bangui des espaces de paix 003 Bangui, Centrafrique. Depuis le coup d’Etat de mars 2012, le pays est en proie à la guerre civile : pillages, viols, massacres, haines exacerbées par les rivalités religieuses et les clans. Malgré les menaces, les salésiens ont décidé de rester auprès des jeunes, soutenus moralement et financièrement par la Province salésienne d’Afrique Tropicale Equatoriale.

 

Les salésiens sont présents dans le pays depuis 1995 avec deux centres paroissiaux et de formation professionnelle dans la capitale, Bangui. Le centre de Damala compte 1700 élèves, dont une bonne partie qui reçoivent le matériel et les repas gratuitement. Aux moments les plus forts des violences, Damala et la paroisse de Galabadja ont accueilli 10.000 réfugiés, et même une pointe de 50.000. Comment nourrir une telle foule, même avec l’aide d’ONG humanitaires ? Comment assurer la sécurité des jeunes et soutenir leur moral ?

 

« Nous restons pour les jeunes »

bangui des espaces de paix 004 Le centre de Damala compte plus de 1700 élèvesLe sport a été l’un des premiers moyens pour permettre aux jeunes d’éprouver une certaine liberté. Il catalyse les énergies et stimule les qualités humaines. L’Institut Secondaire de Damala a maintenu des formations, notamment pour retenir les jeunes et les empêcher de tomber aux mains des milices. En septembre, l’UNICEF a confié 250 enfants en situation de vulnérabilité, et 120 autres au début de décembre. Un tiers sont d’anciens soldats, garçons et filles. Certains s’étaient engagés parce qu’ils ne savaient que faire de leur vie. La plupart ont été recrutés de force par des chefs locaux et entraînés à tuer.

 

 bangui des espaces de paix 002 bangui des espaces de paix 001

 

Des formations pour empêcher les jeunes de tomber aux mains des milices

 

Djitoloma témoigne

 

Pendant 8 mois, Don Bosco a été notre maison : pour dormir, manger... Il y avait même un hôpital. Là des gens sont morts, des bébés sont nés. Un jour, une bande armée est arrivée dans l’intention de tout saccager, mais les jeunes sont venus nombreux, prêts à tout, pour défendre le seul lieu qui leur restait. Pour les jeunes du quartier, Don Bosco est la maison de tous.

Les jeunes ont reçu un traitement médical, pour prévenir les maladies transmissibles et soigner les maladies de la peau. Et ils ont bénéficié d’une assistance psychologique. Après une phase de réhabilitation, ils ont entamé l’apprentissage d’un métier. Les enseignants évaluent et orientent vers les options offertes : menuiserie, agriculture et élevage, mécanique, école de conduite, électricité, maçonnerie, couture et informatique. Chaque matin, les cours sont précédés d’un mot sur la paix, le respect pour la vie, la réconciliation, le pardon. Chaque enfant a reçu une carte d’identité de l’école, permettant son identification.

 

 

Des « Espaces de paix »

Les deux centres accueillent les jeunes sans distinction d’origine, et sont devenus des « Espaces de paix ». Attentifs aux filles tentées de se prostituer pour trouver à manger, ils leur assurent un repas par jour. Chaque centre a un dispensaire qui a le souci d’apporter une aide psychologique et éducative. Il accompagne les femmes enceintes durant leur grossesse.

 

 

Jean-François MEURS, sdb,
Rédacteur de la revue Don Bosco Aujourd'hui
16 juin 2016

 

 

Pour aller plus loin

L'actualité par l'agence de presse internationale des salésiens de Don Bosco

 

 

 


Mot du jour

Tous les matins, Noémie se rend au collège. Elle est heureuse d’y retrouver ses amis. A vrai dire, c’est bien la seule chose qui lui donne envie de se lever de bonne heure. Noémie est la dernière de sa classe. Ses professeurs sont désemparés… Ses parents, tourmentés par l’échec de leur fille, se demandent comment elle pourra réussir dans la vie avec de tels résultats ?

Mais, ce matin, Noémie se lève de bonheur ! Ce ne sont pas ses résultats qui lui empêcheront de réussir sa vie et de réaliser son rêve : devenir couturière ! Ce qui lui importe : tisser des liens… et être la première à l’école de la Vie !

Si vous n’avez pas été le premier de la classe, c’est pour une seule raison : vous êtes candidat à être le premier à l’école de la Vie !

Il n’est jamais trop tard pour reprendre ses études…

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi