terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

 

Comment est née l’association Terre des Jeunes ? Quel est votre rôle ?

Les premières années, j’étais encore à Paris. Depuis novembre 2015, je vis au Salvador pour consacrer tout mon temps à nos projets. Je suis bénévole, je vis du travail de Brigitte, mon épouse, salvadorienne. Victoria, cooopératrice, est Responsable de projet et salariée à mi-temps, mais elle en fait beaucoup plus !

Par exemple, nous avons en charge trois filles de 5, 9 et 12 ans qui vivaient dans la rue avec leurs parents alcooliques. La maman a eu sa première fille à 14 ans, c’est très courant ! Nous avons pris en charge leur désintoxication dans deux centres différents et l’hébergement des enfants chez une tante, ainsi que la scolarisation et le suivi par un éducateur.

« La maman a eu sa première fille à 14 ans, c’est très courant ! »

terre des jeunes 002 terre des jeunes 003

 

Quel est le cœur de votre projet ?

Terre des jeunes 

L’association Terre des Jeunes veut protéger et promouvoir les droits des enfants et des jeunes qui vivent ou travaillent dans la rue de San Salvador. Elle a été créée en France pour des facilités juridiques.

Pour adresser vos dons :
Fondation Don Bosco – « Terre des Jeunes ».

L'association : terredesjeunes.wordpress.com 

Nous travaillons autour de trois droits : la santé, l’éducation, et l’identité. Le droit à la santé permet d’approcher et « d’accrocher ». Ce sont les premières étapes de l’ accompagnement des jeunes. La santé, parce que en raison de leur apparence on leur refuse l’accès aux Centres hospitaliers publics. Nous avons mis en place un partenariat avec une clinique privée qui nous permet de passer rapidement et gratuitement avec les enfants.

Beaucoup n’ont pas d’identité ! Sans acte de naissance, ils ne peuvent faire valoir aucun droit ! Ni l’école, ni l’hôpital, ni travail déclaré et protégé. Ils ne peuvent se défendre des violences subies ... Nous avons réussi à trouver des avocats qui nous aident. Les démarches sont longues et coûteuses.

« Beaucoup n’ont pas d’identité ! Sans acte de naissance,
ils ne peuvent faire valoir aucun droit ! »

Enfin, nous tâchons de sensibiliser la population au droit à l’éducation. Nous orientons les enfants vers des écoles publiques. Pour les plus âgés qui sniffent de la colle et ne peuvent se plier à un horaire, nous mettons en place des activités d’éducation par le jeu et une école d’alphabétisation avec des horaires souples. Cette école est située en face d’un poste de police, en territoire neutre, un espace qui n’appartient à aucun des gangs qui se partagent les quartiers.

Quel est le contexte de violence dans lequel vous travaillez ?

 Conseil des droits de l'homme de l’ONU

En Septembre 2016, Simon-Pierre a participé à un panel d’échanges sur « les jeunes et les droits de l’Homme » lors de la 33e session du Conseil des droits de l'homme de l’ONU à Genève. Il a décrit la situation des droits des enfants à El Salvador et proposé des recommandations aux représentants des Nations-Unies. Il était soutenu par deux associations salésiennes accréditées auprès de l’ONU.

Le Salvador est un des pays les plus violents au monde, alors qu’il n’est pas en guerre ! Les fameuses « maras », sur lesquelles il y a de plus en plus de reportages, sont nées au Salvador et sont devenues des gangs transnationaux. Le Guatemala, le Honduras et El Salvador forment ce que nous appelons « le triangle de la mort ».

 

« La rue est un espace hors la loi. »

La violence n’est pas seulement celle des gangs, elle est généralisée. Pour les chauffeurs, les piétons n’existent pas, c’est la loi du plus fort ! Combien de gavroches fauchés ou blessés sans que personne ne réagisse. Un conducteur a tiré trois balles sur un laveur de vitres qui avait cassé son rétroviseur : il est parti tranquille !

La rue est un espace hors la loi. Il nous est arrivé de nous retrouver là où il ne faut pas, et de recevoir des menaces de mort, ou de devoir annuler des activités. Pourtant, nous ne nous sentons jamais autant en sécurité dans la rue que quand nous sommes avec les enfants : ils ont une capacité incroyable à protéger ceux qu’ils apprécient !

De quoi avez-vous besoin pour que le projet se développe ?

terre des jeunes 001 Il faut davantage d’éducateurs salariés pour répondre aux besoins de nombreux jeunes. D’autant plus que la rue évolue d’un jour à l’autre, elle est imprévisible, et si nous ne sommes pas présents au bon moment, des occasions d’accompagnement se perdent.

 


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Maman et femme de Philippe, handicapé, Martha
Kayser avait ému au " Week-end Don Bosco 2016 "
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Margot et Margot
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Actualités

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • Des films par les jeunes et pour les jeunes : une positive attitude

      FestiClip 2017 30 Le FestiClip 2018 aura lieu au Centre Jean Bosco de Lyon le samedi 2 juin 2018. N’hésitez pas à vous inscrire aujourd’hui ! Quelle est la particularité de ce Festival ? De permettre à des jeunes d'adresser un message à d'autres jeunes, et de traiter une problématique qui vraiment les concerne.

      Lire la suite

    • Pierre Favre, ex-Garçons Bouchers, se livre au week-end Don Bosco

      pierre favre don bosco Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers devenu depuis quinze ans bénévole au Secours Catholique dans le Var, c'est d'abord une gueule. Une carrure, une grande barbe grise et des tatouages. Mais c'est aussi une voix. Une voix douce, chaleureuse qui emmène son interlocuteur dans l'incroyable parcours de cet homme d'une grande profondeur spirituelle. Il était l'invité du " Week-end Don Bosco jeunes et familles 2016 ". Pour écouter de nouveaux témoins, renseignez-vous sur l'édition 2017 du " Week-end Don Bosco "Logo video80.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Campobosco 2017, les jeunes aux commandes !

      campobosco 2017 001 Pour cette 13e édition du Campobosco (20 - 24 août 2017) à Ressins (à côté de Roanne), l'équipe d'organisation a choisi un thème audacieux : « Abba où t'es ? ». Le sujet a permis aux jeunes de s'exprimer sur leur foi et leurs doutes, sur leur questions et leurs convictions sur Dieu. Ce thème a tissé les temps de témoignage, de jeu, de veillée, d'échanges dans une ambiance de joie, de fraternité et d'enthousiasme.Logo video80

      Lire la suite

    • Au week-end Don Bosco, Martha Kayser témoigne de l’amour immense vécu avec Philippe, son mari handicapé.

      Martha Kayser Maman de cinq enfants, Martha Kayser avait ému les participants du " Week-end Don Bosco jeunes et familles 2016 " avec son magnifique témoignage d'amour et de famille, ancrée dans la foi, qu'elle a conté dans son livre "Toujours plus d'amour". Le mari de Martha, Philippe Kayser, décédé en 2010, formidable époux et papa, était en effet infirme moteur cérébral (IMC). Pour écouter de nouveaux témoins, renseignez-vous sur l'édition 2017 du " Week-end Don Bosco "Logo video80.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite