farniere haiti jeunes 001 Grâce à l’Asbl Farnières-Haïti et aux nombreuses activités organisées pour rassembler les moyens afin d’animer des enfants haïtiens, un groupe de jeunes belges, âgés de 16 à 23 ans accompagnés de deux adultes, a animé durant tous le mois de juillet les activités des jeunes à Port-au-Prince en Haïti.

 

Après plusieurs péripéties avant le décollage et un vol de dix heures, c’est la chaleur qui les surprend à leur arrivée. Une bonne nuit chez les sœurs salésiennes à la Croix des Bouquets permet au groupe d’affronter, le lendemain, un périple en bus de 250 kilomètres en neuf heures pour rejoindre Fort Liberté. Cela ressemble à un « Dakkar » en bus !

Accueil au Patronage du Centre Don Bosco de Fort Liberté

Dans le Centre Don Bosco de Fort Liberté, tout est encore assez calme. Quelques jours sont nécessaires pour s’acclimater comme on peut à la chaleur, à la transpiration, aux odeurs, à la nourriture, aux moustiques, au manque d’eau au robinet, aux coupures d’électricité, au décalage de sept heures...

Lors de la messe d’inauguration en créole pour les activités « Activa », les Pères Salésiens nous présentent aux cent trente enfants du patronage, aux nombreux jeunes ainsi qu’aux trente-cinq animateurs Haïtiens. C’est aussi l’occasion de s’exprimer en créole ; « Mwen ou rele Anne », « Je m’appelle Anne ».

Nous connaissons l’horaire de nos dix futures journées ; 5h00 footing et sport, déjà sous le soleil – 7h30 douche (si il y a de l’eau) et déjeuner – de 8h30 à 14h animations des enfants et jeunes haïtiens avec l’aide d’animateurs haïtiens, suivies d’un repas très attendu et primordial pour les enfants - l’après-midi, après un repos nécessaire, le groupe prépare les activités du lendemain. Des visites, des jeux, des petites sorties, du sport, des discussions remplissent nos soirées.

Une rencontre culturelle nourrie de contrastes

farniere haiti jeunes 002 L’organisation « olé » des Haïtiens, le manque de moyens matériaux, les bagarres des enfants affamés et assoiffés, le manque de dynamisme des animateurs haïtiens, les nombreux déchets parsemés sur le sol, les habitations rudimentaires, les chaussures trop petites ou cassées, la place importante de la religion, l’affection des Haïtiens, l’interpellation des Belges par les Haïtiens avec le mot « Blanco »,... sont les nombreux sujets de discussions entre Belges.

A cela se rajoutent les crampes aux ventres mais également musculaires, la diarrhée, la fièvre, les cloques, la fatigue, les piqûres de moustiques, la transpiration et les odeurs, les spaghettis ou la semoule de maïs au déjeuner,...

Des temps de festivités

Le vendredi culturel et la visite à la Citadelle (le seul lieu touristique du Nord) sont deux journées, partagées avec les jeunes haïtiens, fortes en émotions et en rencontres. Plusieurs anniversaires ainsi que la fête des Belges ont été fêtés en chantant : « On va couper le gâteau ! », « Mwen souhet ou bon fete ». La danse et les blagues, le rhum et la Prestige, le riz et les bananes plantains font également partis des festivités.

Après les 24 jours passés à Haïti, plusieurs jeunes belges sont prêts à parrainer des enfants haïtiens pour assurer leur scolarité. Ainsi qu’à rassembler différents matériaux et vêtements dans le container qui part très prochainement.

 

Anne de Pourcq
Accompagnatrice Farnières-Haiti

 


Mot du jour

« L’amour est une danse dont personne ne m’a appris le pas » (Pat Conroy, Beach music). A quoi ça ressemble l’amour ? Comment fait-on ? Où est-ce que ça se trouve ? Quels sont les mots ? Qui nous dira le secret ?

Celui qui veut le mode d’emploi, la pleine conscience, restera sur sa faim. On ne maîtrise pas l’amour, c’est une chose dont il ne faut pas trop se préoccuper. Laissons venir l’amour, il trouvera son chemin, le moment venu.

Même Jésus ne nous dit pas exactement ce que nous devons faire. Pas de doctrine, sauf des formules fulgurantes : « Coupe ta main, arrache ton œil », « retire-toi », « parfume-toi », « donne » et « pardonne ». Pas de solution, mais une invitation à prendre la voie ouverte. L’amour naît de l’Esprit lors de chaque rencontre, face à chaque événement. L’amour est liberté.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Mission à Tournai
Le groupe Agape et leurs animations
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Le témoignage de Margaux (de Grenoble)
Voir l'article

« Chers confrères, et chère famille salésienne »
Message du Supérieur mondial de salésiens
(ANS)

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Mineurs migrants : l’accueil dans le réseau salésien de Belgique

      mineurs migrants accueil en belgique Aujourd’hui des milliers de mineurs migrants fuient leur pays en raison de la guerre, la pauvreté. Pour les accueillir, différents lieux du réseau salésien en Belgique, se mobilisent. Quel est l’accueil spécifique des mineurs migrants dans les maisons salésiennes ?

      Lire la suite

    • Dramane, migrant du Mali à l’Espagne

      mineurs migrants temoignage dramane 001 Qui est le jeune Dramane ? Qu’est-ce qui l’a décidé à quitter sa famille ? Son pays ? Quelle est son histoire ? Comme beaucoup d’autres, Dramane est un jeune mineur à avoir frappé à la porte d’une maison salésienne en Espagne. Il témoigne.

      Lire la suite

    • L’établissement N.D. des Minimes accueille trente migrants

      migrants n d minimes lyon 001 « Cette rencontre a été une claque pour moi et m’a fait prendre du recul » s’exclame Coline, lycéenne aux Minimes, à Lyon après la rencontre organisée par la Pastorale du lycée et la cellule « migrants » du diocèse de Lyon. Pour de nombreux lycéens, ce fut une expérience cruciale qui les aide à sortir des clichés. Témoignage de Fabienne Laumonier, animatrice en pastorale scolaire.

      Lire la suite

    • A Sury-Le-Comtal, une sanction-réparation réussie

      st andre sury sanction 001 Des élèves ont commis un acte de bizutage contre un autre élève. Comment les sanctionner ? Comment les aider à prendre conscience de leur acte ? Comment les aider à changer ? C’est la question que s’est posée l’équipe éducative du lycée Saint-André à Sury-le-Comtal en demandant aux élèves de s’engager dans un acte de réparation qui a du sens.

      Lire la suite

    • Que faire cet été 2017 ?

      que faire cet ete 2017 001 L'aventure salésienne vous intéresse ? Alors n'hésitez pas à découvrir les propositions salésiennes de l'été ! Et si des jeunes veulent devenir animateurs, prenez contact. La famille salésienne offre une large palette de propositions ouvertes à tous. Il y en a pour tous les âges, tous les goûts, à toutes les dates. Comment choisir dans ce large éventail ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Mineurs migrants non accompagnés

      nouveau dba 990 Nous ne baisserons pas les bras ! Parfois des décisions politiques sur l’accueil des migrants posent question, mais rien n’arrêtera l’élan de générosité que nous observons partout autour de nous. Dans le réseau des salésiens, il s’agit de faire ce que Don Bosco faisait en son temps : l’accueil inconditionnel.

      Lire la suite