Ebola Afrique salesiens mission Qu'on ne s'y trompe pas : si les médias occidentaux sont passés à autre chose, le virus Ebola continue de faire des ravages en Afrique. Les Salésiens sont présents auprès des populations affectées et menacées, pour assurer la distribution de vivres et prévenir la propagation du virus, à travers des actions de sensibilisation et d'éducation.

Sur place, la tâche paraît insurmontable. Pourtant, les Salésiens ne désarment pas. « Il y a 80 nouvelles contagions chaque jour », constatent les Sdb présents en Sierra Leone, où plus de 1 200 morts du virus ont déjà été recensés. Au Libéria, pays voisin, Lothar Wagner, Salésien coadjuteur, observe qu'il y a « des quartiers en quarantaine, mais vu que la nourriture n'y arrive pas, les gens, désespérés, ne respectent pas les mesures de cloisonnement ».

  

L'enjeu premier : distribuer des vivres et des médicaments aux populations affectées. Pour ce faire, les Salésiens ne travaillent pas seuls. Une grande synergie les lie à d'autres congrégations religieuses et aux nombreuses ONG présentes sur place. Entre autres : l'association Stop Hunger Now, « un de nos partenaires privilégiés », témoigne Jessica O'Connor, de la Procure Missionnaire Salésienne. Il faut dire qu'à cause de virus, de nombreux agriculteurs sont morts, les marchés locaux ont fermé, ainsi que les cantines d'écoles, qui permettaient aux élèves de recevoir au moins un repas chaque jour. « C'est pourquoi nous travaillons au lancement d'un projet pour créer des potagers gérés par les familles », explique le Père Jorge Crisafulli, Supérieur de la Province Afrique occidentale anglophone.

 

Diffuser l'espoir, éloigner la peur

Un autre enjeu primordial est celui la communication. Si, en Europe, l'épidémie est une réalité tangible – bien que lointaine –, en Afrique, elle reste ignorée, voire tabou. « Personne ne parle d'Ebola, témoigne le Père Crisafulli. Et la sensibilisation doit être faite avec attention, car il y a eu des cas où des volontaires pour l'information et la prévention ont été attaqués par les communautés ». En Guinée Conakry, les Pères salésiens J.R. Guinea, R. Sabé et E. Hernando, originaires d'Espagne, font partie d'un comité d'intervention pour informer la population et prévenir les risques d'infections ultérieures.

 

Si ces efforts semblent secondaires au regard du manque cruel de vivres et de médicaments, ils demeurent essentiels car, sur place, beaucoup ne croient pas qu'Ebola soit réel et hurlent au complot. Or, comment guérir des individus qui doutent de la véracité de la maladie ? Pour le Père Crisafulli, l'éducation passe d'abord par un média par la radio. L'objectif : diffuser l'espoir et éloigner la peur.

 

« Seulement l'aide internationale nous permettra d'en sortir. Nous vous prions d'envoyer lits, laboratoires, experts, médecins, infirmiers... pour éviter une épidémie globale », appelle Lothar Wagner. Ni lui, ni les autres salésiens présents sur place ne comptent quitter le sol africain avant que le virus soit contré. « Pourquoi suis-je encore ici ? demande le Père Hernando, en Afrique depuis plus de 30 ans. Pour la simple raison que nous ne pouvons pas abandonner la population ».

 

Rémi Favresse (d'après ANS)

1er janvier 2015

 

Ebola-Afrique-salesiens-provincial-Le Père Crisafulli, Provincial en Afrique occidentale anglophoneEbola-Afrique-salesiens-Pour endiguer l’épidémie, les écoles ont fermé, privant les enfants des repas que leur offrait la cantine


Mot du jour

« Aujourd’hui, émerveille-toi ! » Qu’est-ce à dire ? “ Pierre Bourdieu dit : « Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m’émerveiller des vrais miracles.” 

Notre société nous propose tant de choses comme indispensables à notre bonheur, tant de ces « faux enchantements » que nous tombons souvent dans le panneau. Equipements technologiques dernier cri, voyages à l’autre bout du monde … Et si nous essayions de nous émerveiller « des vrais miracles » : un jeune en échec scolaire qui trouve sa voie et se lance avec enthousiasme dans une formation, un pardon accordé, la générosité d’adolescents révoltés qui font des maraudes auprès des SDF ou du soutien scolaire auprès de migrants, les exploits des sportifs du handisport…

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite