Le-P.-Alejandro-Moreno-180Le quotidien La Croix consacre une page entière sur le père Aljandro Moreno. Ce religieux salésien devenu sociologue a fondé en 1984 à Caracas le Centre d'investigations populaires et reste, à 79 ans, l'un des meilleurs spécialistes des « barrios » vénézuéliens. Il porte le même patronyme qu'un célèbre footballeur vénézuélien. Mais cet Alejandro Moreno-là est un salésien de Don Bosco âgé de 79 ans, réputé pour ses travaux sur la délinquance et la violence au Venezuela et chroniqueur régulier dans l'hebdomadaire El Nacional . Un coup d'œil aux rayonnages de livres qui tapissent son bureau sombre, à l'entrée du grand collège salésien Saint-François-de-Sales, au centre de Caracas, suffit à mesurer l'étendue de ses recherches. Il n'est guère d'ouvrages sur la société vénézuélienne parus depuis cinquante ans qu'il n'ait mémorisés.

 

 

 

 

 

 

 

Espagnol d'origine mais vivant à Caracas et naturalisé vénézuélien depuis son adolescence, ce religieux a opté, après ses années de philosophie et de théologie, pour la psychologie « pour mieux comprendre les adolescents vers lesquels je serais envoyé ».

Après un doctorat en sciences sociales, il enseigne à l'Université de Carabobo, puis à l'Université catholique Andrés Bello (UCAB) où il est toujours professeur émérite. Il prend alors conscience de l'absence de statistiques sociales fiables, l'État vénézuélien n'ayant ni la volonté ni les moyens de créer un institut indépendant pour cela. Il fonde donc en 1984 le Centre d'investigations populaires (CIP), dont le siège est toujours localisé dans le collège Saint-François-de-Sales de Caracas. « Il s'agissait de comprendre le fonctionnement des familles et le mode de vie du peuple vénézuélien », résume-t-il, le visage fatigué et le corps à moitié caché par sa table de travail surchargée.

Enquête sur la délinquance

Au fil des ans, le CIP est devenu l'un des meilleurs lieux de recherche en sciences sociales, attirant les universitaires et éditant des ouvrages de référence. Ainsi, c'est sous la direction du P. Alejandro Moreno que furent publiés, en 2009, deux volumes d'une remarquable enquête sur la délinquance et la violence populaires, sous le titre Y salimos a matar gente (« Et voilà que nous sortons pour tuer des gens »). Cosignés avec trois autres sociologues, ces deux volumes sont le résultat de centaines d'heures d'entretiens avec des jeunes des « barrios » (quartiers), notamment dans celui de San-Isidro-de-Petare où le P. Moreno a exercé son ministère pendant plus de vingt ans.

« Cette enquête est l'une des plus émouvantes et des plus perturbantes que j'ai lue dans mon existence », prévient en guise de prologue Atanasio Alegre, écrivain et universitaire bien connu au Venezuela. De fait, ces « histoires de vie » – selon la méthode sociologique de « l'école de Chicago » – font comprendre de l'intérieur comment des adolescents en arrivent, par désœuvrement ou désespoir, à acheter et utiliser des armes et comment ils contribuent à détériorer la société. « La société des barrios est matricentrée, explique le P. Moreno, enfoncé dans son fauteuil de cuir. La femme n'existe qu'en tant que mère et l'homme qu'en tant qu'il est et reste fils de sa mère. »

Fragilisation des institutions depuis Hugo Chavez

Pour lui, c'est donc une « grosse erreur » de considérer la violence comme le résultat de la déstructuration des familles car « cela fait plus de quinze siècles que la société sud-américaine fonctionne ainsi : c'est la mère qui porte tout, le père ne faisant que passer, quand il passe... ».

Un constat historico-sociologique qui ne l'empêche pas de dénoncer « la fragilisation des institutions et de tout le système sécuritaire » depuis l'élection de Hugo Chavez en 1998. « Les lois ont été renouvelées de manière ambiguë, si bien que leur application est devenue arbitraire ; ce qui a eu pour conséquence de favoriser une impunité quasi absolue », énonce le salésien en rappelant qu'au Venezuela, 94 % des crimes ne font l'objet ni d'enquêtes ni de poursuites. « De ce fait, il s'est peu à peu forgé une mentalité que si l'on veut quelque chose, on peut l'obtenir par les armes. »

Au cœur de la vie populaire : le rôle clé de la femme au Vénézuela

Les nombreux travaux publiés depuis près de trente ans par le Centre d'investigations populaires (CIP) portent tout autant sur la femme vénézuélienne (« L'Histoire de Felicia Valera ») ou sur l'homme vénézuélien (« En cherchant le père »), que sur le langage et les connaissances des jeunes des barrios (« Le Cercle et la Trame »)... Ces enquêtes du CIP se basent sur des méthodes dites « qualitatives », principalement les « histoires de vie » et l'« herméneutique conviviale », loin des méthodes classiques plus directives et distanciées. « Seuls des entretiens approfondis permettent de comprendre les motivations profondes et les relations des habitants à leur environnement », insiste le P. Alejandro Moreno. Ce qui fait dire à la sociologue vénézuélienne Veronica Zubillaga, qui fut l'une de ses anciennes étudiantes, que le prêtre salésien a contribué à établir une « ontologie » (étude de l'être) de la vie dans les barrios.


Claire Lesegretain

Caracas,

publié sur La Croix.fr 

30 janvier 2014


Mot du jour

synode des jeunes Don Bosco

Parole de jeunes : Marie

 

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • Les adultes dans le Défi Citoyenneté : quelle est leur place ?

      Defit citoyente adultes 03 Quel doit être l’accompagnement des adultes dans les projets des jeunes ? Aujourd'hui, grâce aux rencontres entre établissements dans les régions et grâce aux relectures, les chefs d'établissement, les éducateurs comprennent mieux leur rôle dans les projets des jeunes. Même si les projets sont menés par les jeunes, l’accompagnement des adultes est un ressort central de la réussite des projets Défi Citoyenneté.

      Lire la suite

    • De nouveaux établissements entrent dans le réseau Don Bosco

      Don Bosco Nouveau Etablissements 00 Le réseau Don Bosco compte 55 établissements en France, 6 en Belgique Sud, un au Maroc et un en Tunisie. Il y a également les établissements et réseaux associés ou invités. Certains établissements ont récemment rejoint le réseau Don Bosco ou sont en demande d’y entrer. Qui sont ces établissements qui entrent dans le réseau ?

      Lire la suite

    • Yahia Adane : « Le travail social n’est pas quantifiable »

      Yahia AEPCR Social 00 Qu’est ce qui donne du sens au travail social dans les quartiers ? Yahia Adane, directeur de l’association d’éducation populaire de Paris 20è et du réseau Don Bosco Action Sociale, témoigne de son approche du travail social. Fin aout, il rassemble tous les éducateurs de la structure et durant une journée il leur propose de réfléchir ensemble à cette question du sens du travail social.

      Lire la suite

    • Livre d’or de l’année scolaire au lycée Don Bosco à Marseille : « Don Bosco m’a redonné foi en mon avenir »

      don bosco marseille livre d or 01 L’année scolaire 2017-2018 s’achève et avec elle s’annonce le départ de nombreux jeunes et adultes. Ils ont laissé des empreintes visibles et invisibles au lycée Don Bosco de Marseille. Ils ont laissé des mots dans « un livre d’or » qui s’appelle : « Sans vous je ne peux rien faire ». Chaque année, les élèves volontaires transcrivent leurs sentiments vis-à-vis de l’établissement qu’ils quittent. Voici une des perles de ce cahier par le témoignage de Marie, accompagné de photos représentant des temps fort de l’année. Comme une maison, le lycée Don Bosco de Marseille éduque les jeunes… toujours et partout.

      Lire la suite

    • Camp d’été chez les Roms grace à ESPERE

      espere Lille don bosco 01 En 2010, Danièle Sciacaluga, Salésienne Coopératrice, visite les familles roms d’un camp de Lille. Pour faire face aux besoins éducatifs, en 2014, elle crée avec un prêtre salésien une association E.S.P.E.R.E. (Espoir Salésiens Pour les Enfants Roms d’Europe) pour promouvoir l’éducation des enfants en s’inspirant de la pédagogie de Don Bosco. Cet été 2018, l’aventure se poursuit. Ce fut le 5è camp. Une vraie collaboration se réalise l’été grâce au réseau DBAS.

      Lire la suite

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

  • Famille Salésienne

    • Week-end Don Bosco jeunes et familles. Inscrivez-vous pour les 10 ans

      week end don bosco 2018 C'est une édition exceptionnelle du " Week-end Don Bosco jeunes et familles " qui se prépare : l'édition des 10 ans ! Il aura lieu du 30 octobre au 3 novembre dans les Alpes. Le réseau des anciens élèves se met au service des jeunes et des familles en proposant quatre jours de détente, de sport, de réflexion et de spiritualité au cœur du village-vacances AEC de Samoëns (Haute-Savoie). Cinq jours à la montagne… et à la salésienne !

      Lire la suite

    • Week-end MSJ : c’est la rentrée !

      MSJ TRACT SEPT2018 Les 28-30 septembre c’est le premier rendez-vous du Mouvement Salésien des Jeunes de la rentrée ! Week-end de partage et de relecture d’expériences un peu particulier. Ils vivent un temps pour les jeunes organisés par les jeunes.

      Lire la suite

    • Camp jeunes : un séjour en « road trip » en Israël-Palestine

      pelerinage israel don bosco 01 Il y a deux ans, des jeunes de la paroisse d’Argenteuil, confiée aux salésiens de Don Bosco, voulaient partir en « road trip » en Israël pour retrouver l’origine du christianisme… Un projet un peu fou pour des jeunes adultes étudiants ou au tout début de leur vie active ! Ils demandent à la province si un salésien peut les accompagner spirituellement. Eté 2018, ce projet se réalise !

      Lire la suite

    • Campobosco : ils ont bien dé-collé !

      Campobosco 2018 02 Du 26 au 30 Août, plus de 250 jeunes, issus de notre réseau ou d’ailleurs, et une soixantaine d’adultes de la famille salésienne se sont retrouvés au Colle Don Bosco pour vivre la 14ème édition du Campobosco, sur le thème « Prêt à de-colle(r) ». Quatre jours, du dimanche 26 août au jeudi 30 août 2018, pour vivre un R.A.P. (Réflexions, Activités, Prières). 5 journées bien remplies pour recharger les batteries avant la rentrée scolaire !

      Lire la suite

    • A 29 ans, Tantely s’engage définitivement chez les Salésiens

      Don Bosco Madagascar voeux 05 Les liens entre les provinces salésiennes de Madagascar et de France-Belgique sont profonds et nourris. Plusieurs jeunes frères sont venus en France ces dernières années, dans le cadre de leurs études. Parmi eux, Tantely Randrianantenaina, 29 ans, arrivé en France d’abord à Ressins en 2015, puis à Lyon pour suivre des études de théologie à l’université catholique. Tantely était notamment accompagnateur auprès du MSJ Rhône-Alpes. Il a prononcé ses vœux définitifs le 2 septembre à Madagascar. Lionel Touron a fait partie de la délégation française, emmenée par le père provincial. Il témoigne.

      Lire la suite

    • Le MSJ, membre de Don Bosco Youth-Net : une ouverture sur le monde

      msj don bosco youth net 02 Depuis mars 2018, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) fait partie du réseau Don Bosco Youth-Net (DBYN). Convaincue de la pertinence de goûter à l’animation salésienne au sein d’autres réalités européennes, Anne-Florence Perras, présidente du MSJ, nous en donne les raisons et opportunités.

      Lire la suite