Le-P.-Alejandro-Moreno-180Le quotidien La Croix consacre une page entière sur le père Aljandro Moreno. Ce religieux salésien devenu sociologue a fondé en 1984 à Caracas le Centre d'investigations populaires et reste, à 79 ans, l'un des meilleurs spécialistes des « barrios » vénézuéliens. Il porte le même patronyme qu'un célèbre footballeur vénézuélien. Mais cet Alejandro Moreno-là est un salésien de Don Bosco âgé de 79 ans, réputé pour ses travaux sur la délinquance et la violence au Venezuela et chroniqueur régulier dans l'hebdomadaire El Nacional . Un coup d'œil aux rayonnages de livres qui tapissent son bureau sombre, à l'entrée du grand collège salésien Saint-François-de-Sales, au centre de Caracas, suffit à mesurer l'étendue de ses recherches. Il n'est guère d'ouvrages sur la société vénézuélienne parus depuis cinquante ans qu'il n'ait mémorisés.

 

 

 

 

 

 

 

Espagnol d'origine mais vivant à Caracas et naturalisé vénézuélien depuis son adolescence, ce religieux a opté, après ses années de philosophie et de théologie, pour la psychologie « pour mieux comprendre les adolescents vers lesquels je serais envoyé ».

Après un doctorat en sciences sociales, il enseigne à l'Université de Carabobo, puis à l'Université catholique Andrés Bello (UCAB) où il est toujours professeur émérite. Il prend alors conscience de l'absence de statistiques sociales fiables, l'État vénézuélien n'ayant ni la volonté ni les moyens de créer un institut indépendant pour cela. Il fonde donc en 1984 le Centre d'investigations populaires (CIP), dont le siège est toujours localisé dans le collège Saint-François-de-Sales de Caracas. « Il s'agissait de comprendre le fonctionnement des familles et le mode de vie du peuple vénézuélien », résume-t-il, le visage fatigué et le corps à moitié caché par sa table de travail surchargée.

Enquête sur la délinquance

Au fil des ans, le CIP est devenu l'un des meilleurs lieux de recherche en sciences sociales, attirant les universitaires et éditant des ouvrages de référence. Ainsi, c'est sous la direction du P. Alejandro Moreno que furent publiés, en 2009, deux volumes d'une remarquable enquête sur la délinquance et la violence populaires, sous le titre Y salimos a matar gente (« Et voilà que nous sortons pour tuer des gens »). Cosignés avec trois autres sociologues, ces deux volumes sont le résultat de centaines d'heures d'entretiens avec des jeunes des « barrios » (quartiers), notamment dans celui de San-Isidro-de-Petare où le P. Moreno a exercé son ministère pendant plus de vingt ans.

« Cette enquête est l'une des plus émouvantes et des plus perturbantes que j'ai lue dans mon existence », prévient en guise de prologue Atanasio Alegre, écrivain et universitaire bien connu au Venezuela. De fait, ces « histoires de vie » – selon la méthode sociologique de « l'école de Chicago » – font comprendre de l'intérieur comment des adolescents en arrivent, par désœuvrement ou désespoir, à acheter et utiliser des armes et comment ils contribuent à détériorer la société. « La société des barrios est matricentrée, explique le P. Moreno, enfoncé dans son fauteuil de cuir. La femme n'existe qu'en tant que mère et l'homme qu'en tant qu'il est et reste fils de sa mère. »

Fragilisation des institutions depuis Hugo Chavez

Pour lui, c'est donc une « grosse erreur » de considérer la violence comme le résultat de la déstructuration des familles car « cela fait plus de quinze siècles que la société sud-américaine fonctionne ainsi : c'est la mère qui porte tout, le père ne faisant que passer, quand il passe... ».

Un constat historico-sociologique qui ne l'empêche pas de dénoncer « la fragilisation des institutions et de tout le système sécuritaire » depuis l'élection de Hugo Chavez en 1998. « Les lois ont été renouvelées de manière ambiguë, si bien que leur application est devenue arbitraire ; ce qui a eu pour conséquence de favoriser une impunité quasi absolue », énonce le salésien en rappelant qu'au Venezuela, 94 % des crimes ne font l'objet ni d'enquêtes ni de poursuites. « De ce fait, il s'est peu à peu forgé une mentalité que si l'on veut quelque chose, on peut l'obtenir par les armes. »

Au cœur de la vie populaire : le rôle clé de la femme au Vénézuela

Les nombreux travaux publiés depuis près de trente ans par le Centre d'investigations populaires (CIP) portent tout autant sur la femme vénézuélienne (« L'Histoire de Felicia Valera ») ou sur l'homme vénézuélien (« En cherchant le père »), que sur le langage et les connaissances des jeunes des barrios (« Le Cercle et la Trame »)... Ces enquêtes du CIP se basent sur des méthodes dites « qualitatives », principalement les « histoires de vie » et l'« herméneutique conviviale », loin des méthodes classiques plus directives et distanciées. « Seuls des entretiens approfondis permettent de comprendre les motivations profondes et les relations des habitants à leur environnement », insiste le P. Alejandro Moreno. Ce qui fait dire à la sociologue vénézuélienne Veronica Zubillaga, qui fut l'une de ses anciennes étudiantes, que le prêtre salésien a contribué à établir une « ontologie » (étude de l'être) de la vie dans les barrios.


Claire Lesegretain

Caracas,

publié sur La Croix.fr 

30 janvier 2014


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e13

Dans le groupe, dans la classe il n’est pas si évident que cela d’être accepté, surtout si l’on affiche, un tant soit peu, une différence. Et l’on sent bien en filigrane une souffrance. Une solution : affirmer sa personnalité en s’affirmant soi-même. « Je suis comme je suis, et puis c’est tout. »

Les causes du rejet ? Camille le décrit ainsi : « les gens n’avaient pas cette ouverture d’esprit… maintenant, je me sens acceptée comme je suis, car je suis dans un cadre où les gens ont plus un style extraverti… et je me sens complice par rapport à ça. ». Mais la mise à part peut venir aussi d’un manque de confiance en soi. « Pendant un moment j’étais vraiment asocial, j’avais du mal à accepter les gens qui eux m’acceptaient. » (Raphaël). Sortit d’un problème d’acceptation demande une prise conscience des autres mais aussi un travail sur soi-même. La personnalité de chacun est en jeu.

Question : sommes-nous sensible à veiller à ce que chacun trouve sa place dans son environnement, dans la société ?

Voir le 13è épisode : Etre accepté ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite