affiche via don bosco tanzani 002 Les écoles professionnelles salésiennes de Tanzanie tentent de promouvoir les formations professionnelles des filles, y compris les formations techniques. L’ONG Via Don Bosco s’est engagée en 2016 pour briser l'image stéréotypée de la formation professionnelle et pour donner aux filles les mêmes chances que les garçons pour une éducation de qualité.

 

De nombreux obstacles sur le chemin de l'école

Les femmes en Tanzanie sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à rester analphabètes. L’occasion d’y suivre une formation professionnelle est très faible. Les préjugés des parents pour qui il n’est pas important que leurs filles apprennent un métier, et encore moins un métier technique, sont des obstacles massifs à leur scolarisation. Faute de perspectives, elles abandonnent très tôt l’école.

 

Dans les écoles partenaires de VIA Don Bosco une action a été réalisée pour que filles et garçons méritent les mêmes chances d’entrer dans l’école et d’apprentissage d’un métier. Et inverser la tendance.

 

Une campagne de sensibilisation contre les stéréotypes : « Je suis une femme de grande valeur »

Pour encourager les filles à suivre une formation professionnelle, les écoles tanzaniennes du réseau Don Bosco ont organisé l’action “ Binti Thamani ”. Cela signifie : « Je suis une femme de grande valeur » en swahili. Ce fut une grande campagne de sensibilisation avec des affiches, une conférence de presse et un spot radio. Les médias sociaux ont également été massivement utilisés pour atteindre le plus de filles possible dans la région.

 

affiche via don bosco tanzani 003 affiche via don bosco tanzani 001

 

Développer l’estime de soi : « Chaque fille est une Binti Thamani»

Un grand événement a été le point culminant de la campagne de sensibilisation. Des bus ont permis aux filles des villages les plus reculés d'assister à l'action. Une fois arrivées, elles pouvaient écouter des conférences pour les inspirer à réaliser leurs rêves et à développer la confiance en elles dans la vie. Certaines filles, déjà en formation professionnelle, agissaient en tant qu’ambassadrices, afin de partager leurs expériences avec d’autres, pour leur faire comprendre à quel point leur formation professionnelle avait changé leur vie.

 

Tanzanie

 

Grâce au programme en Tanzanie, les trois centres de jeunes Don Bosco touchent plus de 1000 jeunes chaque année entre 15 et 28 ans. Année après année, les écoles s'attachent, avec VIA Don Bosco, à fournir une formation de qualité adaptée aux besoins du marché du travail.

 

« Je suis électricienne, diplômée au centre Don Bosco à Iringa »

« Mes études sont importantes pour moi. L'autonomie et l'engagement sont pour moi la clé du succès. Je suis électricienne, diplômée en 2012 au centre Don Bosco à Iringa. Je travaille maintenant. Je sais ce que je vaux et j’ai confiance en moi. Je suis “ Binti Thamani " », déclarait une ancienne étudiante à propos de sa formation au centre.

 

« La plupart d'entre nous entendent que le dur labeur est seulement pour les hommes. Je dis non ! Je suis plombier. J’ai fait un choix intelligent parce que je crois que les femmes peuvent travailler et apprendre les mêmes techniques et compétences. Faites valoir vos chances, chaque fille est une Binti Thamani, chaque femme est une femme précieuse », ajoutait Tuliana Juma, une étudiante en plomberie dans le centre de Dodoma.

 

Un groupe musical tanzanien bien connu, idole des filles : le “ Barnaba-Classic ” a relayé le message avec encore plus de force et a donné, grâce à sa grande notoriété, un écho très important à l'action.

 

« Chaque témoignage des filles était source d'inspiration, et a été, à tous les coups, accueilli avec des acclamations et un tonnerre d'applaudissements. Le groupe populaire Barnaba-Classic a amplifié les voix des filles de façon retentissante. »

 

Cette action fantastique a grandement contribué à briser les stéréotypes. Les filles peuvent elles aussi suivre des formations professionnelles, et s’instruire. Sachant que les femmes instruites décident elles-mêmes, le plus souvent, d'envoyer leurs enfants à l'école, c’est un grand pas en avant pour le pays.

 

 

Bram REEKMANS et Lore STASSEN
Via Don Bosco
14 juillet 2016

 

 


Mot du jour

« L’amour est une danse dont personne ne m’a appris le pas » (Pat Conroy, Beach music). A quoi ça ressemble l’amour ? Comment fait-on ? Où est-ce que ça se trouve ? Quels sont les mots ? Qui nous dira le secret ?

Celui qui veut le mode d’emploi, la pleine conscience, restera sur sa faim. On ne maîtrise pas l’amour, c’est une chose dont il ne faut pas trop se préoccuper. Laissons venir l’amour, il trouvera son chemin, le moment venu.

Même Jésus ne nous dit pas exactement ce que nous devons faire. Pas de doctrine, sauf des formules fulgurantes : « Coupe ta main, arrache ton œil », « retire-toi », « parfume-toi », « donne » et « pardonne ». Pas de solution, mais une invitation à prendre la voie ouverte. L’amour naît de l’Esprit lors de chaque rencontre, face à chaque événement. L’amour est liberté.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Mission à Tournai
Le groupe Agape et leurs animations
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Le témoignage de Margaux (de Grenoble)
Voir l'article

« Chers confrères, et chère famille salésienne »
Message du Supérieur mondial de salésiens
(ANS)

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Mineurs migrants : l’accueil dans le réseau salésien de Belgique

      mineurs migrants accueil en belgique Aujourd’hui des milliers de mineurs migrants fuient leur pays en raison de la guerre, la pauvreté. Pour les accueillir, différents lieux du réseau salésien en Belgique, se mobilisent. Quel est l’accueil spécifique des mineurs migrants dans les maisons salésiennes ?

      Lire la suite

    • Dramane, migrant du Mali à l’Espagne

      mineurs migrants temoignage dramane 001 Qui est le jeune Dramane ? Qu’est-ce qui l’a décidé à quitter sa famille ? Son pays ? Quelle est son histoire ? Comme beaucoup d’autres, Dramane est un jeune mineur à avoir frappé à la porte d’une maison salésienne en Espagne. Il témoigne.

      Lire la suite

    • L’établissement N.D. des Minimes accueille trente migrants

      migrants n d minimes lyon 001 « Cette rencontre a été une claque pour moi et m’a fait prendre du recul » s’exclame Coline, lycéenne aux Minimes, à Lyon après la rencontre organisée par la Pastorale du lycée et la cellule « migrants » du diocèse de Lyon. Pour de nombreux lycéens, ce fut une expérience cruciale qui les aide à sortir des clichés. Témoignage de Fabienne Laumonier, animatrice en pastorale scolaire.

      Lire la suite

    • A Sury-Le-Comtal, une sanction-réparation réussie

      st andre sury sanction 001 Des élèves ont commis un acte de bizutage contre un autre élève. Comment les sanctionner ? Comment les aider à prendre conscience de leur acte ? Comment les aider à changer ? C’est la question que s’est posée l’équipe éducative du lycée Saint-André à Sury-le-Comtal en demandant aux élèves de s’engager dans un acte de réparation qui a du sens.

      Lire la suite

    • Que faire cet été 2017 ?

      que faire cet ete 2017 001 L'aventure salésienne vous intéresse ? Alors n'hésitez pas à découvrir les propositions salésiennes de l'été ! Et si des jeunes veulent devenir animateurs, prenez contact. La famille salésienne offre une large palette de propositions ouvertes à tous. Il y en a pour tous les âges, tous les goûts, à toutes les dates. Comment choisir dans ce large éventail ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Mineurs migrants non accompagnés

      nouveau dba 990 Nous ne baisserons pas les bras ! Parfois des décisions politiques sur l’accueil des migrants posent question, mais rien n’arrêtera l’élan de générosité que nous observons partout autour de nous. Dans le réseau des salésiens, il s’agit de faire ce que Don Bosco faisait en son temps : l’accueil inconditionnel.

      Lire la suite