SALESIANI NEL MONDO 01 Waterfall high3Les salésiens sont présents au Nigéria dans six œuvres qui accueillent de très nombreux jeunes. En 2004, les frères et pères africains étaient 52. Aujourd'hui, ils sont 122. Malgré le climat pesant, les salésiens continuent à travailler auprès des jeunes de ce pays, dont la population dépasse les 110 millions de moins de 25 ans. Par la formation et l'éducation, les religieux ont un rôle clé dans le maintien de la paix et le développement humain et économique.

 

 

Le fléau s'appelle Boko Haram. Il s'agit d'un mouvement de guérilla féroce, organisée de façon sommaire et qui se donne pour objectif de fonder un état islamique au Nigeria. Il attire les islamistes radicaux, les paysans touchés par la sécheresse et la famine et les jeunes désœuvrés. Son nom, en langue hausa signifie littéralement « l'éducation occidentale est mauvaise. »

 

Boko Haram peut intervenir à n'importe quel moment 

L'enlèvement de plus de 200 jeunes filles a ouvert de vieilles blessures. « La situation générale du pays est fragile, très tendue, avec un climat de peur car Boko Haram se déplace librement. Les gens ont la sensation que ce terrorisme peut toucher à n'importe quel moment et dans n'importe quelle partie de la région » expliquent les missionnaires salésiens qui travaillent dans le pays.

 

« Les familles des jeunes enlevées étaient très en colère et beaucoup voulaient aller dans la forêt pour récupérer leurs filles mais c'était trop dangereux », disent les salésiens. Cependant, même si la population nigérienne vivait dans la peur, chaque jour, il y avait des manifestations pour réclamer la libération des jeunes filles. « Ce sont toutes des jeunes filles chrétiennes. De nombreuses familles catholiques du Nord du pays nous contactent pour que nous accueillions leurs filles dans notre école et notre internat de façon à ce qu'elles puissent continuer leurs études » expliquent les salésiens.

Dans le Nord du pays, où agit Boko Haram, la peur a fait fermer beaucoup d'écoles. Seules restent ouvertes celles qui sont gardées par les militaires, lesquels craignent toujours une attaque à l'arme lourde de la part de Boko Haram contre laquelle ils ne pourront rien. »

 

Les racines de la violence et de l'insécurité

Don Silvio Roggia, vicaire de la Province décrypte la situation : « La violence dépend d'un mélange de facteurs : il y a le fondamentalisme islamique. Mais il faut aussi considérer les questions économiques et de pouvoir. Le pétrole est une richesse énorme mais qui n'a jamais été partagée avec la population. C'est probablement là que se trouve une racine lointaine du problème. Un facteur géographique peut jouer aussi : il y a des années, quand les présidents de la République étaient des gens de l'Ouest et du Nord du pays, il y avait beaucoup d'enlèvements dans le Sud et le Nord était plus tranquille. Maintenant que le président est du Sud, les enlèvements ont cessé dans le Sud et c'est dans le Nord que se produit ce phénomène.

 

 

Le Nigéria étant une République Fédérale, beaucoup d'états se sont développés de façon responsable et autonome. Mais, d'une façon générale, socialement, l'enrichissement a touché les classes plus aisées, la classe moyenne n'est pas encore sortie d'affaire, tandis que les pauvres sont vraiment très nombreux. Il n'y a pas encore de vrai projet pour éradiquer la pauvreté.

 

Des jeunes bien d'aujourd'hui

Les jeunes du Nigeria sont semblables à leurs contemporains. Ils ont tous un téléphone en poche et sont en communication avec le monde entier. Certainement, le « rêve américain » est très attirant pour eux : les Etats-Unis, mais aussi l'étranger, en général, représentent un espoir, parce qu'il y a beaucoup de chômage au Nigeria.

 

C'est pourquoi, nous, Salésiens, nous nous efforçons de répondre à cette recherche de travail par la formation technique et l'éducation aux médias. »

 

 

SALESIANI NEL MONDO 02 kids3Le dialogue est pour tous l'unique manière de vivre ensemble. Les salésiens et les musulmans

Don Michaël Karikunnel, salésien indien missionnaire en Afrique depuis environ 30 ans se trouve actuellement au Nigeria. Il espère pouvoir ouvrir une école professionnelle pour les jeunes chômeurs de Lagos. Il insiste sur le rôle primordial de l'éducation à l'accueil, à l'écoute en ce qui concerne les relations entre religions différentes : « Le dialogue est pour tous l'unique manière de vivre heureux, ensemble. Nous faisons partie de la même famille de Dieu. Nous faisons le même voyage : tous nous cherchons la vérité et cela nous rapproche. »

 

 

Extrait du Bolletino Saliesano
Traduit pas Joëlle Drouin
10 février 2015

 

 

 

SALESIANI NEL MONDO 06 Formation pour les femmes3Les jeunes du Nigeria sont semblables à leurs contemporains

SALESIANI NEL MONDO 04 Atelier de formation professionnelle au Nigeria3Ils ont tous un téléphone en poche et sont en communication avec le monde entier.


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite