Marie Muffat Volontaire PhilippinesMarie, 22 ans, vient de rentrer d'un volontariat de neuf mois au Philippines avec l'organisation internationale salésienne, le VIDÈS. Elle nous partage son expérience et ce qui a marquera sa vie après.

 

 

DBA : Qu'est-ce qui t'a poussé à quitter partir si longtemps ?

Marie Muffat : J'y pensais depuis trois ans après avoir entendu plusieurs témoignages. Je suis partie pour me sentir utile, parce que dans ma vie en France je ne trouvais pas vraiment d'utilité à ce que je faisais. Je suis partie pour me mettre au service de ceux qui en avaient besoin, mais pas seulement. Je suis aussi partie pour moi, pour me trouver, apprendre à mieux me connaitre, tester mes limites, mes possibilités, et pour retrouver l'essentiel, ce qui compte vraiment dans le monde.

 

DBA : Pourquoi es-tu partie avec le VIDÈS ?

Marie : J'ai choisi le VIDÈS par sécurité. Le fait que ce soit avec les salésiens me rassurait parce que partir au bout du monde, ce n'est pas rien ! Arrivée dans une congrégation que je connaissais, ça m'apportait une base. Parce que, comme on dit, les salésiens, c'est une grande famille. J'étais à peu près certaine de retrouver un état d'esprit similaire à ce que je connais en France. Moi qui suis une grande angoissée de la vie, c'était déjà un challenge de partir à l'autre bout du monde. Si j'avais dû atterrir dans un milieu complètement inconnu, c'était la crise d'angoisse assurée !

 

Avec le VIDÈS, il y a toujours quelqu'un à qui l'on peut écrire un mail ou parler ; que ce soit les sœurs ici qui font attention, ou les responsables du VIDÈS en France, comme soeur Marie-Bé. 

 

 

« Avec le VIDÈS, il y a toujours
quelqu'un à qui l'on peut parler »

 

 

 

DBA : Qu'est-ce qui t'a interpelé là-bas ?

Vides Marie Muffat 2Marie avec des élèves du lycée pendant la fête de Don Bosco Marie : C'est que la plus grande partie de l'apostolat des sœurs se fait dans leurs écoles privées... qui coûtent une fortune. Elles agissent donc en majeur partie au niveau des riches de la société.


Mais elles ont d'autre missions, comme les différents Technical Center, où elles offrent des formations en alternance avec possibilité de payer les frais d'inscriptions pendant le stage de deuxième année, pour des filles très pauvres qui ne peuvent pas se payer l'université. Elles accueillent également des filles qui ont été abusées sexuellement au centre Laura Vicuna (LVC). C'est une mission parfois très difficile.

 

DBA : Quelles ont été tes découvertes ?

Marie : Au départ, ça me perturbait lorsque les élèves venaient vers moi et prenaient ma main pour la mettre sur leur front en signe de respect, et aussi de bénédiction. Je les avais vu faire avec les sœurs, et ça me paraissait logique que les sœurs les bénissent. Mais moi ? Je pensais qu'ils croyaient que j'étais une sœur, donc je leur répétais que non, je n'étais pas une salésienne. Et puis les sœurs m'ont expliqué que c'était la coutume et qu'ils le faisaient aussi avec leurs profs, leurs grands-parents, les aînés...

 

J'ai aussi vu que même des gens qui n'ont rien, mais vraiment rien du tout, t'accueillent  en toute simplicité. Juste un sourire, c'est tout ce qu'ils ont à t'offrir, et pourtant, c'est le sourire le plus précieux. Quelqu'un qui n'a rien, arrive à être heureux et à se contenter du peu qu'il a. Alors pourquoi chez nous, on n'y arrive pas ? Les gens ne réalisent pas la chance qu'ils ont !

 

« Je suis aussi partie 
pour me trouver »

 

 

Marie Muffat 6Scarlett et Carla, deux jeunes filles du centre Laura VicunaDBA : Quel bilan fais-tu de cette expérience ? Vois-tu plus clair sur ton avenir ?

Marie : Beaucoup de mes questions ont trouvé des réponses. Par exemple, je sais que je ne veux pas être prof : c'est une certitude ! Même si j'ai beaucoup apprécié mon expérience ici, je sais que je ne serai pas capable de passer ma vie entière à faire ce métier, qui contrairement à ce que beaucoup de gens pensent chez nous, est très éprouvant ! Je me suis rendu compte que j'étais faite pour être avec les tout-petits.

 

DBA : Une conviction que tu garderas. Un souhait. Un désir pour la suite.

Marie : je garderai les paroles de Laura Vicuna : « Souffre en silence et garde le sourire. » qui ne veut pas dire qu'il faille tout garder pour soi et enterrer ses souffrances quelque part bien cachées ! Je prends les paroles de Laura dans le sens où il faut apprendre à vivre avec nos problèmes, apprendre à les dompter, afin de ne pas oublier de vivre avec le sourire. Nos problèmes sont une chose, mais ce qu'on en montre aux autres en est une autre. J'espère ne pas perdre ces convictions une fois rentrée en France et ne jamais oublier les filles, qui m'ont tant appris !

 

Propos recueillis par Karine GOLD-DALG
29 septembre 2015

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Le V.I.D.È.S est un organisme international de Volontariat Educatif, créé et organisé par les sœurs salésiennes de Don Bosco.
Contact pour la Belgique: Sr Bénédicte Pitti
Vidès Belgique: www.salesiennes-donbosco.be

Contact pour la France : Sr Marie-Bé Scherperel
Vidès France : www.vides-france.com

Lire l'interview de MB. Scherperel, pour plus une présentation des objectifs du Vidès

Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite