Salesiens nepal 5Après le séisme, les actions de solidarité se poursuivent au Népal. Les secours réalisés par les Salésiens, les anciens élèves et les amis de l'oeuvre salésienne au Népal continuent sans relache. L'équipe salésienne, qui s'est vue confier par les autorités locales la tâche de la coordination de l'aide,  se donne totalement pour les secours alimentaires et pour le soutien psychologique à la population frappée par le séisme.

 

 

Les besoins sont immenses et les personnes à secourir sont innombrables. Les dernières estimations parlent d'un bilan d'ensemble de 10.000 morts.

 

L’équipe salésienne coordonnent les secours au Népal

La présence salésienne dans le pays, le « Nepal Don Bosco », collabore côte-à-côte avec les autres associations humanitaires. Dans la vallée de Kathamandou, elle a reçu la mission de poursuivre les opérations et de coordonner les secours avec les Comités des villages.

 

La population elle-même demande l'aide des salésiens : notamment les lieux les plus frappés de Sindhupalchok – où on a enregistré le plus grand nombre de victimes. Les responsables du « Nepal Don Bosco » ont envoyé un camion chargé de matériel de secours et de kits alimentaires pour 5 jours pour chaque famille.

 

Actuellement ce dont ils ont le plus besoin ce sont des tentes pour s'abriter des intempéries. Sur place, il est difficile de s'en procurer. Et pour les faire arriver de l'extérieur, il faut au moins deux jours, à cause des permis demandés.


La population locale, entre temps, est très éprouvée : après le tremblement de terre et les diverses secousses, c'est maintenant la pluie qui est à l'origine d'autres problèmes : on craint les épidémies. Les gens se plaignent aussi à cause de la lenteur des opérations de secours et la distribution des fonds. Ces sujets entrainent des polémiques politiques qui ne facilitent pas les choses.

 

Salésiens et Filles de Marie Auxiliatrice auprès des familles et des enfants

Les écoles resteront fermées au moins jusqu'à samedi. Et il y a ceux qui voudraient rentrer dans leurs propres maisons, même s'ils sont frappés par la peur. Des élèves se sont adressés aux Salésiens, manifestant toute leur inquiétude : « Est-ce le jour du Jugement ? », « Père, est-ce que nous nous reverrons ? », questions auxquelles on ne peut que répondre en invitant à espérer et prier.


Le monde salésien est en train de se mobiliser, et même les Salésiens de la Corée du Sud ont annoncé un don de 20.000 dollars. Toute la famille salésienne peut apporter son soutien. Ceux qui veulent contribuer financièrement peuvent consulter les sites Missioni Don Bosco, Misiones Salesianas et le site des Salésiens d’Autriche, avec mention ‘ dons’ pour l’œuvre salésienne au Népal.

 

ANS, Agence d'Information Salésienne
7 mai 2015

 

Salesiens Nepal 2

Présence des Salésiens au Népal

 

Les Salésiens sont présents au Népal depuis les années 90, dépendant de la Province d’Inde-Calcutta,


Les salésiens animent deux œuvres à Kathmandou : « Thecho » et « Siddhipur », dans la périphérie de Lubhu, et deux autres  ailleurs dans le pays.

Les FMA ont ouvert une maison à Kathmandou en 2007.

 

 


Mot du jour

Dans la communication entre les êtres humains, la voix joue un rôle très particulier. Voix d’hommes, voix de femmes, voix d’enfants, chacune a sa tessiture et son timbre reconnaissable entre mille. Certains ont une voix chaude, vibrante, alors que d’autres ont une voix blanche, voire froide. Entre ces extrêmes, quantité de nuances… La voix est aussi un vecteur de la personnalité de celui qui parle ou qui chante, ce qui joue sur l’écoute de l’auditeur, son adhésion ou son opposition aux propos. Ce n’est pas pour rien que les chanteurs travaillent leur voix, leur façon d’émettre les sons ; ce n’est pas pour rien que les acteurs travaillent leur élocution ; ce n’est pas pour rien que les hommes politiques prennent des cours pour rendre plus convaincant leurs discours !

Qu’elle soit parlée ou chantée, la voix est un des organes essentiels de la communication entre les humains, mais aussi de la communication avec le Seigneur : « Seigneur, entends ma voix qui te supplie ». (Ps. 85)

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite