Lionel dans les plantations355Douze ans plus tard, le séjour en Haïti avec les salésiens fait toujours partie de la vie de Lionel, 28 ans, aujourd'hui ingénieur agronome. C'est ainsi que certains voyages influencent des choix de vie. Lionel le prouve.

 

 

Lionel est ardennais, natif de Trois-Ponts dans le pays de Liège. Il a 17 ans en 2002 lorsqu'ils ont participé avec douze jeunes et adultes à un chantier au centre salésien de formation, situé dans le quartier populaire de Thorland, dans la banlieue de Port-au-Prince. Ce centre accueille aussi des enfants et des jeunes durant les vacances d'été pour leur offrir des activités éducatives. « Nous faisions partie de l'équipe des animateurs avec les haïtiens, et nous avons participé à la construction d'un étage d'un bâtiment comme main d'œuvre. » Ce bâtiment a résisté au séisme de janvier 2010, disent-ils avec fierté. Mais leur grand souvenir est ce partenariat avec des jeunes de là-bas, basé sur un échange de compétences. Les jeunes belges avaient emmené du matériel pour les bricolages, les ateliers créatifs, les jeux collectifs. Les haïtiens, eux travaillent avec rien ou presque rien. Ils font du foot, de la gymnastique, des bricolages avec de la récupération, et aussi beaucoup de danse.

 

« Nous étions en permanence avec eux. Pour les ateliers tôt le matin (profitant de la fraîcheur) et toute la matinée ; et l'après-midi, pour les visites de découverte du pays. Ce sont ces relations humaines qui ont été pour nous les plus marquantes. Et aussi le fait d'avoir dû nous remettre en question... car il a fallu le reconnaître, plusieurs de nos idées étaient inadaptées ! »

 

Des études d'ingénieur après son expérience d'adolescent

Lionel a ensuite entrepris des études d'agronomie à Louvain-la-Neuve, par intérêt pour la nature et l'écologie. Durant toutes ses études, il est resté sensible à la dimension de solidarité et il a formé un groupe parrainé pour participer aux 24 heures vélo de Louvain-la-Neuve. Cette manifestation à la fois sportive et folklorique draine des milliers de jeunes, et si certains viennent essentiellement pour l'exploit sportif et pour la fête, d'autres en profitent pour faire connaître leur association et, comme lui, donner à l'événement une dimension philanthropique.

 

Ses études terminées, avant de s'engager dans le monde du travail, Lionel a voulu exporter ses compétences comme volontaire dans un pays du Tiers-Monde. C'est par l'ONG salésienne VIDÈS qu'il a abouti à Madagascar, dans la maison d'Ivato, quartier d'Antananarivo, la capitale, où il a passé six mois en 2008/2009. Ce centre comporte une école d'agronomie, mais comme il y avait déjà des professeurs pour cela, il a été chargé de donner des cours de français et surtout d'accompagner les jeunes de l'internat comme éducateur. Pour son bonheur, il y a retrouvé l'atmosphère d'Haïti, la manière salésienne d'être avec les jeunes.

 

Lionel. 20 km à Bruxelles 355Engagé ici, prêt à repartir là-bas

Actuellement, il réside à Bruxelles et il travaille dans un bureau d'étude qui traite de la dépollution des sols lors du rachat et de l'aménagement de friches industrielles. Un travail intéressant, mais il n'a pas l'intention d'y passer toute sa vie, il aimerait refaire de nouveaux projets en Haïti ou à Madagascar.

 

En attendant, il reste actif dans l'association « Farnières-Haïti pou ti moun yo », notamment en parrainant des écoliers pris en charge par les salésiens. Et depuis cinq ans, il organise une équipe - bien étoffée ! - de marathoniens amateurs qui établissent leurs quartiers chez lui, pour participer aux 20 km de Bruxelles, toujours selon le principe du parrainage, en faveur des jeunes haïtiens.

 

 

Jean-François Meurs

17 juillet 2014

 

 

 

Ivato

Don Bosco à Ivato

L’Institut Notre Dame de Clairvaux est un centre d’accueil salésien pour jeunes garçons pauvres et en difficulté. Il comprend un Centre de formation professionnelle avec les sections de mécanique, menuiserie, maçonnerie, agriculture. Il comprend aussi une école primaire. La Province de Madagascar compte dix maisons, dont une à l’île Maurice.

 

 

 

Haiti

Farnières-Haïti pou ti moun yo

L'association Farnières-Haïti « pour les enfants » a été fondée en l'an 2000 avec pour objet social principal d'emmener des jeunes faire connaissance avec la réalité haïtienne, dans un but éducatif. Le voyage a lieu tous les deux ans. L'association soutient une série de projets en lien très étroit avec le bureau d'études des salésiens.

www.farnieres-haiti.org

 

 

 

 

Vidès

Volontariat International VIDES

Organisme International de Volontariat créé par les soeurs salésiennes pour la promotion de la femme à partir de l'éducation. Des jeunes mettent leur temps et leurs talents au service d'enfants et de jeunes défavorisés dans le cadre d'une communauté salésienne.

Vidès France : www.vides-france.com

Vides belgique www.salesiennes-donbosco.be

 

 

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite