Centre Afrique 2 pteLe 5 décembre dernier, à quelques jours de l'opération Sangaris, les anti-balaka (anti-machette) ont attaqué quelques bases des l'armée régulière (ex-séléka). Ils s'en sont suivies des représailles terribles et des exactions d'une part et d'autres (ex-seleka et anti-balaka) atroces. Des milliers de morts et des déplacés. Au total une cinquantaine des sites des déplacés à Bangui où vivent des personnes dans des conditions humanitaires très précaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les musulmans dans la ligne de mire, qu'ils soient tchadiens, maliens ou sénégalais ont quitté le pays en masse.


Le 10 janvier 2014, à l'issue du sommet de Commission Economique des Etats d'Afrique (CEEAC) du jeudi 9 au vendredi 2014, le président de la transition et le premier ministre ont démissionné. Des scènes de liesses dans la ville et dans les sites de déplacés. Sur les réseaux sociaux des messages de soulagements. A la tombée de la nuit, des détonations d'armes lourdes et tirs ont retenti puis calme. Ce calme fut précaire.


Le conseil de la transition, selon les textes, de retour de N'Djamena, à Bangui, se chargera de choisir un nouveau président de la transition ainsi que le premier ministre.

Que seront les jours à venir ? Nous vivons dans l'inquiétude

Pour le moment, tout est en stand by. Il y a crise dans tous les domaines:


Au niveau de l'Etat: paralysie des structures étatiques.


Au niveau social : il y a des déchirures atroces, des plaies encore béantes que leur pansement et cicatrisation ne sont pas pour maintenant. A moins, qu'il n'y ait vraiment des concessions et des sacrifices, de part et d'autre, des deux communautés religieuses (musulmans et chrétiens) emballées dans cette machination politique. Les familles sont fracturées, exilées. La vie familiale est disloquée. Certaines familles sont partagées entre les sites des déplacés ou reparties chez les parents à travers la ville. Celles qui le peuvent se sont exilées.


Au niveau sécuritaire : il y a tellement d'armes dans la ville. Selon, les témoignages des jeunes, les grenades sont vendues comme des galettes. Au moindre discussion ou problème, les menaces de les lancer fusent. Les anti-balaka, les ex-seleka (même désarmés, certains ont encore des armes) et les anciens FACA ont des armes, selon certaines personnes. La ville est une poudrière comme l'avait remarqué un reporter de TV5. Le pire peut arriver! Des bandits et braqueurs en profitent.

 

Au niveau humanitaire: comme l'ont relayé les ONG humanitaires sur certains médias, le pays vit une catastrophe humanitaire. Les personnes ont faim. Les distributions des vivres dans certains sites des déplacés drainent les quartiers et se soldent par des bagarres et des détournements de tout genre. L'accès aux soins demeure un problème. Dans les sites des déplacés de Bangui, les risques d'épidémies sont patents.

 

Au niveau économique : certaines entreprises sont fermées, d'autres fonctionnent au ralenti ainsi que l'administration. La plus part d'acteurs économiques étrangers dans le domaine du commerce sont partis.


Au niveau éducatif : quelle éducation ? Quelle formation ? Les sphères éducatives (famille, état, école) sont déstabilisées rendant hypothétique l'éducation, incertain l'avenir des enfants et des jeunes, même l'avenir du pays car l'avenir d'un pays dépend de la bonne éducation de ses fils disait Don Bosco. Les cours dans certains établissements à Bangui sont stoppés. Y aura-t- la reprise des classes ? Rien n'est sûr !


La réalité est trop complexe pour espérer une amélioration rapide. Retrouver cet âge d'or passera par la résolution globale de la crise et ses ramifications. Comme fils de Don Bosco, je suis optimiste, au dénouement heureux de ce qui se passe mais, pas un optimisme utopique.

 


Maguergue Eynem,

salésien de Don Bosco à la communauté de Bangui,

paroisse saint Jean, oratoire, Centre de jeunes, dispensaire

16 janvier 2014

 

Centre Afrique 1Centre Afrique 3-pte


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite