bangui des espaces de paix 003 Bangui, Centrafrique. Depuis le coup d’Etat de mars 2012, le pays est en proie à la guerre civile : pillages, viols, massacres, haines exacerbées par les rivalités religieuses et les clans. Malgré les menaces, les salésiens ont décidé de rester auprès des jeunes, soutenus moralement et financièrement par la Province salésienne d’Afrique Tropicale Equatoriale.

 

Les salésiens sont présents dans le pays depuis 1995 avec deux centres paroissiaux et de formation professionnelle dans la capitale, Bangui. Le centre de Damala compte 1700 élèves, dont une bonne partie qui reçoivent le matériel et les repas gratuitement. Aux moments les plus forts des violences, Damala et la paroisse de Galabadja ont accueilli 10.000 réfugiés, et même une pointe de 50.000. Comment nourrir une telle foule, même avec l’aide d’ONG humanitaires ? Comment assurer la sécurité des jeunes et soutenir leur moral ?

 

« Nous restons pour les jeunes »

bangui des espaces de paix 004 Le centre de Damala compte plus de 1700 élèvesLe sport a été l’un des premiers moyens pour permettre aux jeunes d’éprouver une certaine liberté. Il catalyse les énergies et stimule les qualités humaines. L’Institut Secondaire de Damala a maintenu des formations, notamment pour retenir les jeunes et les empêcher de tomber aux mains des milices. En septembre, l’UNICEF a confié 250 enfants en situation de vulnérabilité, et 120 autres au début de décembre. Un tiers sont d’anciens soldats, garçons et filles. Certains s’étaient engagés parce qu’ils ne savaient que faire de leur vie. La plupart ont été recrutés de force par des chefs locaux et entraînés à tuer.

 

 bangui des espaces de paix 002 bangui des espaces de paix 001

 

Des formations pour empêcher les jeunes de tomber aux mains des milices

 

Djitoloma témoigne

 

Pendant 8 mois, Don Bosco a été notre maison : pour dormir, manger... Il y avait même un hôpital. Là des gens sont morts, des bébés sont nés. Un jour, une bande armée est arrivée dans l’intention de tout saccager, mais les jeunes sont venus nombreux, prêts à tout, pour défendre le seul lieu qui leur restait. Pour les jeunes du quartier, Don Bosco est la maison de tous.

Les jeunes ont reçu un traitement médical, pour prévenir les maladies transmissibles et soigner les maladies de la peau. Et ils ont bénéficié d’une assistance psychologique. Après une phase de réhabilitation, ils ont entamé l’apprentissage d’un métier. Les enseignants évaluent et orientent vers les options offertes : menuiserie, agriculture et élevage, mécanique, école de conduite, électricité, maçonnerie, couture et informatique. Chaque matin, les cours sont précédés d’un mot sur la paix, le respect pour la vie, la réconciliation, le pardon. Chaque enfant a reçu une carte d’identité de l’école, permettant son identification.

 

 

Des « Espaces de paix »

Les deux centres accueillent les jeunes sans distinction d’origine, et sont devenus des « Espaces de paix ». Attentifs aux filles tentées de se prostituer pour trouver à manger, ils leur assurent un repas par jour. Chaque centre a un dispensaire qui a le souci d’apporter une aide psychologique et éducative. Il accompagne les femmes enceintes durant leur grossesse.

 

 

Jean-François MEURS, sdb,
Rédacteur de la revue Don Bosco Aujourd'hui
16 juin 2016

 

 

Pour aller plus loin

L'actualité par l'agence de presse internationale des salésiens de Don Bosco

 

 

 


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite