syrie don bosco spectacle alep 001 Les 26 et 27 février derniers, environ 70 jeunes de l’oratoire salésien d’Alep ont mis en scène le spectacle musical « Le Seigneur des couleurs », écrit par le P. Pier Jabloyan, Salésien de Don Bosco, et Majed Zrek, Salésien Coopérateur.

 

 

C’est l’histoire d’une ville qui a vécu une grande et terrible guerre où ses habitants ont subi de nombreuses atrocités jusqu’à l’arrivée du « Seigneur des couleurs ». Dans cette ville, les anciens ont inventé des lunettes noires pour aplatir toutes les couleurs qui provoquent souffrance et tristesse : le rouge, qui auparavant parlait d’amour, ne fait que penser au sang et à la mort ; le jaune, qui évoquait la lumière, signifie violence et manque de nourriture... Ainsi les jeunes ne connaissent plus l’existence de ces couleurs puisqu’ils portent, toujours et partout, des lunettes noires.

 

Oser retirer les lunettes noires

Jusqu’au jour où leur apparait un homme, « le Seigneur des couleurs » : vêtu de couleurs, il ne porte pas de lunettes et il provoque un scandale en ville. Pour cela, il sera poursuivi en justice puis chassé. Mais dans sa prédication, cherchant à convertir les cœurs, un jeune nommé Lucio (Nour), à la recherche du sens de la vie, l’écoutera. Et il sera le premier à enlever ses lunettes noires. Il verra le Seigneur des couleurs comme il est réellement. Et, de là, partira l’invitation à toute la ville pour changer la vision et à regarder vers celui qui donne sens à toute la vie avec ses couleurs.

 

syrie don bosco spectacle alep 002

 

Un signal fort aux habitants d’Alep

Le message de ce spectacle musical est celui de donner un signal fort aux habitants d’Alep, qui, à cause des atrocités actuelles, courent le risque de fermer les yeux et de mettre les lunettes de l’indifférence devant le mal qui frappe les autres.

 

« Le Seigneur des Couleurs de notre vie, en tant que chrétiens, est le Christ, lui seul donne sens et rend les couleurs à ce qui a été décoloré par la guerre. Etant donné que tout, ici à Alep, parle de guerre, nous voulons raconter la ‘Vie’ », dit le P. Jabloyan.

 

La réalisation de cette œuvre, en ce temps de guerre, est la confirmation de la volonté des jeunes et des salésiens de l’oratoire d’Alep de vivre la spiritualité salésienne, spiritualité de résurrection et de joie, sans jamais se plier devant le mal.

 

 

Source : Agence internationale d'inforations salésienne (ANS)
24 mars 2016

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 

 


Mot du jour

Est-ce un enfant ou un chien qu’on appelle ?

C’est vrai qu’elle est un peu rétro, mais elle trouve que cette tendance de plus en plus répandue de vouloir nommer son enfant de façon très originale, d’utiliser le prénom pour en faire un être unique, risque de prêter le flanc aux moqueries, et surtout ôte au prénom tout son sens.

Pour elle, un prénom, c’est important. Il s’inscrit dans une culture, évoque une figure tutélaire, dit, par son étymologie, quelque chose de beau, et, par ce biais, fait entrer l’enfant dans la communauté des hommes et l’inscrit dans une longue lignée. Il se cherche aux sources de l’intime, pas dans une lecture récente, ou parmi les personnages d’une série télé. Choisir un prénom, ce n’est pas non plus le joyeux exercice de la fabrication d’un mot inédit.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages

Multimédia

Campobosco : une invitation execptionnalle,
un film réalisé par les jeunes...
campobosco.fr

Sur l’échiquier de la vie
(Prix du Public - FestiClip 2016)
www.festiclip.eu

Journées Mondiales Salésiennes Missionnaires 2017
Le clip d'introduction
(source : ANS)

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...