cetpro lima perou don bosco Le pays des Incas est aussi un pays avec une situation politique difficile : un pays sans classe moyenne et qui se situe en bas de l’échelle au niveau des formations de base comparé aux autres pays d'Amérique latine. Via Don Bosco y soutient l'enseignement technique à Lima, Arequipa et à Piura.

 

Un nouveau Président = un nouveau départ ?

Le 5 juin dernier les Péruviens se sont rendus aux urnes. Cette élection présidentielle fut la plus compétitive jamais vécue au Pérou. L'expert économique néolibéral Pedro Pablo Kuczynski a été élu comme successeur du président Ollanta Humala. Cet homme de 77 ans veut selon ses propres mots «un Pérou uni, pour entamer le dialogue." Il veut aussi "du travail pour tous les Péruviens."

 

C’est un message important pour la population, un message d'espoir. Parce que même si le Pérou semble généralement bien fonctionner, l’image est trompeuse. Les différences de classes sont en fait très importantes : il y a les riches et les pauvres, la classe moyenne n'existant pratiquement pas.

 

Appel à soutien

 

Des crèches dans les écoles techniques Don Bosco

Via Don Bosco a besoin de vos dons pour créer des crèches dans les écoles techniques Don Bosco au Pérou. Ces crèches permettent aux élèves, filles-mères, de se former pour obtenir un métier. Les dons peuvent également permettre de soutenir des jeunes en difficultés, comme Erick, à accéder à un enseignement de qualité.

 

logo

Les formations techniques sont utiles pour tous les jeunes

Comme chez nous, les programmes universitaires sont appréciés et parfois surévalués au Pérou. Au point que certains étudiants potentiels attendent parfois des années avant qu'il n’y ait une place à l'université. Et quand ils obtiennent leur diplôme, ces jeunes sont souvent contraints de travailler dans un domaine technique pour lequel ils ne sont pas formés.

 

Au Pérou, les Centres dirigés par les salésiens de Don Bosco touchent près de 5000 jeunes.

 

Une crèche pour encourager les jeunes femmes à se former

Via Don Bosco soutient et encourage les formations techniques et professionnelles au Pérou à destination des filles. Elles sont de plus en plus nombreuses à entamer une formation technique. Il est important que les jeunes filles au Pérou soient mieux informées de l'utilité de telles formations. Sans elles de nombreux jeunes finissent dans des situations hasardeuses.

 

Outre cette sensibilisation envers la jeunesse péruvienne, il y a également la question des étudiantes mères-célibataires. Quand elles ne peuvent trouver une crèche pour leur enfant, elles ne peuvent pas venir en classe. Les établissements partenaires souhaitent fournir des services de garde pour leurs enfants.

 

 

Blanca Guerrero et Lore Stassen
Chargé de mission pour VIA Don Bosco
11 août 2016

 

 

Témoignage d’Erick en formation au centre salésien de Lima

 

Mon nom est Erick. Je viens de Loreto et je suis le plus jeune de six frères et sœurs. À la demande pressante de ma chère sœur aînée, je suis arrivé à Lima dans le but d'achever mon lycée et de commencer une formation technique. Je travaillais en même temps dans une usine de jouets afin de gagner de l'argent pour mes études et de soutenir mes parents à Loreto. Mes patrons m'ont encouragé à étudier le soir et à travailler la journée. Ils avaient déjà de bonnes expériences avec les formations salésiennes du Cetpro Politécnico Salesiano.

 

Mes patrons m'ont encouragé à étudier le soir et à travailler la journée.

La qualité de l'éducation, des enseignants et les infrastructures les ont toujours impressionnés. Voilà pourquoi je décidai de m’inscrire à cette école. Actuellement, je suis étudiant en mécanique automobile! Et pour faire des économies je me déplace à vélo bien qu’à Lima il n’y ait pas de pistes cyclables. Mais juste après avoir commencé mes études, ma mère est tombée malade. Je lui envoyais donc plus d'argent. Et coup de malchance, la production de jouets dans l'usine où je travaillais a chuté, ce qui a réduit mon salaire. Ce fut une période difficile, et je décidai de reporter ma formation. Mais tout à coup j’ai reçu un coup de main ! Un enseignant qui connaissait ma situation financière, a signalé mon problème au directeur du Cetpro. Après une évaluation socio-économique et académique, on m'a donné une bourse ! Ouf ... juste à temps.

 

Après une évaluation socio-économique, on m'a donné une bourse !

Le centre aide les jeunes qui sont dans une situation à risque social. Des solutions sont proposées quand un étudiant se retrouve en difficultés inattendues comme moi. J’ai donc pu continuer mes études. Aujourd’hui, j’ai terminé le premier module et je travaille déjà au second. Dans l'avenir, je voudrais avoir mon propre atelier ... Espérons que cela marche !

 


 

Une vidéo de présentation du Cetpro Politécnico Salesiano (en Espagnol)

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite