syrie pays qui souffre 004 La Syrie, ce pays qui souffre de la guerre depuis plus de 5 ans. Mhran Charkajian, salésien en Syrie, témoigne… « Des milliers de morts, de réfugiés, jetés sur les routes, des villes ravagées, une culture vieille d’un millier d’années avant Jésus Christ détruite ou emportée, des sites archéologiques perdus comme à Alep et Palmyre. Tout ce qui est nécessaire pour une vie normale manque : nourriture, eau, chauffage, électricité, sécurité, réseaux de communication. Les gens souffrent, chaque famille a perdu un proche à cause de la guerre, parents, amis, voisins...

 

Le terrorisme (ISIS, Djihadistes, Al Nusra) qui est une des mains du mal dans le monde a frappé le pays et l’a détruit. Et ce n’est pas tout : il y a aussi le conflit entre toutes ces factions qui fait couler toujours plus de sang. N’oublions pas que la Syrie était parmi les pays les plus sûrs et les plus développés du moyen orient.

 

Combien de jeunes ont perdu toute perspective d’avenir et fuient pour chercher une nouvelle vie, en sécurité, pour reconstruire leur futur. Ils se lancent sur les sentiers de la mer, qui sont souvent des sentiers de mort. Leur seule issue pour arriver en Europe. Des milliers de jeunes diplômés, des familles entières ont abandonné la Syrie pour venir ici, en Europe, après avoir vendu leurs maisons, leurs biens, pour payer le voyage. Pour travailler, étudier, vivre une vie digne.

 

syrie pays qui souffre 005 Les terroristes font le maximum pour faire souffrir un peuple innocent. Ils sont venus de l’extérieur, Arabie Saoudite, Turquie, Afrique du Nord... La mort des gens, bombarder, c’est comme un jeu, pour eux. Spécialement à Alep, Homs, Raqqa...

 

ALEP, le 14 février 2016, les terroristes ont bombardé un quartier civil où la majorité de la population est chrétienne. De nombreuses personnes sont mortes, des buildings entiers se sont écroulés laissant des personnes sous les décombres. On n’est pas à l’abri même dans sa maison. Parmi les victimes, un chef scout catholique, un jeune dont les oncles sont coopérateurs salésiens, et un garçon de 13 ans que je connais bien. Et combien que je ne connais pas.
Avant cela, c’étaient deux animateurs salésiens, Anwar et Michel, avec leur mère Minerva. Un missile a frappé leur building provoquant des dizaines de victimes. Il y a deux ans, c’était un garçon du collège, Jacques : il attendait l’autobus de l’oratoire pour aller au catéchisme, quand une bombe est tombée près de l’arrêt. Et en même temps que lui, d’autres jeunes.

 

Dans la ville où j’habite, Qamishli, dans le nord est, proche de la frontière avec la Turquie, vers le 23 décembre 2015, avant Noël, ils ont fait sauter une bombe dans un restaurant dans un quartier chrétien. 15 personnes ont été tuées, dont 7 jeunes d’une trentaine d’années qui provenaient de ma paroisse. Ils ont laissé des enfants orphelins et de jeunes veuves.

 

Et que font les gens ? Ils fuient, il sont forcés de s’enfuir.

 

La présence des salésiens en Syrie

Ils sont 7 salésiens, deux italiens et cinq syriens, répartis en deux communautés. Ils gèrent quatre œuvres.

 

 syrie pays qui souffre 003 syrie pays qui souffre 001

 

Alep : un oratoire où les jeunes peuvent jouer, discuter, fraterniser

syrie pays qui souffre 002 Il y a un oratoire, un centre de jeunes et une église publique (paroissiale). Cette œuvre florissante accueille les jeunes de tous les âges, depuis les plus petits jusqu’aux adultes. Le centre est très actif avec la présence de plus de 700 enfants. Les salésiens font tout ce qu’ils peuvent pour eux. Ils témoignent d’une vie chrétienne religieuse qui n’a pas peur de la guerre. Et les gens apprennent « par contagion ». Les moments de guerre, de danger... n’ont pas diminué la foi et le témoignage. Quelques jeunes que j’ai cités appartenaient à cet oratoire. De nombreux jeunes qui ont grandi là ont quitté la Syrie. L’oratoire d’Alep est très joyeux, c’est le seul endroit où les jeunes peuvent se défouler. Il est plein d’espérance et d’amour. Les animateurs donnent de leur temps pour les aider dans le travail d’évangélisation : catéchisme, groupes, messes dominicales animées par les jeunes, école des devoirs, soutien économique et colis de nourriture pour les familles pauvres. Cet oratoire est vraiment béni du Seigneur, avec ce nombre énorme de jeunes. De nombreuses vocations salésiennes sont sorties de cet oratoire.

 

Kafroun : un oratoire géré par un salésien et une famille de coopérateurs

La ville est située dans une région de montagne et de forêt. C’est une zone de tourisme estival qui n’est pas encore frappée par la guerre. L’œuvre salésienne comprend en fait un centre d’accueil pour des personne réfugiées, outre l’oratoire et une église publique gérée par un salésien et une famille de coopérateurs. L’ouvre de Kafroun est fréquentée par plus de 500 personnes, enfants, adolescents, jeunes, parents. Elle est très active en été parce qu’elle se trouve dans une des zones les plus sécurisées. Elle est devenue une zone très fréquentée, les gens viennent y chercher la tranquillité et la paix pour vivre (pour souffler un peu). Les salésiens y accueillent les familles les plus pauvres, les familles des coopérateurs et des salésiens. Ils vivent dans l’enceinte de l’œuvre et les salésiens leur offrent un lieu pour dormir, la nourriture, le chauffage, et autant que possible une vie digne. L’oratoire est super actif durant l’été : catéchisme et messes dominicales avec une foule de jeunes.

 

A Damas ils accueillent les jeunes pour rappeler la signification du mot « paix »

Il y a un oratoire, un centre de jeunes et une église paroissiale. Comme à Alep, l’oratoire est très vivant et actif avec plus de 600 jeunes. Damas aussi est frappée par la guerre, et les jeunes viennent de tous les coins de la ville pour vivre quelques heures de paix (y compris intérieure) dans des lieux pleins de joie et d’animations (catéchisme, groupes, soutien économique et colis de nourriture pour les familles les plus pauvres ...). La communauté est assez jeune, avec deux aspirants à la vie religieuse qui font tout ce qu’ils peuvent pour que les jeunes puissent vivre en sécurité et en paix, dans un pays qui paraît avoir oublié la signification du mot « paix ».

 

 

Face à tout cela, la question des jeunes est : « Où est Dieu ? », « Est-ce que Dieu existe ? », « s’il existe, pourquoi y a-t-il la guerre ? », « combien de temps faudra-t-il encore souffrir ? »

 

Par toute leur espérance et toute leur foi, les salésiens témoignent que Dieu existe. Dieu lui aussi, en se faisant chair pour se faire proche de nous en toute chose, a éprouvé toute la souffrance et la méchanceté humaine. Dieu n’accepte pas la guerre, il ne la permet pas. Dieu est l’espérance qui nous donne la certitude que la Syrie ressuscitera comme son Fils. Dieu est la joie de la résurrection.

 

Les salésiens témoignent tous les jours que Dieu existe. Que Dieu nous aime. »

 

 

Mhran Charkajian,
salésien à Qamishli (Syrie)
Texte traduit par Jean-François Meurs
10 mars 2016

 

 


Mot du jour

Comme des billes de cristal
Des gouttes d’eau gelée
Brillent de mille feux
Sur les feuilles d’un pommier
C’est un régal !

L’enfant dans sa candeur
Voudrait les posséder
Ses yeux pétillent de joie
Tellement il les désire
Il approche ses doigts
Afin de s’en saisir
Dans le creux de sa main
Les perles tant convoitées
Fondent : voilà la fin !
L’espace d’un instant
Et tout a disparu…

La beauté n’appartient à personne
On l’aime pour elle-même
Pas seulement pour soi-même
Elle est universelle
Et s’offre gratuitement
À celui qui l’accueille

Vouloir la faire sienne
Fait fuir la merveille.

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

The power of words Prix du Public au FestiClip 2017.
Film réalisé par l'Institut Lemonnier de Caen
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Fleur
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview d'Angele
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...