Volontaire Vides 1Eléonore Maecherling, ancienne élève du lycée Pastré-Grande Bastide de Marseille, est à Ivato depuis janvier. La joie d'apprendre des enfants malgaches, la vie des religieuses toutes données aux jeunes, la volonté des gens à dépasser leurs difficultés est, pour la jeune femme, une vraie leçon de vie.

 

 

Le VIDÈS : MODE D'EMPLOI

 

Les départs en volontariat sont ouverts à tous ceux qui souhaitent faire une expérience de volontariat à l'étranger et s'occuper d'enfants et de jeunes qui en ont le plus besoin. Ils vivent un temps de préparation et de formation en juillet en Belgique ou en France (Lille).

 

1 an à 3 semaines à l'étranger avec le VIDÈS

Ce volontariat allie vie de groupe, animation d'enfants, découvertes culturelles et temps de prière.

 

Pour la Belgique : Sr Bénédicte Pitti

site : www.salesiennes-donbosco.be

 

Pour la France : Sr Marie-Bé Scherperel

site : www.vides-france.com

 

Le V.I.D.È.S est un Organisme international de Volontariat Educatif, créé et organisé par les sœurs salésiennes de Don Bosco.

« A 8000 km de mes racines, je suis plus heureuse que jamais. Je donne mon amour sans condition à tant d'enfants et reçois tellement en retour. Le bonheur est une chose merveilleuse et contagieuse ! Voici maintenant deux mois que je suis ici, à Ivato. Le temps passe trop vite et les jours défilent à une vitesse folle. Je viens de me rendre compte qu’un tiers de ma mission est déjà passé. Le temps est une chose précieuse. J’aimerais pouvoir prendre la télécommande de ma vie et mettre au ralenti cette aventure. Au bout du monde, tout me parait si simple, comme une logique scientifique que personne ne pourrait contredire. Pour la première fois de ma vie, je sais qui je suis et ce que je veux réellement. Les peurs, qui me hantaient en France, ne sont plus que poussières ici. J’ai l’impression d’être forte et que tout est possible. Cette force, c’est celle de mes élèves.

 

Au Centre de Formation Professionnelle, les jeunes ont un courage et une force admirables. Ils ont du talent qui ne demande qu’à pouvoir être extériorisé. Je fais avec eux du français de conversation. Mais il ne s’agit pas uniquement d’une matière qu’on apprend à l’école. Je me rends compte que c’est beaucoup plus. Je veux faire de ce cours un tremplin pour eux. Quelque chose d’utile. Pas uniquement de l’enseignement. En Cours, je fais des ateliers écriture, débats et théâtre. Je vois la grandeur de ces jeunes à chaque fois que je lis leurs textes et à chaque fois qu’ils jouent. Je ne cesse d’être agréablement étonnée par la foi et par le courage qui les habitent.

 

Ces jeunes, ce sont des héros ! Peut-être pas sur une échelle internationale, ni même nationale, mais sur l’échelle d’une vie. Quand on sait les écouter, on peut entendre dans leur voix, voir dans leurs sourires et comprendre dans leurs actes, toute la densité de leur courage.

 

Volontaire videsCes jeunes sont des héros : Je ne cesse d’être émerveillée par la foi, le courage, la volonté qui les habitent

Madagascar est un pays pauvre, me direz-vous, mais il me semble qu’il n’existe aucune richesse comparable à la richesse intérieure. Chaque jour, je ne cesse d’apprendre. Chaque jour, je veux aller plus loin pour ces jeunes merveilleux. En France, trop de jeunes voient l’école comme une obligation. Moi-même, je voyais l’école comme une corvée. Mais la volonté, que j’ai apprise à connaitre ici, est sans égale. Plus d’une heure de marche dans les rizières pour assister à des cours, des élèves qui me demandent de corriger des travaux non demandés, et d’autres qui veulent continuer les cours de français après leurs examens. Ma mission, ce n’est pas seulement de leur enseigner le français mais de croire en eux.
Ma mission passe trop vite mais ma tête ne cesse de se remplir de souvenirs, de morale de vie et j’en suis plus qu’heureuse. J’ai beaucoup de chance et j’en suis consciente. Je viens non pas d’un milieu très aisé, mais ma famille a pu m’aider à réaliser mon rêve, à faire ce voyage. Cela n’est pas possible pour tout le monde, je le sais. Mais je pense que, même à petite échelle, nous sommes tous capable de réaliser un rêve.

 

Ma mission ne consiste pas seulement à leur enseigner le français, mais de croire en eux !

Mon rêve était de partir et de faire de l’humanitaire pour aider les autres. Ici je me rends compte que j’aurais même pu réaliser ce rêve chez moi. Sortir, offrir mon soutien à quelqu’un qui en a besoin, c’est simple et c’est ce que je fais ici. Je pense que nous sommes tous capable de nous donner nous-mêmes les moyens de grandir et de trouver la voie du bonheur. Alors je garderais toujours en mémoire ces jeunes car, comme eux, je veux sourire à la vie malgré les difficultés que je pourrais rencontrer. Je ne veux jamais cesser de voir la beauté des choses les plus simples. Ma mission ne s’arrêtera pas à la fin de mon contrat d’engagement mais elle continuera. Elle continuera tant que d’autres jeunes comme moi s’engageront comme volontaires pour voir la beauté du monde, la partager aux autres et être présent à tous les jeunes du monde. Cette mission, je suis fière du haut de mes vingt-et-un an de pouvoir y participer et je profiterai, d’autant plus, des quatre mois qui me restent à Mada. »

 

 

Propos recueillis par  Sr Marie-Bé Scherperel
VIDÈS
30 juillet 2015

 

 

Pour aller plus loin

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e8

Indispensable, pas indispensable une ou un meilleur ami ? Pas forcément, mais reste qu’elle ou il est souvent là. Ce lien s’enracine fréquemment dans la petite enfance. Nos jeunes interviewés en attendent du soutien, de la bienveillance.

Pour William avec un meilleur ami on se doit de conjuguer les verbes « rigoler » et « épauler ». Tara résume bien le sentiment de beaucoup : «… quelqu’un qui essayera de faire en sorte que je prenne toujours un bon chemin… qui m’aidera à avancer dans ma réflexion… avec qui je peux débattre… qui pourra m’accompagner dans les difficultés de la vie… qui sera toujours là. »

Question : Que sont nos amis devenus… ?

Voir le 8è épisode : Un meilleur ami ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite