Colombie SalesiensEn Colombie, au cœur d'un des quartiers les moins sûrs de Bogota, les salésiens de Don Bosco accueillent et forment les jeunes. L'ONG bruxelloise Via Don Bosco et la fondation française Saint Paul Apôtre y ont soutenu un projet remarquable, baptisé Pacto Motor.

 

 

La Colombie : un pays d'une richesse et d'une croissance économique incroyables mais affecté en même temps par une pauvreté et une inégalité sociale extrêmes ; marqué à la fois par un urbanisme révolutionnaire et innovant et par un conflit armé à l'origine d'un exode rural forcé.

 

Le centre Juan Bosco Obrero se situe au cœur de Ciudad Bolívar, l'un des quartiers populaires les plus peuplés, les plus pauvres et les moins sûrs de Bogota. Au cours des dernières décennies, Ciudad Bolívar a accueilli des familles déracinées venues du pays tout entier, fuyant la lutte armée qui oppose les différents groupements (para)militaires et révolutionnaires. Aujourd'hui, à quelque 3 000 mètres d'altitude, ce sont plus de 500 000 personnes qui vivent entassées dans d'innombrables mini-habitations en béton le long d'un lacis inextricable de ruelles.

 

Le centre professionnel : une chance pour les jeunes

C'est ici qu'il y a quinze ans, Padre Jaime – un salésien colombien qui ne manque aucune occasion de rappeler qu'il a étudié trois ans à Louvain – a concrétisé son rêve : la construction d'un centre professionnel et d'un foyer pour les fils et les filles de Ciudad Bolívar. Nombre de jeunes entrent en contact avec le centre JBO via les cours hebdomadaires de rap, de salsa, de capoeira et de break dance organisés par les associations de jeunes du centre. En même temps qu'ils s'adonnent à leur nouveau passe-temps, ils découvrent une nouvelle manière d'exprimer leurs peurs, leurs rêves et leurs désirs.
Ciudad Bolívar connaît un taux de chômage extrêmement élevé, et sur cinq jeunes entre 16 et 24 ans, un seul fréquente l'école. Bon nombre de jeunes cherchent leur salut dans des bandes armées et des pratiques commerciales illégales, un cercle vicieux qui entretient l'image négative du quartier et de ses habitants, et favorise encore davantage l'exclusion socio-économique.

 

Chaque année, au centre JBO, plus de huit-cent jeunes suivent une formation professionnelle et deviennent électriciens, charpentiers ou mécaniciens automobiles. Mais il ne leur suffit pas de suivre une formation pour accéder automatiquement au marché du travail et encore moins pour décrocher un emploi décent. Tant s'en faut. Pour accompagner les jeunes diplômés dans leur recherche d'un emploi, le centre JBO a mis sur pied, voici une dizaine d'années, une agence pour l'emploi, avec le support de VIA Don Bosco. Cette agence a rapidement enregistré des résultats remarquables.

 

Colombie  Salesiens3Chaque année plus de 800 jeunes suivent une formation professionnelleUn partenariat entre le public et le privé qui fonctionne

Au lendemain d'un grand salon pour l'emploi en 2010, Rosalba et son équipe ont fait un constat douloureux mais limpide : des dizaines d'entreprises actives dans le secteur automobile et du transport cherchent du personnel, mais les jeunes diplômés de Ciudad Bolívar sont recalés au moment de la sélection. C'est ce manque manifeste de rapprochement entre les attentes des entreprises, d'une part, et "l'offre" de jeunes chercheurs d'emploi, de l'autre, qui a réuni Rosalba et le président de la Fondation Chevrolet autour de la table. Cette rencontre a donné naissance au Pacto Motor.

L'idée centrale du Pacto Motor est que tout le monde profite d'un pacte multi-acteurs en faveur du travail décent dans un secteur déterminé. Le secteur automobile recherche du personnel technique bien formé, les fondations d'entreprises poursuivent un entreprenariat socialement responsable et les salésiens, en tant qu'éducateurs, veulent préparer les jeunes à exercer un travail décent par le biais de programmes de formation de haute qualité.

 

Un modèle exemplaire pour la Colombie

Le projet pilote a remporté un vif succès : en 2013, plus de 150 jeunes ont trouvé un travail décent grâce au Pacto Motor, soit quatre-vingt-dix-huit pour cent des diplômés. Cette année, ce ne sont pas moins de 900 jeunes victimes du conflit armé en Colombie qui ont la chance de suivre une formation gratuite et de haute qualité dans le secteur de l'automobile et du transport. Ce modèle de "Pacte pour un travail décent" a suscité un tel enthousiasme de la part du Ministère colombien de l'Emploi et du Travail que des projets pilotes ont déjà été mis sur pied dans d'autres villes et secteurs. Le secteur touristique se trouve en tête de la liste des priorités.

Pour VIA Don Bosco, Pasto Motor est également un exemple de réussite. Pour le responsable de projet : « Il est très valorisant de constater que les projets dans lesquels nous avons investi avec nos partenaires au cours des dernières années – le centre professionnel avec ses ateliers, son agence pour l'emploi et ses associations de jeunes – peuvent ainsi se développer et s'épanouir. Donner aux jeunes des chances pour l'avenir sans s'arrêter ... Voilà notre objectif ! »

 

Kaat Torfs

Responsable des projets pour la Colombie, Via Don Bosco

4 décembre 2014

 

 

 

VIA DON BOSCO LOGOVIA DON BOSO


Basé à Bruxelle, VIA Don Bosco soutient des organisations en Afrique, en Asie et en Amérique Latine. Celles-ci ont pour objectif d'améliorer les capacités professionnelles et sociales de personnes défavorisées de façon à les intégrer dans le monde du travail. A travers les projets d'éducation au développement, Via Don Bosco créé des liens entre des écoles belges et les partenaires du Sud.


Mot du jour

Toute vie humaine est une musique sacrée

« Mon âme est comme un orchestre caché. Je ne sais pas quels instruments résonnent et jouent en moi, cordes et harpes, timbales et tambourins. Je ne peux me connaître que comme une symphonie. »

Elle fait partie d’un petit groupe appelé « les amoureux de la musique », où l’on se partage des découvertes musicales. 

Elle joue et chante avec d’autres et pour Dieu, pour renforcer la communion entre eux et avec Lui.

Elle a longtemps suivi des cours de musique, explorant seule et en groupe son corps et ses émotions.

Elle compose, expérience de liberté et de choix.

Elle n’oublie pas la pause et le silence, car Dieu se révèle aussi dans le creux silencieux de son cœur.

Elle a appris que les trois sources d’inspiration de la musique sont l’amour, la souffrance et le divin (d’après Benoît XVI).

La musique est une école de vie, toute vie humaine est une musique sacrée…

 

ÉcouterTu es bon

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Martin Sautereau : « je veux transmettre ce que j’ai reçu. »

      martin au campobosco 01 Le prochain Campobosco a lieu du 26 au 30 août à Turin (Italie). Écoute de grands témoins et débats entre jeunes, jeux, célébrations, veillées festives, activités sportives, ateliers : théâtre, clown, danse, musique, chant, multimédia… C’est un grand temps fort qui traverse la vie des jeunes. Martin Sautereau, lui, s’est senti transformé par l’expérience du Campobosco. Témoignage.

      Lire la suite

    • Les Anciens élèves de Don Bosco toujours plus innovants !

      ADB ADBS AG Le réseau des anciens élèves s'est réuni mi-mars à Lyon. L'occasion d'annoncer que le projet de plate-forme Don Bosco est entré dans sa phase opérationnelle. Rappelons l'objectif de la plate-forme Don Bosco : permettre aux élèves du réseau de trouver des stages, bénéficier de contacts en entreprise, en s'appuyant sur le réseau des anciens élèves et sur les entreprises proches de nos "maisons".

      Lire la suite

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

  • Société

    • Philo pour enfants : enseigner la morale, mais pas comme un cours de grammaire

      philo pour enfants 02 Enseigner le jugement moral par la philo ! C’est le pari de certains animateurs qui interviennent dans les écoles ou les centres socio culturel… Les ateliers philo destinés aux plus jeunes se développent un peu partout en France et en Belgique. Les approches et les méthodes sont nombreuses. Il s’agit de se familiariser avec les idées, de faire de l’éducation morale et civique par l’apprentissage du questionnement.

      Lire la suite

    • Question d’éducation : « En famille, on n’arrive pas à se parler ! »

      education parler en famille 02 Si le développement de l’esprit critique est au centre de la mission éducative de l’école, il est aussi, évidemment, central… dans nos propres familles. Comment se déroulent les échanges ? Comment donner du poids à la parole de l’enfant ? Et ouvrir leur horizon ? Les parents s’expriment sur les règles qu’ils adoptent.

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Ils continuent d'être appelés »

      Livre jmp appele « Il est deux manières, et peut-être deux manières seulement, de vivre sa vie. Soit je la considère comme une succession de hasards et de nécessités. Soit je la considère sous l’angle de la réponse à une vocation. » Ces quelques lignes sont le centre du livre de Jean-Marie Petitclerc : Ils continuent d'être appelés. Il propose un voyage sur le thème de la vocation... pour tous ceux qui veulent réussir leur vie et en même temps répondre à cet appel sur cette terre.

      Lire la suite

    • Le langage des jeunes change… vous comprenez quelque-chose ?

      Le langage des jeunes et ados le dico pour les parents Vous comprenez quelque chose ? Le langage des jeunes évolue et change constamment ; tout est une affaire de mode, de tendance. Si je vous parle de « tchatcheur », vous reconnaîtrez, pour la plupart, la signification : une personne qui parle beaucoup. Mais, nous pouvons les interpréter de différentes manières. Besoin d’un dictionnaire ?

      Lire la suite