farniere haiti jeunes 001 Grâce à l’Asbl Farnières-Haïti et aux nombreuses activités organisées pour rassembler les moyens afin d’animer des enfants haïtiens, un groupe de jeunes belges, âgés de 16 à 23 ans accompagnés de deux adultes, a animé durant tous le mois de juillet les activités des jeunes à Port-au-Prince en Haïti.

 

Après plusieurs péripéties avant le décollage et un vol de dix heures, c’est la chaleur qui les surprend à leur arrivée. Une bonne nuit chez les sœurs salésiennes à la Croix des Bouquets permet au groupe d’affronter, le lendemain, un périple en bus de 250 kilomètres en neuf heures pour rejoindre Fort Liberté. Cela ressemble à un « Dakkar » en bus !

Accueil au Patronage du Centre Don Bosco de Fort Liberté

Dans le Centre Don Bosco de Fort Liberté, tout est encore assez calme. Quelques jours sont nécessaires pour s’acclimater comme on peut à la chaleur, à la transpiration, aux odeurs, à la nourriture, aux moustiques, au manque d’eau au robinet, aux coupures d’électricité, au décalage de sept heures...

Lors de la messe d’inauguration en créole pour les activités « Activa », les Pères Salésiens nous présentent aux cent trente enfants du patronage, aux nombreux jeunes ainsi qu’aux trente-cinq animateurs Haïtiens. C’est aussi l’occasion de s’exprimer en créole ; « Mwen ou rele Anne », « Je m’appelle Anne ».

Nous connaissons l’horaire de nos dix futures journées ; 5h00 footing et sport, déjà sous le soleil – 7h30 douche (si il y a de l’eau) et déjeuner – de 8h30 à 14h animations des enfants et jeunes haïtiens avec l’aide d’animateurs haïtiens, suivies d’un repas très attendu et primordial pour les enfants - l’après-midi, après un repos nécessaire, le groupe prépare les activités du lendemain. Des visites, des jeux, des petites sorties, du sport, des discussions remplissent nos soirées.

Une rencontre culturelle nourrie de contrastes

farniere haiti jeunes 002 L’organisation « olé » des Haïtiens, le manque de moyens matériaux, les bagarres des enfants affamés et assoiffés, le manque de dynamisme des animateurs haïtiens, les nombreux déchets parsemés sur le sol, les habitations rudimentaires, les chaussures trop petites ou cassées, la place importante de la religion, l’affection des Haïtiens, l’interpellation des Belges par les Haïtiens avec le mot « Blanco »,... sont les nombreux sujets de discussions entre Belges.

A cela se rajoutent les crampes aux ventres mais également musculaires, la diarrhée, la fièvre, les cloques, la fatigue, les piqûres de moustiques, la transpiration et les odeurs, les spaghettis ou la semoule de maïs au déjeuner,...

Des temps de festivités

Le vendredi culturel et la visite à la Citadelle (le seul lieu touristique du Nord) sont deux journées, partagées avec les jeunes haïtiens, fortes en émotions et en rencontres. Plusieurs anniversaires ainsi que la fête des Belges ont été fêtés en chantant : « On va couper le gâteau ! », « Mwen souhet ou bon fete ». La danse et les blagues, le rhum et la Prestige, le riz et les bananes plantains font également partis des festivités.

Après les 24 jours passés à Haïti, plusieurs jeunes belges sont prêts à parrainer des enfants haïtiens pour assurer leur scolarité. Ainsi qu’à rassembler différents matériaux et vêtements dans le container qui part très prochainement.

 

Anne de Pourcq
Accompagnatrice Farnières-Haiti

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite