syrie pays qui souffre 004 La Syrie, ce pays qui souffre de la guerre depuis plus de 5 ans. Mhran Charkajian, salésien en Syrie, témoigne… « Des milliers de morts, de réfugiés, jetés sur les routes, des villes ravagées, une culture vieille d’un millier d’années avant Jésus Christ détruite ou emportée, des sites archéologiques perdus comme à Alep et Palmyre. Tout ce qui est nécessaire pour une vie normale manque : nourriture, eau, chauffage, électricité, sécurité, réseaux de communication. Les gens souffrent, chaque famille a perdu un proche à cause de la guerre, parents, amis, voisins...

 

Le terrorisme (ISIS, Djihadistes, Al Nusra) qui est une des mains du mal dans le monde a frappé le pays et l’a détruit. Et ce n’est pas tout : il y a aussi le conflit entre toutes ces factions qui fait couler toujours plus de sang. N’oublions pas que la Syrie était parmi les pays les plus sûrs et les plus développés du moyen orient.

 

Combien de jeunes ont perdu toute perspective d’avenir et fuient pour chercher une nouvelle vie, en sécurité, pour reconstruire leur futur. Ils se lancent sur les sentiers de la mer, qui sont souvent des sentiers de mort. Leur seule issue pour arriver en Europe. Des milliers de jeunes diplômés, des familles entières ont abandonné la Syrie pour venir ici, en Europe, après avoir vendu leurs maisons, leurs biens, pour payer le voyage. Pour travailler, étudier, vivre une vie digne.

 

syrie pays qui souffre 005 Les terroristes font le maximum pour faire souffrir un peuple innocent. Ils sont venus de l’extérieur, Arabie Saoudite, Turquie, Afrique du Nord... La mort des gens, bombarder, c’est comme un jeu, pour eux. Spécialement à Alep, Homs, Raqqa...

 

ALEP, le 14 février 2016, les terroristes ont bombardé un quartier civil où la majorité de la population est chrétienne. De nombreuses personnes sont mortes, des buildings entiers se sont écroulés laissant des personnes sous les décombres. On n’est pas à l’abri même dans sa maison. Parmi les victimes, un chef scout catholique, un jeune dont les oncles sont coopérateurs salésiens, et un garçon de 13 ans que je connais bien. Et combien que je ne connais pas.
Avant cela, c’étaient deux animateurs salésiens, Anwar et Michel, avec leur mère Minerva. Un missile a frappé leur building provoquant des dizaines de victimes. Il y a deux ans, c’était un garçon du collège, Jacques : il attendait l’autobus de l’oratoire pour aller au catéchisme, quand une bombe est tombée près de l’arrêt. Et en même temps que lui, d’autres jeunes.

 

Dans la ville où j’habite, Qamishli, dans le nord est, proche de la frontière avec la Turquie, vers le 23 décembre 2015, avant Noël, ils ont fait sauter une bombe dans un restaurant dans un quartier chrétien. 15 personnes ont été tuées, dont 7 jeunes d’une trentaine d’années qui provenaient de ma paroisse. Ils ont laissé des enfants orphelins et de jeunes veuves.

 

Et que font les gens ? Ils fuient, il sont forcés de s’enfuir.

 

La présence des salésiens en Syrie

Ils sont 7 salésiens, deux italiens et cinq syriens, répartis en deux communautés. Ils gèrent quatre œuvres.

 

 syrie pays qui souffre 003 syrie pays qui souffre 001

 

Alep : un oratoire où les jeunes peuvent jouer, discuter, fraterniser

syrie pays qui souffre 002 Il y a un oratoire, un centre de jeunes et une église publique (paroissiale). Cette œuvre florissante accueille les jeunes de tous les âges, depuis les plus petits jusqu’aux adultes. Le centre est très actif avec la présence de plus de 700 enfants. Les salésiens font tout ce qu’ils peuvent pour eux. Ils témoignent d’une vie chrétienne religieuse qui n’a pas peur de la guerre. Et les gens apprennent « par contagion ». Les moments de guerre, de danger... n’ont pas diminué la foi et le témoignage. Quelques jeunes que j’ai cités appartenaient à cet oratoire. De nombreux jeunes qui ont grandi là ont quitté la Syrie. L’oratoire d’Alep est très joyeux, c’est le seul endroit où les jeunes peuvent se défouler. Il est plein d’espérance et d’amour. Les animateurs donnent de leur temps pour les aider dans le travail d’évangélisation : catéchisme, groupes, messes dominicales animées par les jeunes, école des devoirs, soutien économique et colis de nourriture pour les familles pauvres. Cet oratoire est vraiment béni du Seigneur, avec ce nombre énorme de jeunes. De nombreuses vocations salésiennes sont sorties de cet oratoire.

 

Kafroun : un oratoire géré par un salésien et une famille de coopérateurs

La ville est située dans une région de montagne et de forêt. C’est une zone de tourisme estival qui n’est pas encore frappée par la guerre. L’œuvre salésienne comprend en fait un centre d’accueil pour des personne réfugiées, outre l’oratoire et une église publique gérée par un salésien et une famille de coopérateurs. L’ouvre de Kafroun est fréquentée par plus de 500 personnes, enfants, adolescents, jeunes, parents. Elle est très active en été parce qu’elle se trouve dans une des zones les plus sécurisées. Elle est devenue une zone très fréquentée, les gens viennent y chercher la tranquillité et la paix pour vivre (pour souffler un peu). Les salésiens y accueillent les familles les plus pauvres, les familles des coopérateurs et des salésiens. Ils vivent dans l’enceinte de l’œuvre et les salésiens leur offrent un lieu pour dormir, la nourriture, le chauffage, et autant que possible une vie digne. L’oratoire est super actif durant l’été : catéchisme et messes dominicales avec une foule de jeunes.

 

A Damas ils accueillent les jeunes pour rappeler la signification du mot « paix »

Il y a un oratoire, un centre de jeunes et une église paroissiale. Comme à Alep, l’oratoire est très vivant et actif avec plus de 600 jeunes. Damas aussi est frappée par la guerre, et les jeunes viennent de tous les coins de la ville pour vivre quelques heures de paix (y compris intérieure) dans des lieux pleins de joie et d’animations (catéchisme, groupes, soutien économique et colis de nourriture pour les familles les plus pauvres ...). La communauté est assez jeune, avec deux aspirants à la vie religieuse qui font tout ce qu’ils peuvent pour que les jeunes puissent vivre en sécurité et en paix, dans un pays qui paraît avoir oublié la signification du mot « paix ».

 

 

Face à tout cela, la question des jeunes est : « Où est Dieu ? », « Est-ce que Dieu existe ? », « s’il existe, pourquoi y a-t-il la guerre ? », « combien de temps faudra-t-il encore souffrir ? »

 

Par toute leur espérance et toute leur foi, les salésiens témoignent que Dieu existe. Dieu lui aussi, en se faisant chair pour se faire proche de nous en toute chose, a éprouvé toute la souffrance et la méchanceté humaine. Dieu n’accepte pas la guerre, il ne la permet pas. Dieu est l’espérance qui nous donne la certitude que la Syrie ressuscitera comme son Fils. Dieu est la joie de la résurrection.

 

Les salésiens témoignent tous les jours que Dieu existe. Que Dieu nous aime. »

 

 

Mhran Charkajian,
salésien à Qamishli (Syrie)
Texte traduit par Jean-François Meurs
10 mars 2016

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e8

Le rire est le propre de l’homme. On pourrait parodier en disant qu’il est le propre des jeunes. En fait, pour eux, ce sont les petits riens, voire les bêtises, qui prêtent à rire. Et, bien sûr, la plus part du temps, ce sont des moments vécus en bande.

Par tempérament ou pour cacher sa timidité les jeunes aiment rire. Pour Hugo « Ça redonne de l’énergie, c’est comme du sucre. » Ils ne font pas allusion à de grands comiques que l’on peut entendre sur les médias mais, c’est bien dans des moments passés entre eux que se partagent d’abord les rires. Et, pour en souligner l’importance, Hugo de conclure. « Une semaine sans rigoler, je suis pas bien. »

Question : Veillons-nous à ce que le rire soit un moment important de partage dans nos familles ?

Voir le 8è épisode de la saison 2 : Qu’est-ce qui te fait rire ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Une semaine à Lourdes au service des personnes malades

      Don Bosco Marseille Lourdes 2019 07 C’est cette expérience qu’ont vécu 7 jeunes du lycée Don Bosco Marseille du 27 avril au 3 mai. Ils sont partis dans le cadre du pèlerinage Montfortain, accompagnés par Raphaël Janiec, Adjoint en Pastorale Scolaire. celui-ci a recueilli leur témoignage.

      Lire la suite

    • FestiClip 2019 : l’excellence !

      Don Bosco Festiclip 2019 01 Fondé il y a 15 ans le FestiCLip vient de boucler sa quatorzième édition. Elle est sous le signe de l’excellence. D’année en année, nous constatons une progression dans la qualité des productions. Qualité de la technique, déjà constatée, mais aussi qualité des scénarios et du jeu des acteurs.

      Lire la suite

    • Un week-end de Pentecôte complètement foot !

      Don Bosco Festifoot 2019 11 Après une délocalisation dans l’Ouest de la France l’année passée, le Festifoot retrouvait les terrains et le château de Ressins pour sa 6ème édition. Huit équipes, venues des maisons d’action sociale et des établissements scolaires du réseau Don Bosco de toute la France, se sont rassemblées autour des valeurs du football sur les terrains et pendant les différents ateliers du challenge. Un vent de fraternité a soufflé durant ce week-end de Pentecôte dans ce groupe de 80 participants d’Argenteuil, de Caen, de Giel, de Gradignan, de Lyon et de Nice.

      Lire la suite

    • Tous en vélo pour Mokamo !

      Don Bosco Velo Mokamo 2019 03 C’est le défi que se sont lancés des jeunes et adultes des maisons Don Bosco des établissements scolaires en Belgique Wallone. En trois jours, ils auront parcouru plus de 300 km et récupéré plus de 6000 euros pour le projet Mokamo. Benoit Gochel, directeur adjoint de Don Bosco Liège et chevillle ouvrière du projet pour cette 2ème édition, témoigne de cette belle aventure.

      Lire la suite

    • Don Bosco à Kenitra !

      Don Bosco Kenitra 2019 08 Un mois après la visite du Pape François, le 1 Mai 2019, le Recteur Majeur Père Ángel Fernández Artime, 10è successeur de Don Bosco, a inauguré sa visite de l’Œuvre salésienne de Don Bosco à Kénitra, au Maroc. Une première visite officielle d’un Recteur Majeur au Maroc dans l’histoire de la Congrégation !

      Lire la suite

    • Une journée avec le Père Jean-Marie Petitclerc

      JM Petitclerc Chambery 2019 00 Le lycée Costa de Beauregard a accueilli le 16 mai dernier Jean-Marie Petitclerc. Prêtre salésien, polytechnicien, éducateur spécialisé, expert des questions d'éducation dans les zones sensibles, et écrivain, il a passé la journée avec les jeunes de l’établissement et proposé une conférence sur l’éducation dans la soirée.

      Lire la suite

  • Société

    • Ils nous parlent de l’Europe

      don bosco minimes europe En novembre dernier, 60 élèves, en 3è à l'école Notre-Dame-des-Minimes à Lyon, sont partis dans l’Est de la France pour un voyage scolaire d’une semaine intitulé : « Voyage de mémoire. De la guerre à la paix ». Ils ont découvert les lieux des deux guerres mondiales ainsi que le parlement européen de Strasbourg. Mathis, Thomas et Mathis nous parlent de leurs visions de l’Europe.

      Lire la suite

    • Construire l’Europe aux yeux des jeunes

      MSJ jeunes vote europe 01 Ils n’étaient pas encore nés lorsque la Communauté Economique Européenne a été créée en 1957. Ils ont entre 20 et 30 ans. Pablo est espagnol, Antonija croate, Anne-Florence française. Engagés dans le Mouvement Salésien des Jeunes au sein de leur pays et au niveau de l’Europe, ils nous partagent leur vision de l’Europe et ce que le « vieux continent » apporte à leur pays.

      Lire la suite

    • Les citoyens ont besoin de l’Europe

      citoyens europe don bosco 2019 02 Bogna Suda est polonaise. Elle travaille au Parlement européen depuis plus de 15 ans. Elle est conseillère dans un groupe politique et dirige une équipe de 9 personnes. Elle explique le travail du Parlement et relève les défis à venir.

      Lire la suite

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite