paix colombie 02 Les salésiens de Colombie ont joué un rôle important dans les accords de Cessez-le-feu intervenus en janvier 2017 entre les guérilleros de la FARC et le gouvernement : depuis plus de 15 ans, ils accueillent les enfants-soldats pour les réhabiliter, les réintégrer dans leurs familles et dans la société.

 

paix colombie 01 Le 14 décembre dernier, le Conseil Général de l'Ordre des Avocats d'Espagne a attribué le prix « Droits Humains 2017 » à l'Institution salésienne colombienne « Ciudad Don Bosco Medellin », pour son programme « Bâtissons les rêves » qui travaille à la réinsertion sociale des enfants soldats. En 15 années, grâce aux « Centres d’Attention Spécialisée » de Cali et Medellin, plus de 2.300 mineurs ont pu réintégrer leurs familles et commencer une nouvelle vie grâce à la formation intégrale qu’ils ont reçue.

La mission de « Ciudad Don Bosco Medellin » : protéger les mineurs

La Colombie est un pays en guerre depuis sa création, et le conflit, entre le gouvernement et les factions armées, dure depuis plus de 50 ans, générant une culture de la violence qui imprègne fortement les jeunes et les enfants. Les mouvements armés recrutent des garçons et des filles dès l’âge de 8-10 ans. Les récits de ceux qui ont réussi à fuir, ou qui ont été libérés récemment, se ressemblent, raconte le Père Rafael Bejarano : « Ils empoignent une arme dès le premier jour, passent des semaines presque sans manger dans des opérations militaires ; ils sont entraînés à tuer et découper les cadavres pour les faire disparaître. Survivre dans la jungle exige une soumission totale aux chefs… Ces jeunes sont audacieux, persévérants, dociles, et font preuve d’une grande force de volonté. Ce sont des atouts pour leur réinsertion, car ils s’appliquent à leurs études. Mais il faut guérir les blessures d’un passé terrifiant. »

Reconstruire les rêves des anciens enfants soldats

On leur a volé leur enfance, ils ont manqué d’affection et d’une ambiance familiale protectrice. Ils souffrent de dépression, vivent dans la crainte des punitions corporelles ou des sévices sexuels. Des fillettes de 15 ans ont été contraintes d’avorter 3, 4, 7 fois. Les visages sont durs et les tatouages contrastent avec une espèce d’innocence et une insécurité qui se manifestent dans le langage. Ils ont besoin de normes et ils réclament des châtiments ; quand ils ont fait quelque chose de mal, ils ne comprennent pas qu’il est normal de se tromper. La pédagogie de la confiance de Don Bosco se révèle très adaptée, donne des fruits et les ouvre à un monde qui leur est inconnu.

 « Alto el fuego »

Le programme éducatif des salésiens a l’ambition de créer une culture de non-violence et de paix. Un film en espagnol « Alto el fuego » (Cessez-le-feu) a été présenté à Bruxelles devant les instances européennes et dans de nombreuses villes d’Espagne. 

Quand un adolescent décide de rompre avec le groupe armé, il s’adresse à une institution. C’est un « Défenseur de la Famille » qui décide s’il sera placé dans un « simple » foyer ou dans une « Maison de Protection Spécialisée » comme la Ciudad Don Bosco. Là, il sera accompagné par des psychologues, des éducateurs, des médecins, des nutritionnistes, des travailleurs sociaux. Les jeunes bénéficient d’un suivi individuel et de groupe. Ils rencontrent leurs parents chaque mois et peuvent leur téléphoner chaque semaine. On estime qu’il reste encore entre 8.000 et 13.000 mineurs esclaves des groupes armés.

Bulletin salésien espagnol,
traduit par Jean-François Meurs.

Catalina et Manuel 

 

Catalina s’est engagée chez les Farcs à l’âge de 13 ans. « J’avais des problèmes à la maison, je m’étais mise à haïr ma mère et mon père et je ne voulais plus rien savoir. Je suis allée rejoindre les Farcs. J’étais là depuis quelques jours quand on m’a mis une arme dans les mains. Le commandant me brutalisait et j’étais mal à l’aise avec lui. J’ai profité de son absence pour m’enfuir à 10 heures de la nuit. En fait, ce qui m’a décidée, c’est quand ils ont tué le jeune garçon dont j’étais tombée amoureuse. Je me suis dit : mais qu’est-ce que je fais ici ? Je savais que je risquais la mort en fuyant, déjà le conseil de guerre avait été convoqué. C’est pourquoi je ne suis pas allée tout de suite chez mes parents, mais j’ai été accueillie dans une autre famille. Ma mère avait peur pour moi, et elle me disait de bien choisir ce que je voulais. J’ai été tellement émue quand j’ai pu revoir ma famille, je pensais que je ne les reverrais plus jamais. »

 

 

Manuel est entré chez les Farcs à l’âge de 15 ans et il y est resté un an. Il voulait suivre l’exemple de son frère pour lequel il avait une grande admiration : « J’avais une relation très forte avec lui. Quand ils l’ont assassiné, j’ai eu un grand choc, et j’ai pris conscience que cela pouvait m’arriver également si je commettais une simple erreur. La guérilla ? On n’arrêtait pas : aller à la formation, faire des gardes, partir à la recherche de nourriture, emmener des gens, se baigner quand on le disait, partir en reconnaissance pour voir où est l’ennemi, tendre une embuscade qu’il fallait préparer pendant un mois, affronter l’ennemi … Maintenant, je suis loin du terrorisme et de l’esclavage. Grâce aux salésiens, j’ai pu faire des études, ils m’ont permis de refaire ma vie. »

 


Mot du jour

synode des jeunes Don Bosco

Parole de jeunes : Marie

 

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Maisons Don Bosco

    • Les adultes dans le Défi Citoyenneté : quelle est leur place ?

      Defit citoyente adultes 03 Quel doit être l’accompagnement des adultes dans les projets des jeunes ? Aujourd'hui, grâce aux rencontres entre établissements dans les régions et grâce aux relectures, les chefs d'établissement, les éducateurs comprennent mieux leur rôle dans les projets des jeunes. Même si les projets sont menés par les jeunes, l’accompagnement des adultes est un ressort central de la réussite des projets Défi Citoyenneté.

      Lire la suite

    • « Il était une fois l’abbé Vauloup… » l’histoire de l’établissement Giel Don Bosco mis en scène

      Giel theatre 2018 04 Pierre Chopin, salésien de Don Bosco à Giel Don Bosco, a créé une pièce de théâtre sur la naissance et l’évolution de l’établissement en cinq scènes. Intitulée « Il était une fois l’abbé Vauloup », le fondateur de l’Orphelinat de Giel, cette pièce a été jouée dimanche 16 septembre par des élèves de 4e dans l’amphithéâtre du lycée. Plus de 400 spectateurs enchantés ont assisté – et même participé - à la représentation. Interview du père Pierre Chopin.

      Lire la suite

    • De nouveaux établissements entrent dans le réseau Don Bosco

      Don Bosco Nouveau Etablissements 00 Le réseau Don Bosco compte 55 établissements en France, 6 en Belgique Sud, un au Maroc et un en Tunisie. Il y a également les établissements et réseaux associés ou invités. Certains établissements ont récemment rejoint le réseau Don Bosco ou sont en demande d’y entrer. Qui sont ces établissements qui entrent dans le réseau ?

      Lire la suite

    • Yahia Adane : « Le travail social n’est pas quantifiable »

      Yahia AEPCR Social 00 Qu’est ce qui donne du sens au travail social dans les quartiers ? Yahia Adane, directeur de l’association d’éducation populaire de Paris 20è et du réseau Don Bosco Action Sociale, témoigne de son approche du travail social. Fin aout, il rassemble tous les éducateurs de la structure et durant une journée il leur propose de réfléchir ensemble à cette question du sens du travail social.

      Lire la suite

    • Livre d’or de l’année scolaire au lycée Don Bosco à Marseille : « Don Bosco m’a redonné foi en mon avenir »

      don bosco marseille livre d or 01 L’année scolaire 2017-2018 s’achève et avec elle s’annonce le départ de nombreux jeunes et adultes. Ils ont laissé des empreintes visibles et invisibles au lycée Don Bosco de Marseille. Ils ont laissé des mots dans « un livre d’or » qui s’appelle : « Sans vous je ne peux rien faire ». Chaque année, les élèves volontaires transcrivent leurs sentiments vis-à-vis de l’établissement qu’ils quittent. Voici une des perles de ce cahier par le témoignage de Marie, accompagné de photos représentant des temps fort de l’année. Comme une maison, le lycée Don Bosco de Marseille éduque les jeunes… toujours et partout.

      Lire la suite

    • Camp d’été chez les Roms grace à ESPERE

      espere Lille don bosco 01 En 2010, Danièle Sciacaluga, Salésienne Coopératrice, visite les familles roms d’un camp de Lille. Pour faire face aux besoins éducatifs, en 2014, elle crée avec un prêtre salésien une association E.S.P.E.R.E. (Espoir Salésiens Pour les Enfants Roms d’Europe) pour promouvoir l’éducation des enfants en s’inspirant de la pédagogie de Don Bosco. Cet été 2018, l’aventure se poursuit. Ce fut le 5è camp. Une vraie collaboration se réalise l’été grâce au réseau DBAS.

      Lire la suite

  • Famille Salésienne

    • Week-end Don Bosco jeunes et familles. Inscrivez-vous pour les 10 ans

      week end don bosco 2018 C'est une édition exceptionnelle du " Week-end Don Bosco jeunes et familles " qui se prépare : l'édition des 10 ans ! Il aura lieu du 30 octobre au 3 novembre dans les Alpes. Le réseau des anciens élèves se met au service des jeunes et des familles en proposant quatre jours de détente, de sport, de réflexion et de spiritualité au cœur du village-vacances AEC de Samoëns (Haute-Savoie). Cinq jours à la montagne… et à la salésienne !

      Lire la suite

    • Week-end MSJ : c’est la rentrée !

      MSJ TRACT SEPT2018 Les 28-30 septembre c’est le premier rendez-vous du Mouvement Salésien des Jeunes de la rentrée ! Week-end de partage et de relecture d’expériences un peu particulier. Ils vivent un temps pour les jeunes organisés par les jeunes.

      Lire la suite

    • Camp jeunes : un séjour en « road trip » en Israël-Palestine

      pelerinage israel don bosco 01 Il y a deux ans, des jeunes de la paroisse d’Argenteuil, confiée aux salésiens de Don Bosco, voulaient partir en « road trip » en Israël pour retrouver l’origine du christianisme… Un projet un peu fou pour des jeunes adultes étudiants ou au tout début de leur vie active ! Ils demandent à la province si un salésien peut les accompagner spirituellement. Eté 2018, ce projet se réalise !

      Lire la suite

    • Campobosco : ils ont bien dé-collé !

      Campobosco 2018 02 Du 26 au 30 Août, plus de 250 jeunes, issus de notre réseau ou d’ailleurs, et une soixantaine d’adultes de la famille salésienne se sont retrouvés au Colle Don Bosco pour vivre la 14ème édition du Campobosco, sur le thème « Prêt à de-colle(r) ». Quatre jours, du dimanche 26 août au jeudi 30 août 2018, pour vivre un R.A.P. (Réflexions, Activités, Prières). 5 journées bien remplies pour recharger les batteries avant la rentrée scolaire !

      Lire la suite

    • A 29 ans, Tantely s’engage définitivement chez les Salésiens

      Don Bosco Madagascar voeux 05 Les liens entre les provinces salésiennes de Madagascar et de France-Belgique sont profonds et nourris. Plusieurs jeunes frères sont venus en France ces dernières années, dans le cadre de leurs études. Parmi eux, Tantely Randrianantenaina, 29 ans, arrivé en France d’abord à Ressins en 2015, puis à Lyon pour suivre des études de théologie à l’université catholique. Tantely était notamment accompagnateur auprès du MSJ Rhône-Alpes. Il a prononcé ses vœux définitifs le 2 septembre à Madagascar. Lionel Touron a fait partie de la délégation française, emmenée par le père provincial. Il témoigne.

      Lire la suite

    • Le MSJ, membre de Don Bosco Youth-Net : une ouverture sur le monde

      msj don bosco youth net 02 Depuis mars 2018, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) fait partie du réseau Don Bosco Youth-Net (DBYN). Convaincue de la pertinence de goûter à l’animation salésienne au sein d’autres réalités européennes, Anne-Florence Perras, présidente du MSJ, nous en donne les raisons et opportunités.

      Lire la suite