Cremisan le mur 2 355La Cour suprême israélienne vient de suspendre la construction du mur de séparation dans la vallée de Crémisan et somme l'armée israélienne de définir un nouveau tracé. Cette décision apparaît comme une victoire pour la communauté salésienne sur place qui risquait de voir ses terres divisées par le mur.

 

 

 

Le mur de séparation menace les terres salésiennes de la vallée de Crémisan 

D’apparence paisible et agricole, la vallée de Crémisan et ses 170 hectares sont, depuis 2006, le théâtre d’un imbroglio judiciaire. L’armée israélienne, avec sa « barrière de sécurité », ce mur de béton qui peut atteindre huit mètres de haut, perçu comme un serpent de mer divisant les communautés, prévoyait de morceler la vallée.

 

Les deux options envisagées pour le tracé du mur ont pour point commun de couper en leur cœur les terres des sœurs salésiennes installées sur place. La première prévoyait de laisser leur école et le couvent, côté palestinien. Mais, tel un îlot improbable longé par le « mur de l’apartheid », comme le nomment les Palestiniens, le seul accès dont disposerait le couvent à ses terres serait une porte gardée par des soldats. La seconde envisageait de placer les salésiennes du côté israélien, ce qui n’aurait rien changé : le mur de béton n’aurait pas disparu. Le check-point pour se rendre à l’école non plus.

 

Cremisan 355Malgré les voix qui s’élèvent, l’avis consultatif de la Cour internationale de justice notifiant l’illégalité du mur et après sept années de procédures acharnées, la justice israélienne s’était prononcée en faveur de sa construction courant avril 2013. Ce qui avait pour conséquence de placer les salésiennes côté israélien et de diviser la vallée. Rejetant en bloc les recours présentés par les propriétaires fonciers de la vallée et par la Société Saint-Yves, la commission spéciale d’appel israélienne, qui a pour charge de statuer sur les questions relatives aux confiscations de terres, expliquait alors qu’il s’agit d’une « solution raisonnable qui prend en compte les besoins, en termes de sécurité, de l’État d’Israël d’une part et la liberté de religion ainsi que le droit à l’éducation d’autre part ». [...]

 

La Cour a pris en considération l’importance de l’unité des couvents salésiens

Après la décision de la commission spéciale d’appel israélienne, un nouveau recours avait été déposé auprès de la Cour suprême, la plus haute instance judiciaire israélienne. Les juges se sont réunis le 4 août pour valider ou non le tracé du mur dans cette région au sud de Jérusalem. Et le verdict, rendu public une semaine plus tard, enjoint aux autorités israéliennes de définir un nouveau tracé avant le 4 septembre. Une victoire évidente pour la communauté salésienne, même s’il faut attendre la nouvelle proposition de l’armée israélienne. « Cette décision de justice ne peut pas être considérée comme finale, a tempéré Tzvi Avni, l’avocat des sœurs salésiennes. Mais la Cour a pris en considération l’importance du respect des droits et des libertés religieuses ainsi que de l’unité des couvents salésiens. »

 

 

 

Joseph Dauce

Extrait d'un article paru le 13/8/14 dans La Croix

 28 août 2014

 

 


Mot du jour

« Pour ne pas se faire bouffer, il faut savoir garder une distance. » Langage de dompteur utilisé parfois par les enseignants ou les éducateurs. Toute la question est de savoir quelle est la juste distance. Trop loin, on peut paraître distant, inaccessible, difficilement abordable. Trop proche, on peut paraître jouer au copain ou au démagogue. Pour l’éducateur salésien, la présence sait se faire assez proche. Il ne faut pas craindre d’aller là où sont les jeunes, quitte à parfois « se faire jeter ». Il faut connaître ce qu’ils aiment et se plaire en leur compagnie. Il n’y a pas de « juste distance » définie une fois pour toutes. Le discernement de l’éducateur saura évaluer différemment, en fonction de la situation de chaque jeune. Une proximité amicale pourra être appréciée et bénéfique pour l’un, alors qu’elle sera vécue par un autre comme une agression, en référence à une mauvaise expérience affective. L’art de l’éducateur comprend aussi celui de savoir trouver sa place par rapport à un jeune.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite