Marie Muffat Volontaire PhilippinesMarie, 22 ans, vient de rentrer d'un volontariat de neuf mois au Philippines avec l'organisation internationale salésienne, le VIDÈS. Elle nous partage son expérience et ce qui a marquera sa vie après.

 

 

DBA : Qu'est-ce qui t'a poussé à quitter partir si longtemps ?

Marie Muffat : J'y pensais depuis trois ans après avoir entendu plusieurs témoignages. Je suis partie pour me sentir utile, parce que dans ma vie en France je ne trouvais pas vraiment d'utilité à ce que je faisais. Je suis partie pour me mettre au service de ceux qui en avaient besoin, mais pas seulement. Je suis aussi partie pour moi, pour me trouver, apprendre à mieux me connaitre, tester mes limites, mes possibilités, et pour retrouver l'essentiel, ce qui compte vraiment dans le monde.

 

DBA : Pourquoi es-tu partie avec le VIDÈS ?

Marie : J'ai choisi le VIDÈS par sécurité. Le fait que ce soit avec les salésiens me rassurait parce que partir au bout du monde, ce n'est pas rien ! Arrivée dans une congrégation que je connaissais, ça m'apportait une base. Parce que, comme on dit, les salésiens, c'est une grande famille. J'étais à peu près certaine de retrouver un état d'esprit similaire à ce que je connais en France. Moi qui suis une grande angoissée de la vie, c'était déjà un challenge de partir à l'autre bout du monde. Si j'avais dû atterrir dans un milieu complètement inconnu, c'était la crise d'angoisse assurée !

 

Avec le VIDÈS, il y a toujours quelqu'un à qui l'on peut écrire un mail ou parler ; que ce soit les sœurs ici qui font attention, ou les responsables du VIDÈS en France, comme soeur Marie-Bé. 

 

 

« Avec le VIDÈS, il y a toujours
quelqu'un à qui l'on peut parler »

 

 

 

DBA : Qu'est-ce qui t'a interpelé là-bas ?

Vides Marie Muffat 2Marie avec des élèves du lycée pendant la fête de Don Bosco Marie : C'est que la plus grande partie de l'apostolat des sœurs se fait dans leurs écoles privées... qui coûtent une fortune. Elles agissent donc en majeur partie au niveau des riches de la société.


Mais elles ont d'autre missions, comme les différents Technical Center, où elles offrent des formations en alternance avec possibilité de payer les frais d'inscriptions pendant le stage de deuxième année, pour des filles très pauvres qui ne peuvent pas se payer l'université. Elles accueillent également des filles qui ont été abusées sexuellement au centre Laura Vicuna (LVC). C'est une mission parfois très difficile.

 

DBA : Quelles ont été tes découvertes ?

Marie : Au départ, ça me perturbait lorsque les élèves venaient vers moi et prenaient ma main pour la mettre sur leur front en signe de respect, et aussi de bénédiction. Je les avais vu faire avec les sœurs, et ça me paraissait logique que les sœurs les bénissent. Mais moi ? Je pensais qu'ils croyaient que j'étais une sœur, donc je leur répétais que non, je n'étais pas une salésienne. Et puis les sœurs m'ont expliqué que c'était la coutume et qu'ils le faisaient aussi avec leurs profs, leurs grands-parents, les aînés...

 

J'ai aussi vu que même des gens qui n'ont rien, mais vraiment rien du tout, t'accueillent  en toute simplicité. Juste un sourire, c'est tout ce qu'ils ont à t'offrir, et pourtant, c'est le sourire le plus précieux. Quelqu'un qui n'a rien, arrive à être heureux et à se contenter du peu qu'il a. Alors pourquoi chez nous, on n'y arrive pas ? Les gens ne réalisent pas la chance qu'ils ont !

 

« Je suis aussi partie 
pour me trouver »

 

 

Marie Muffat 6Scarlett et Carla, deux jeunes filles du centre Laura VicunaDBA : Quel bilan fais-tu de cette expérience ? Vois-tu plus clair sur ton avenir ?

Marie : Beaucoup de mes questions ont trouvé des réponses. Par exemple, je sais que je ne veux pas être prof : c'est une certitude ! Même si j'ai beaucoup apprécié mon expérience ici, je sais que je ne serai pas capable de passer ma vie entière à faire ce métier, qui contrairement à ce que beaucoup de gens pensent chez nous, est très éprouvant ! Je me suis rendu compte que j'étais faite pour être avec les tout-petits.

 

DBA : Une conviction que tu garderas. Un souhait. Un désir pour la suite.

Marie : je garderai les paroles de Laura Vicuna : « Souffre en silence et garde le sourire. » qui ne veut pas dire qu'il faille tout garder pour soi et enterrer ses souffrances quelque part bien cachées ! Je prends les paroles de Laura dans le sens où il faut apprendre à vivre avec nos problèmes, apprendre à les dompter, afin de ne pas oublier de vivre avec le sourire. Nos problèmes sont une chose, mais ce qu'on en montre aux autres en est une autre. J'espère ne pas perdre ces convictions une fois rentrée en France et ne jamais oublier les filles, qui m'ont tant appris !

 

Propos recueillis par Karine GOLD-DALG
29 septembre 2015

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Le V.I.D.È.S est un organisme international de Volontariat Educatif, créé et organisé par les sœurs salésiennes de Don Bosco.
Contact pour la Belgique: Sr Bénédicte Pitti
Vidès Belgique: www.salesiennes-donbosco.be

Contact pour la France : Sr Marie-Bé Scherperel
Vidès France : www.vides-france.com

Lire l'interview de MB. Scherperel, pour plus une présentation des objectifs du Vidès

Mot du jour

Plus de trois mille bénévoles font vivre le spectacle depuis 40 ans ; un spectacle d’une rare qualité, désormais mondialement connu et reconnu. C’est toute une population qui s’investit pour présenter au visiteur la grande saga d’une région. Le spectateur est convié à revisiter l’histoire à l’aide d’une succession de tableaux vivants, tous plus émouvants les uns que les autres.

Je ne suis pas en train de faire de la publicité pour le Puy du Fou, mais je voudrais simplement rappeler que, quand les hommes s’unissent, ils sont capables de grandes choses. Saint Exupéry disait : « Force-les de bâtir ensemble une tour et tu les changeras en frères ». Des projets communs, des tours à bâtir, n’est-ce pas ce qui manque à nos jeunes dans notre société trop embourgeoisée ?

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Fabienne Bouy
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Laure
Voir l'article

Sous nos peaux - Valdocco Lille
du FestiClip 2017
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Famille Salésienne

    • Don Bosco en son temps : Luigi Farini

      farini 1 Don Bosco était le « poil à gratter » de certains hommes politiques de son temps. Pourquoi ? Son respect tout dévoué au Pape, par exemple, contrastait avec les idées dans le vent. Les journaux se chargeaient d’alimenter les suspicions et accusations de « réactionnaire ».

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Rebattre les cartes de la nutrition au Sahel

      dba une 991 « Il ne suffit pas de concilier la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l'environnement et le progrès. Il s'agit de redéfinir le progrès. » Dans son encyclique « Laudato Si’ », le Pape François propose les lignes de force d’une écologie intégrale et authentique. Etablissements agricoles ou horticoles, enseignants, mouvements de jeunesse, avancent dans cette direction. C’est ce chemin d’avenir que retrace le nouveau numero de Don Bosco Aujourd’hui.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Faà di Bruno

      Faa di Bruno « Aux tout premiers temps de l’oratoire, on voyait arriver presque tous les lundis un capitaine du génie, lequel, après avoir déposé son épée, se confessait, servait la messe et communiait. Nous en étions tous édifiés » raconte le Père Jean-Baptiste Francesia.

      Lire la suite

    • Don Bosco vu par Myriam Tonus et Jean-Michel Javaux

      Myriam Tonus et Jean Michel Javeau Ils sont éducateurs, prêtres, artistes, politiques, hommes et femmes de ce temps... Don Bosco Aujourd’hui est allé à leur rencontre, leur demandant ce que représente pour eux le saint de Turin, ce qu’ils aiment en lui, ce qu’ils en retiennent et si, pour eux, son message est encore actuel.

      Lire la suite

    • Jacques-Oliver Vial : Une petite main au service de ce beau projet éducatif et spirituel

      Vial Jacques-Oliver Vial est président des camps InterJeunes. Il est dans plusieurs groupes de la famille salésienne. Homme d’engagement, il fait un parcours de militant et un parcours de foi.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Leonardo Murialdo et Don Bosco

      leonardo murialdo Quoique très différents par leurs origines sociales et leur éducation, Saint Jean Bosco et Saint Leonardo Murialdo se sont rencontrés dans le souci de l’éducation des jeunes pauvres et abandonnés. Ils noueront une grande amitié et collaboreront jusqu’à la fin.

      Lire la suite

  • Actualités

    • Missionnaire pour la France-Belgique sud, Pierre Nguyen, salésien, est devenu prêtre...

      vietnam salesien don bosco ordination 000 Originaires du Vietnam, plus d'une centaine de Salésiens de Don Bosco, prêtres et frères, sont actuellement envoyés dans les différentes provinces du monde entier. Missionnaires, ils quittent leur pays pour participer aux missions d'éducation voulues par St Jean Bosco. Dans la province de France et Belgique Sud, ils sont quelques-uns, dont le Père Pierre Nguyen, ordonné prêtre le samedi 22 juillet 2017 à Hô-Chi-Minh-Ville.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Don Rinaldi

      don bosco rinaldi 004 Filippo Rinaldi s’est laissé imprégner par Don Bosco. Il a poursuivi son œuvre en fondant, il y a 100 ans, l’Institut des Volontaires de Don Bosco », femmes consacrées, vivant dans le monde. Il fut le 3e Recteur Majeur à lui succéder à la tête des salésiens.

      Lire la suite

    • Sarah Huppermans : On m'a donné des responsabilités et fait confiance !

      sarah h « Ma mère m'emmenait à la paroisse St-François-de-Sales à Liège chez les Salésiens de Don Bosco. J'aimais participer aux célébrations qui avaient du sens pour moi. » C’est le début d’un long parcours de Sarah jusqu’à l’expérience Ephata Don Bosco !

      Lire la suite

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

  • Société

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite

    • Du Sénégal à Turin en Italie, une migration pour une passion

      FALLOU « Le foot c’est ma passion ». Porté par sa passion, Fallou est parti à 16 ans du Sénégal. Aujourd’hui il a 22 ans, et réside à Turin. Il est passé par la communauté des salésiens de Don Bosco de Don Mauro.

      Lire la suite