique 2 pteLe 5 décembre dernier, à quelques jours de l'opération Sangaris, les anti-balaka (anti-machette) ont attaqué quelques bases des l'armée régulière (ex-séléka). Ils s'en sont suivies des représailles terribles et des exactions d'une part et d'autres (ex-seleka et anti-balaka) atroces. Des milliers de morts et des déplacés. Au total une cinquantaine des sites des déplacés à Bangui où vivent des personnes dans des conditions humanitaires très précaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les musulmans dans la ligne de mire, qu'ils soient tchadiens, maliens ou sénégalais ont quitté le pays en masse.


Le 10 janvier 2014, à l'issue du sommet de Commission Economique des Etats d'Afrique (CEEAC) du jeudi 9 au vendredi 2014, le président de la transition et le premier ministre ont démissionné. Des scènes de liesses dans la ville et dans les sites de déplacés. Sur les réseaux sociaux des messages de soulagements. A la tombée de la nuit, des détonations d'armes lourdes et tirs ont retenti puis calme. Ce calme fut précaire.


Le conseil de la transition, selon les textes, de retour de N'Djamena, à Bangui, se chargera de choisir un nouveau président de la transition ainsi que le premier ministre.

Que seront les jours à venir ? Nous vivons dans l'inquiétude

Pour le moment, tout est en stand by. Il y a crise dans tous les domaines:


Au niveau de l'Etat: paralysie des structures étatiques.


Au niveau social : il y a des déchirures atroces, des plaies encore béantes que leur pansement et cicatrisation ne sont pas pour maintenant. A moins, qu'il n'y ait vraiment des concessions et des sacrifices, de part et d'autre, des deux communautés religieuses (musulmans et chrétiens) emballées dans cette machination politique. Les familles sont fracturées, exilées. La vie familiale est disloquée. Certaines familles sont partagées entre les sites des déplacés ou reparties chez les parents à travers la ville. Celles qui le peuvent se sont exilées.


Au niveau sécuritaire : il y a tellement d'armes dans la ville. Selon, les témoignages des jeunes, les grenades sont vendues comme des galettes. Au moindre discussion ou problème, les menaces de les lancer fusent. Les anti-balaka, les ex-seleka (même désarmés, certains ont encore des armes) et les anciens FACA ont des armes, selon certaines personnes. La ville est une poudrière comme l'avait remarqué un reporter de TV5. Le pire peut arriver! Des bandits et braqueurs en profitent.

 

Au niveau humanitaire: comme l'ont relayé les ONG humanitaires sur certains médias, le pays vit une catastrophe humanitaire. Les personnes ont faim. Les distributions des vivres dans certains sites des déplacés drainent les quartiers et se soldent par des bagarres et des détournements de tout genre. L'accès aux soins demeure un problème. Dans les sites des déplacés de Bangui, les risques d'épidémies sont patents.

 

Au niveau économique : certaines entreprises sont fermées, d'autres fonctionnent au ralenti ainsi que l'administration. La plus part d'acteurs économiques étrangers dans le domaine du commerce sont partis.


Au niveau éducatif : quelle éducation ? Quelle formation ? Les sphères éducatives (famille, état, école) sont déstabilisées rendant hypothétique l'éducation, incertain l'avenir des enfants et des jeunes, même l'avenir du pays car l'avenir d'un pays dépend de la bonne éducation de ses fils disait Don Bosco. Les cours dans certains établissements à Bangui sont stoppés. Y aura-t- la reprise des classes ? Rien n'est sûr !


La réalité est trop complexe pour espérer une amélioration rapide. Retrouver cet âge d'or passera par la résolution globale de la crise et ses ramifications. Comme fils de Don Bosco, je suis optimiste, au dénouement heureux de ce qui se passe mais, pas un optimisme utopique.

 


Maguergue Eynem,

salésien de Don Bosco à la communauté de Bangui,

paroisse saint Jean, oratoire, Centre de jeunes, dispensaire

16 janvier 2014

 

Centre Afrique 1Centre Afrique 3-pte


Mot du jour

Lorsque je joue une musique qui me touche avec mon violon, j’éprouve un besoin d’exprimer mes sentiments, et je m’émeus par le son. Parfois, lorsque la musique est trop belle, je verse une larme pendant que je joue. Cela m’arrive également quand j’en écoute. Elle est pour moi un moyen d’expression universel presque magique permettant de comprendre une personne mieux que par les mots. On compatit, se réjouit avec l’autre, c’est vraiment merveilleux. Alors, bien que je sois peu pratiquant, si Dieu est à l’origine de tout cela, je lui en suis éternellement reconnaissant. Mon professeur de violon au conservatoire, ancien moine franciscain, m’aide à développer mon chant intérieur et à adopter une optique de don de soi à chaque fois que je fais résonner mon violon et je dois dire que sa pédagogie me fait un bien fou.

Écouter : Nathan (auteur de ce mot du jour) au violon

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Martin Sautereau : « je veux transmettre ce que j’ai reçu. »

      martin au campobosco 01 Le prochain Campobosco a lieu du 26 au 30 août à Turin (Italie). Écoute de grands témoins et débats entre jeunes, jeux, célébrations, veillées festives, activités sportives, ateliers : théâtre, clown, danse, musique, chant, multimédia… C’est un grand temps fort qui traverse la vie des jeunes. Martin Sautereau, lui, s’est senti transformé par l’expérience du Campobosco. Témoignage.

      Lire la suite

    • Les Anciens élèves de Don Bosco toujours plus innovants !

      ADB ADBS AG Le réseau des anciens élèves s'est réuni mi-mars à Lyon. L'occasion d'annoncer que le projet de plate-forme Don Bosco est entré dans sa phase opérationnelle. Rappelons l'objectif de la plate-forme Don Bosco : permettre aux élèves du réseau de trouver des stages, bénéficier de contacts en entreprise, en s'appuyant sur le réseau des anciens élèves et sur les entreprises proches de nos "maisons".

      Lire la suite

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

  • Société

    • Philo pour enfants : enseigner la morale, mais pas comme un cours de grammaire

      philo pour enfants 02 Enseigner le jugement moral par la philo ! C’est le pari de certains animateurs qui interviennent dans les écoles ou les centres socio culturel… Les ateliers philo destinés aux plus jeunes se développent un peu partout en France et en Belgique. Les approches et les méthodes sont nombreuses. Il s’agit de se familiariser avec les idées, de faire de l’éducation morale et civique par l’apprentissage du questionnement.

      Lire la suite

    • Question d’éducation : « En famille, on n’arrive pas à se parler ! »

      education parler en famille 02 Si le développement de l’esprit critique est au centre de la mission éducative de l’école, il est aussi, évidemment, central… dans nos propres familles. Comment se déroulent les échanges ? Comment donner du poids à la parole de l’enfant ? Et ouvrir leur horizon ? Les parents s’expriment sur les règles qu’ils adoptent.

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Ils continuent d'être appelés »

      Livre jmp appele « Il est deux manières, et peut-être deux manières seulement, de vivre sa vie. Soit je la considère comme une succession de hasards et de nécessités. Soit je la considère sous l’angle de la réponse à une vocation. » Ces quelques lignes sont le centre du livre de Jean-Marie Petitclerc : Ils continuent d'être appelés. Il propose un voyage sur le thème de la vocation... pour tous ceux qui veulent réussir leur vie et en même temps répondre à cet appel sur cette terre.

      Lire la suite

    • Le langage des jeunes change… vous comprenez quelque-chose ?

      Le langage des jeunes et ados le dico pour les parents Vous comprenez quelque chose ? Le langage des jeunes évolue et change constamment ; tout est une affaire de mode, de tendance. Si je vous parle de « tchatcheur », vous reconnaîtrez, pour la plupart, la signification : une personne qui parle beaucoup. Mais, nous pouvons les interpréter de différentes manières. Besoin d’un dictionnaire ?

      Lire la suite