Marie Muffat Volontaire PhilippinesMarie, 22 ans, vient de rentrer d'un volontariat de neuf mois au Philippines avec l'organisation internationale salésienne, le VIDÈS. Elle nous partage son expérience et ce qui a marquera sa vie après.

 

 

DBA : Qu'est-ce qui t'a poussé à quitter partir si longtemps ?

Marie Muffat : J'y pensais depuis trois ans après avoir entendu plusieurs témoignages. Je suis partie pour me sentir utile, parce que dans ma vie en France je ne trouvais pas vraiment d'utilité à ce que je faisais. Je suis partie pour me mettre au service de ceux qui en avaient besoin, mais pas seulement. Je suis aussi partie pour moi, pour me trouver, apprendre à mieux me connaitre, tester mes limites, mes possibilités, et pour retrouver l'essentiel, ce qui compte vraiment dans le monde.

 

DBA : Pourquoi es-tu partie avec le VIDÈS ?

Marie : J'ai choisi le VIDÈS par sécurité. Le fait que ce soit avec les salésiens me rassurait parce que partir au bout du monde, ce n'est pas rien ! Arrivée dans une congrégation que je connaissais, ça m'apportait une base. Parce que, comme on dit, les salésiens, c'est une grande famille. J'étais à peu près certaine de retrouver un état d'esprit similaire à ce que je connais en France. Moi qui suis une grande angoissée de la vie, c'était déjà un challenge de partir à l'autre bout du monde. Si j'avais dû atterrir dans un milieu complètement inconnu, c'était la crise d'angoisse assurée !

 

Avec le VIDÈS, il y a toujours quelqu'un à qui l'on peut écrire un mail ou parler ; que ce soit les sœurs ici qui font attention, ou les responsables du VIDÈS en France, comme soeur Marie-Bé. 

 

 

« Avec le VIDÈS, il y a toujours
quelqu'un à qui l'on peut parler »

 

 

 

DBA : Qu'est-ce qui t'a interpelé là-bas ?

Vides Marie Muffat 2Marie avec des élèves du lycée pendant la fête de Don Bosco Marie : C'est que la plus grande partie de l'apostolat des sœurs se fait dans leurs écoles privées... qui coûtent une fortune. Elles agissent donc en majeur partie au niveau des riches de la société.


Mais elles ont d'autre missions, comme les différents Technical Center, où elles offrent des formations en alternance avec possibilité de payer les frais d'inscriptions pendant le stage de deuxième année, pour des filles très pauvres qui ne peuvent pas se payer l'université. Elles accueillent également des filles qui ont été abusées sexuellement au centre Laura Vicuna (LVC). C'est une mission parfois très difficile.

 

DBA : Quelles ont été tes découvertes ?

Marie : Au départ, ça me perturbait lorsque les élèves venaient vers moi et prenaient ma main pour la mettre sur leur front en signe de respect, et aussi de bénédiction. Je les avais vu faire avec les sœurs, et ça me paraissait logique que les sœurs les bénissent. Mais moi ? Je pensais qu'ils croyaient que j'étais une sœur, donc je leur répétais que non, je n'étais pas une salésienne. Et puis les sœurs m'ont expliqué que c'était la coutume et qu'ils le faisaient aussi avec leurs profs, leurs grands-parents, les aînés...

 

J'ai aussi vu que même des gens qui n'ont rien, mais vraiment rien du tout, t'accueillent  en toute simplicité. Juste un sourire, c'est tout ce qu'ils ont à t'offrir, et pourtant, c'est le sourire le plus précieux. Quelqu'un qui n'a rien, arrive à être heureux et à se contenter du peu qu'il a. Alors pourquoi chez nous, on n'y arrive pas ? Les gens ne réalisent pas la chance qu'ils ont !

 

« Je suis aussi partie 
pour me trouver »

 

 

Marie Muffat 6Scarlett et Carla, deux jeunes filles du centre Laura VicunaDBA : Quel bilan fais-tu de cette expérience ? Vois-tu plus clair sur ton avenir ?

Marie : Beaucoup de mes questions ont trouvé des réponses. Par exemple, je sais que je ne veux pas être prof : c'est une certitude ! Même si j'ai beaucoup apprécié mon expérience ici, je sais que je ne serai pas capable de passer ma vie entière à faire ce métier, qui contrairement à ce que beaucoup de gens pensent chez nous, est très éprouvant ! Je me suis rendu compte que j'étais faite pour être avec les tout-petits.

 

DBA : Une conviction que tu garderas. Un souhait. Un désir pour la suite.

Marie : je garderai les paroles de Laura Vicuna : « Souffre en silence et garde le sourire. » qui ne veut pas dire qu'il faille tout garder pour soi et enterrer ses souffrances quelque part bien cachées ! Je prends les paroles de Laura dans le sens où il faut apprendre à vivre avec nos problèmes, apprendre à les dompter, afin de ne pas oublier de vivre avec le sourire. Nos problèmes sont une chose, mais ce qu'on en montre aux autres en est une autre. J'espère ne pas perdre ces convictions une fois rentrée en France et ne jamais oublier les filles, qui m'ont tant appris !

 

Propos recueillis par Karine GOLD-DALG
29 septembre 2015

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Le V.I.D.È.S est un organisme international de Volontariat Educatif, créé et organisé par les sœurs salésiennes de Don Bosco.
Contact pour la Belgique: Sr Bénédicte Pitti
Vidès Belgique: www.salesiennes-donbosco.be

Contact pour la France : Sr Marie-Bé Scherperel
Vidès France : www.vides-france.com

Lire l'interview de MB. Scherperel, pour plus une présentation des objectifs du Vidès

Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e8

Indispensable, pas indispensable une ou un meilleur ami ? Pas forcément, mais reste qu’elle ou il est souvent là. Ce lien s’enracine fréquemment dans la petite enfance. Nos jeunes interviewés en attendent du soutien, de la bienveillance.

Pour William avec un meilleur ami on se doit de conjuguer les verbes « rigoler » et « épauler ». Tara résume bien le sentiment de beaucoup : «… quelqu’un qui essayera de faire en sorte que je prenne toujours un bon chemin… qui m’aidera à avancer dans ma réflexion… avec qui je peux débattre… qui pourra m’accompagner dans les difficultés de la vie… qui sera toujours là. »

Question : Que sont nos amis devenus… ?

Voir le 8è épisode : Un meilleur ami ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite