syrie alep appel a l aide 002Comme une balançoire entre violence et désolation : voilà la situation à Alep, ville symbole de la guerre en Syrie. Les périodes de trêve, où chacun compte les dégâts et les victimes et cherche de nouveaux expédients pour survivre, alternent avec des recrudescences de violence. L’oratoire salésien a dû fermer ses portes.

 

« Il y a eu une attaque plus forte que d’habitude dans les dernières 72 heures... jusqu’aujourd’hui 1300 coups sur tous les quartiers de la ville : missiles, bombes, explosifs...On a recommencé à bombarder... Les morts sont nombreux et très nombreux les blessés », nous fait savoir le Directeur de l’œuvre salésienne dans la ville, le P. Georges Fattal.

 

C’est de plus de 30 civiles tuées le bilan provisoire des raids gouvernementaux syriens sur un hôpital à Alep géré par « Médecins sans frontières ». Les victimes de ce massacre ne sont qu’une partie des dizaines de morts et des centaines de blessés provoqués par la reprise des combats en ville entre rebelles et gouvernementaux.

 

La situation d'Alep est « catastrophique »

Dans le bombardement de l’hôpital, le soir de mercredi 27 avril, est mort aussi Mohammed Wasim Moaz, le dernier pédiatre résidant dans les quartiers d’Alep, contrôlés par les rebelles. Le responsable des aides humanitaires de l’ONU, Stephen O’Brien, a mis en alerte le Conseil de Sécurité sur « la nouvelle, sérieuse détérioration de la situation humanitaire en Syrie », et il a définie « catastrophique » la situation à Alep.

 

Les chrétiens espèrent qu'un appel du pape fera bouger les choses

L’oratoire salésien a dû fermer les portes : C’est la Semaine Sainte des Eglises Orientales, période où, comme l’an dernier, augmentaient les bombardements. La population est épuisée et privée de toute attente, elle espère, peut-être, qu’un nouvel appel du Pape puisse faire changer les choses : « Les gens souhaitent une intervention du Saint Père auprès de la communauté internationale, il faut donner espérance aux gens », dit le Salésien.

 

En communion spirituelle avec la communauté salésienne d'Alep

Le P. Fattal, sur exhortation des jeunes d’Alep, déjà au mois de février avait invité toutes les paroisses et communautés de la Famille Salésienne à faire une heure d’adoration eucharistique par semaine – le lundi après-midi, si possible, en communion spirituelle avec la communauté d’Alep - pour demander la paix en Syrie. Son appel a été relancé aussi par le Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, dans sa vidéo « Cari confratelli ».

 

Le P. Fattal renouvelle maintenant sa demande : « Merci de vous souvenir de nous Salésiens d’Alep, et pour tous nos jeunes. Nous vous demandons encore de prier pour nous ».

 

 

Don Bosco Aujourd'hui
via ANS (Agence internationale salésienne)
5 mai 2016

 

 

Un vidéo pour un appel à l'aide

 

« En ville, la situation est très dramatique et difficile : La population ne sait plus quoi faire, beaucoup de morts, beaucoup de bombardements. Il n’y a plus de places sûres en ville »,dit le Père Pier Jabloyan, salésien, né à Alep, qui n’est plus capable de définir sa ville où il a grandi.

 

Il exprime son appel à l'aide dans une vidéo prise dans la cour de l’oratoire, tristement vide, étant donné les derniers bombardements et sa fermeture, alors que jusqu’il y a quelques jours il était une oasis de normalité pour tant d’enfants et adolescents.

 

La vidéo sous-titrée en anglais

 

 

 

 

Pour aller plus loin

ANS : Syrie – « Intensifiez votre prière pour nous » (vidéo)

ANS : Syrie – « Nous vous demandons encore de prier pour nous »

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite