syrie pays qui souffre 004 La Syrie, ce pays qui souffre de la guerre depuis plus de 5 ans. Mhran Charkajian, salésien en Syrie, témoigne… « Des milliers de morts, de réfugiés, jetés sur les routes, des villes ravagées, une culture vieille d’un millier d’années avant Jésus Christ détruite ou emportée, des sites archéologiques perdus comme à Alep et Palmyre. Tout ce qui est nécessaire pour une vie normale manque : nourriture, eau, chauffage, électricité, sécurité, réseaux de communication. Les gens souffrent, chaque famille a perdu un proche à cause de la guerre, parents, amis, voisins...

 

Le terrorisme (ISIS, Djihadistes, Al Nusra) qui est une des mains du mal dans le monde a frappé le pays et l’a détruit. Et ce n’est pas tout : il y a aussi le conflit entre toutes ces factions qui fait couler toujours plus de sang. N’oublions pas que la Syrie était parmi les pays les plus sûrs et les plus développés du moyen orient.

 

Combien de jeunes ont perdu toute perspective d’avenir et fuient pour chercher une nouvelle vie, en sécurité, pour reconstruire leur futur. Ils se lancent sur les sentiers de la mer, qui sont souvent des sentiers de mort. Leur seule issue pour arriver en Europe. Des milliers de jeunes diplômés, des familles entières ont abandonné la Syrie pour venir ici, en Europe, après avoir vendu leurs maisons, leurs biens, pour payer le voyage. Pour travailler, étudier, vivre une vie digne.

 

syrie pays qui souffre 005 Les terroristes font le maximum pour faire souffrir un peuple innocent. Ils sont venus de l’extérieur, Arabie Saoudite, Turquie, Afrique du Nord... La mort des gens, bombarder, c’est comme un jeu, pour eux. Spécialement à Alep, Homs, Raqqa...

 

ALEP, le 14 février 2016, les terroristes ont bombardé un quartier civil où la majorité de la population est chrétienne. De nombreuses personnes sont mortes, des buildings entiers se sont écroulés laissant des personnes sous les décombres. On n’est pas à l’abri même dans sa maison. Parmi les victimes, un chef scout catholique, un jeune dont les oncles sont coopérateurs salésiens, et un garçon de 13 ans que je connais bien. Et combien que je ne connais pas.
Avant cela, c’étaient deux animateurs salésiens, Anwar et Michel, avec leur mère Minerva. Un missile a frappé leur building provoquant des dizaines de victimes. Il y a deux ans, c’était un garçon du collège, Jacques : il attendait l’autobus de l’oratoire pour aller au catéchisme, quand une bombe est tombée près de l’arrêt. Et en même temps que lui, d’autres jeunes.

 

Dans la ville où j’habite, Qamishli, dans le nord est, proche de la frontière avec la Turquie, vers le 23 décembre 2015, avant Noël, ils ont fait sauter une bombe dans un restaurant dans un quartier chrétien. 15 personnes ont été tuées, dont 7 jeunes d’une trentaine d’années qui provenaient de ma paroisse. Ils ont laissé des enfants orphelins et de jeunes veuves.

 

Et que font les gens ? Ils fuient, il sont forcés de s’enfuir.

 

La présence des salésiens en Syrie

Ils sont 7 salésiens, deux italiens et cinq syriens, répartis en deux communautés. Ils gèrent quatre œuvres.

 

 syrie pays qui souffre 003 syrie pays qui souffre 001

 

Alep : un oratoire où les jeunes peuvent jouer, discuter, fraterniser

syrie pays qui souffre 002 Il y a un oratoire, un centre de jeunes et une église publique (paroissiale). Cette œuvre florissante accueille les jeunes de tous les âges, depuis les plus petits jusqu’aux adultes. Le centre est très actif avec la présence de plus de 700 enfants. Les salésiens font tout ce qu’ils peuvent pour eux. Ils témoignent d’une vie chrétienne religieuse qui n’a pas peur de la guerre. Et les gens apprennent « par contagion ». Les moments de guerre, de danger... n’ont pas diminué la foi et le témoignage. Quelques jeunes que j’ai cités appartenaient à cet oratoire. De nombreux jeunes qui ont grandi là ont quitté la Syrie. L’oratoire d’Alep est très joyeux, c’est le seul endroit où les jeunes peuvent se défouler. Il est plein d’espérance et d’amour. Les animateurs donnent de leur temps pour les aider dans le travail d’évangélisation : catéchisme, groupes, messes dominicales animées par les jeunes, école des devoirs, soutien économique et colis de nourriture pour les familles pauvres. Cet oratoire est vraiment béni du Seigneur, avec ce nombre énorme de jeunes. De nombreuses vocations salésiennes sont sorties de cet oratoire.

 

Kafroun : un oratoire géré par un salésien et une famille de coopérateurs

La ville est située dans une région de montagne et de forêt. C’est une zone de tourisme estival qui n’est pas encore frappée par la guerre. L’œuvre salésienne comprend en fait un centre d’accueil pour des personne réfugiées, outre l’oratoire et une église publique gérée par un salésien et une famille de coopérateurs. L’ouvre de Kafroun est fréquentée par plus de 500 personnes, enfants, adolescents, jeunes, parents. Elle est très active en été parce qu’elle se trouve dans une des zones les plus sécurisées. Elle est devenue une zone très fréquentée, les gens viennent y chercher la tranquillité et la paix pour vivre (pour souffler un peu). Les salésiens y accueillent les familles les plus pauvres, les familles des coopérateurs et des salésiens. Ils vivent dans l’enceinte de l’œuvre et les salésiens leur offrent un lieu pour dormir, la nourriture, le chauffage, et autant que possible une vie digne. L’oratoire est super actif durant l’été : catéchisme et messes dominicales avec une foule de jeunes.

 

A Damas ils accueillent les jeunes pour rappeler la signification du mot « paix »

Il y a un oratoire, un centre de jeunes et une église paroissiale. Comme à Alep, l’oratoire est très vivant et actif avec plus de 600 jeunes. Damas aussi est frappée par la guerre, et les jeunes viennent de tous les coins de la ville pour vivre quelques heures de paix (y compris intérieure) dans des lieux pleins de joie et d’animations (catéchisme, groupes, soutien économique et colis de nourriture pour les familles les plus pauvres ...). La communauté est assez jeune, avec deux aspirants à la vie religieuse qui font tout ce qu’ils peuvent pour que les jeunes puissent vivre en sécurité et en paix, dans un pays qui paraît avoir oublié la signification du mot « paix ».

 

 

Face à tout cela, la question des jeunes est : « Où est Dieu ? », « Est-ce que Dieu existe ? », « s’il existe, pourquoi y a-t-il la guerre ? », « combien de temps faudra-t-il encore souffrir ? »

 

Par toute leur espérance et toute leur foi, les salésiens témoignent que Dieu existe. Dieu lui aussi, en se faisant chair pour se faire proche de nous en toute chose, a éprouvé toute la souffrance et la méchanceté humaine. Dieu n’accepte pas la guerre, il ne la permet pas. Dieu est l’espérance qui nous donne la certitude que la Syrie ressuscitera comme son Fils. Dieu est la joie de la résurrection.

 

Les salésiens témoignent tous les jours que Dieu existe. Que Dieu nous aime. »

 

 

Mhran Charkajian,
salésien à Qamishli (Syrie)
Texte traduit par Jean-François Meurs
10 mars 2016

 

 


Mot du jour

Sur le chemin des mystères joyeux, il y a l’épisode de l’annonce à Marie, par l’ange Gabriel : elle concevra Jésus. Annonce d’une grande nouvelle qui viendra chambouler la vie même de Marie. Elle accueille cette demande et donne une réponse par son « oui ». Ce « oui » ouvre ainsi à d’autres « oui » ; autant d’annonciations qui jalonneront la vie de Marie, jusqu’au « oui » pour être accueilli chez Jean, suite à la demande de son fils en croix. Des annonciations jaillissent dans le quotidien de nos vies. Les projets, grands et petits, surgissent afin que nous prenions nos responsabilités et que nous puissions prendre notre part dans la construction du Royaume de Dieu. Osons répondre par des « oui » qui nous feront grandir humainement et spirituellement.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Fabienne Bouy
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Laure
Voir l'article

I see you - "Clin d'œil à la créativité"
du FestiClip 2017
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Famille Salésienne

    • Don Bosco en son temps : Luigi Farini

      farini 1 Don Bosco était le « poil à gratter » de certains hommes politiques de son temps. Pourquoi ? Son respect tout dévoué au Pape, par exemple, contrastait avec les idées dans le vent. Les journaux se chargeaient d’alimenter les suspicions et accusations de « réactionnaire ».

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Rebattre les cartes de la nutrition au Sahel

      dba une 991 « Il ne suffit pas de concilier la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l'environnement et le progrès. Il s'agit de redéfinir le progrès. » Dans son encyclique « Laudato Si’ », le Pape François propose les lignes de force d’une écologie intégrale et authentique. Etablissements agricoles ou horticoles, enseignants, mouvements de jeunesse, avancent dans cette direction. C’est ce chemin d’avenir que retrace le nouveau numero de Don Bosco Aujourd’hui.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Faà di Bruno

      Faa di Bruno « Aux tout premiers temps de l’oratoire, on voyait arriver presque tous les lundis un capitaine du génie, lequel, après avoir déposé son épée, se confessait, servait la messe et communiait. Nous en étions tous édifiés » raconte le Père Jean-Baptiste Francesia.

      Lire la suite

    • Don Bosco vu par Myriam Tonus et Jean-Michel Javaux

      Myriam Tonus et Jean Michel Javeau Ils sont éducateurs, prêtres, artistes, politiques, hommes et femmes de ce temps... Don Bosco Aujourd’hui est allé à leur rencontre, leur demandant ce que représente pour eux le saint de Turin, ce qu’ils aiment en lui, ce qu’ils en retiennent et si, pour eux, son message est encore actuel.

      Lire la suite

    • Jacques-Oliver Vial : Une petite main au service de ce beau projet éducatif et spirituel

      Vial Jacques-Oliver Vial est président des camps InterJeunes. Il est dans plusieurs groupes de la famille salésienne. Homme d’engagement, il fait un parcours de militant et un parcours de foi.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Leonardo Murialdo et Don Bosco

      leonardo murialdo Quoique très différents par leurs origines sociales et leur éducation, Saint Jean Bosco et Saint Leonardo Murialdo se sont rencontrés dans le souci de l’éducation des jeunes pauvres et abandonnés. Ils noueront une grande amitié et collaboreront jusqu’à la fin.

      Lire la suite

  • Actualités

    • Missionnaire pour la France-Belgique sud, Pierre Nguyen, salésien, est devenu prêtre...

      vietnam salesien don bosco ordination 000 Originaires du Vietnam, plus d'une centaine de Salésiens de Don Bosco, prêtres et frères, sont actuellement envoyés dans les différentes provinces du monde entier. Missionnaires, ils quittent leur pays pour participer aux missions d'éducation voulues par St Jean Bosco. Dans la province de France et Belgique Sud, ils sont quelques-uns, dont le Père Pierre Nguyen, ordonné prêtre le samedi 22 juillet 2017 à Hô-Chi-Minh-Ville.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Don Rinaldi

      don bosco rinaldi 004 Filippo Rinaldi s’est laissé imprégner par Don Bosco. Il a poursuivi son œuvre en fondant, il y a 100 ans, l’Institut des Volontaires de Don Bosco », femmes consacrées, vivant dans le monde. Il fut le 3e Recteur Majeur à lui succéder à la tête des salésiens.

      Lire la suite

    • Sarah Huppermans : On m'a donné des responsabilités et fait confiance !

      sarah h « Ma mère m'emmenait à la paroisse St-François-de-Sales à Liège chez les Salésiens de Don Bosco. J'aimais participer aux célébrations qui avaient du sens pour moi. » C’est le début d’un long parcours de Sarah jusqu’à l’expérience Ephata Don Bosco !

      Lire la suite

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

  • Société

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite

    • Du Sénégal à Turin en Italie, une migration pour une passion

      FALLOU « Le foot c’est ma passion ». Porté par sa passion, Fallou est parti à 16 ans du Sénégal. Aujourd’hui il a 22 ans, et réside à Turin. Il est passé par la communauté des salésiens de Don Bosco de Don Mauro.

      Lire la suite