Via Don Bosco Mali pteA Touba, Via Don Bosco soutient la création d'une formation professionnelle pour les jeunes adultes qui ont quitté l'école. Le nouveau centre de formation, tenu par les salésiens et les salésiennes, sera ouvert à tous ceux qui abandonnent leurs études. La plupart partent dans les villes et se retrouvent désoeuvrés. L'objectif de ces formations est de retenir les jeunes au village.

 

 

 

Le Mali est très pauvre. Refrain connu...

Le Mali est le deuxième plus grand pays d'Afrique de l'Ouest. La capitale Bamako est une mégapole comptant près de 2 300 000 habitants. Pourtant, la majorité des Maliens résident à la campagne et pratiquent des activités d'agriculture et d'élevage. Avec moins d'un dollar par jour, le droit à l'enseignement pour tous est menacé pour la moitié de la population. La situation est encore plus difficile pour les filles, la moitié de celles-ci suivant les cours, et l'autre moitié ayant déjà un enfant avant 18 ans.
La crise politique que le Mali a traversée en 2012, après la tentative de coup d'état militaire, n'a fait que perturber davantage le pays.

 

Les jeunes sont réquisitionnés pour chercher l'eau au puits

Bankouma est un petit village reculé au sud du Mali, impossible d'accès durant la saison des pluies. Bankouma compte 640 habitants, essentiellement des agriculteurs, appelés « Bobo », qui cultivent avant tout du millet et du sorgho.

Il n'y a pas d'eau potable dans le village. Il faut aller chercher l'eau en-dehors du village plusieurs fois par jour, et la ramener dans de lourds jerrycans. C'est la tâche quotidienne des jeunes filles comme Fatou.

 

Les salésiens lancent de nouvelles formations pour éviter l'exode rural

Une formation axée sur la pratique est actuellement en préparation grâce au soutien de VIA Don Bosco. Elle inclura la construction d'une maison pour les enseignants et des investissements en équipements et matériel. Nous hésitons sur la filière à ouvrir : soit une formation en mécanique deux roues (vélo, mobylettes, charrettes), soit une formation en installation de panneaux photo voltaïque. Ce qui permettrait d'apporter de l'électricité au village. L'objectif est de retenir les jeunes au village. 

Maïka DENYS
chargée de mission en Afrique de l'Ouest Via Don Bosco
21 avril 2015



 

 

Les projets salésiens à Touba

Via Don Bosco 1 college pteAu Mali, il y a cinq communautés dont :

  •  Trois communautés tenues pas 12 salésiens de Don Bosco.

- Touba avec 3 SDB

- Sikasso avec 3 SDB

- Bamako avec 6 SDB

  •  Deux communautés tenues par 9 salésiennes

- Touba avec 4 soeurs

- Sikasso avec 5 soeurs

 

Au Mali les salésiens comme les salésiennes sont dans le secteur de l'éducation-formation. Les salésiennes corrodonnent un dispensaire. Les salésiens travaillent sur le développement rural avec des actions liées à l'eau potable, à la réparation des 2 roues, et la construction de panneaux solaires. Les deux communautés visent le renforcement économique des femmes... surtout en milieu rural comme Touba et les villages environnants de Sikasso.

·


Mot du jour

« Pour ne pas se faire bouffer, il faut savoir garder une distance. » Langage de dompteur utilisé parfois par les enseignants ou les éducateurs. Toute la question est de savoir quelle est la juste distance. Trop loin, on peut paraître distant, inaccessible, difficilement abordable. Trop proche, on peut paraître jouer au copain ou au démagogue. Pour l’éducateur salésien, la présence sait se faire assez proche. Il ne faut pas craindre d’aller là où sont les jeunes, quitte à parfois « se faire jeter ». Il faut connaître ce qu’ils aiment et se plaire en leur compagnie. Il n’y a pas de « juste distance » définie une fois pour toutes. Le discernement de l’éducateur saura évaluer différemment, en fonction de la situation de chaque jeune. Une proximité amicale pourra être appréciée et bénéfique pour l’un, alors qu’elle sera vécue par un autre comme une agression, en référence à une mauvaise expérience affective. L’art de l’éducateur comprend aussi celui de savoir trouver sa place par rapport à un jeune.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite