Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1022La paroisse Saint Jean Bosco de Paris, 20ème arrondissement, a de bonnes raisons d'être contente. Les Journées d'Amitié et la fête de Saint Jean Bosco se sont déroulées dans la joie et la bonne humeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Que d'énergie, de travail et de bonne humeur ! La mise en place par les « Gros Bras » avait commencé la semaine précédente. De l'ordre, de la méthode, de l'efficacité. Chacun se sent responsable de son affaire, la prend à cœur et la mène à bien. Les nouveaux sont vite initiés par les anciens et pour l'ouverture, le vendredi 1er février, la paroisse tout entière a revêtu un autre visage. Une bonne vingtaine de comptoirs sont à la disposition des visiteurs qui cette année encore vont venir très nombreux nous rendre visite.

 

Fêter Saint Jean Bosco

 

Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1014Le père Vincent Grodziski préside la messe solennelle
de la Saint Jean Bosco
Don Bosco en personne m'a dit être très content de la belle célébration eucharistique du dimanche matin à 10h 30, présidée par le Père Vincent Grodziski, rédacteur en chef de la revue DBA, entourée des prêtres de la paroisse et de deux diacres, Régis Berthelier et Patrick Laviolle. Les servants d'autel étaient nombreux eux aussi. La parole du Père Vincent a réchauffé les cœurs. A la suite de Don Bosco, il a dit qu'il ne servait à rien de gémir sur son temps, même quand les temps sont difficiles. Devant une église comble, la Chorale, les jeunes de l'Aumônerie et les enfants de La Providence, chacun à sa manière y a mis du sien, parfois avec originalité et créativité. La parabole du bon samaritain a été illustrée de façon très suggestive, tout comme la chanson sur Don Bosco , saint prêtre de Dieu, une création maison.
Don Bosco a fait le brouillon, nous mettons les couleurs. Couleurs nombreuses, comme celles de l'arc-en-ciel. Ces couleurs ont été mises tout au long des trois Journées d'Amitié. Couleurs de l'accueil, couleurs de la fraternité, couleurs de la joie. On sentait les gens heureux de venir chez nous. Certains même, deux heures avant l'ouverture, le vendredi à 14h, se pressaient devant la porte d'entrée : il s'agissait des brocanteurs à l'affût de la bonne affaire à réaliser ! Si les brocanteurs couraient, la plupart des gens qui allaient venir avaient tout temps pour se promener à travers les comptoirs bien achalandés et bien présentés. C'était pour beaucoup l'occasion de retrouvailles. Certains ne s'étaient pas vus depuis longtemps.

 

 

Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1018Les animateurs de l'AEPCR au gymnase pour jouer avec les enfantsAu gymnase, l'AEPCR avait aussi prévu de belles animations – toujours sur le thème de la Bretagne – pour plaire aux jeunes venus se distraire. L'Ecole de danse d'Annick Laurent (une centaine de danseuses) présenta elle aussi de belles chorégraphies le samedi et le dimanche.

 

 

Le théme cette année : la Bretagne

 

Les trois repas proposés ont fait salle comble. Il n'y avait plus une place de libre. On affichait complet le samedi midi, le samedi soir et le dimanche midi. Les cuisinières ont fait des merveilles. Le buffet du samedi midi était bien garni, le fameux Kig a Farz (pot-au-feu breton) du samedi soir fut un délice, et le fondant de pintadeau du dimanche, on en redemande ! Le dîner de gala du samedi était un repas à thème. En arrivant les convives étaient accueillis par « Bécassine et sa cousine », plus vraies que nature, et une dizaine de jeunes de l'Aumônerie, revêtus de beaux costumes bretons, assuraient le service. La Bretagne était à l'honneur. Un loto agrémenta la fin de la soirée. La salle Sainte Anne respirait la Bretagne avec ses drapeaux, ses posters, et sa crêperie qui connut un franc succès durant tout le week-end. L'ambiance était à la fois salésienne et bretonne. Car si le spirituel tient une grande place dans la vie du breton, il ne cantonne pas le breton dans l'autre monde : l'homme a la tête dans les étoiles mais les pieds solidement posés au sol. Il sait vivre, boire, chanter et danser. Les plaisirs d'ici-bas lui sont aussi indispensables. Un proverbe breton ne dit-il pas : « Nourris bien ton corps, ton âme y restera plus longtemps » ?

 

 

Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1007Les jeunes et animateurs de l'aumônerie en tenue bretonne pour le service, accompagnés de deux Bécassines un peu particulières !Cette convivialité festive fut la marque essentielle de nos Journées d'Amitié. Cette convivialité est aussi signe d'inépuisable solidarité : le groupe des paroissiens soudés dans la joie l'est aussi dans le travail et dans la peine. Le travail a été considérable pour réussir l'ensemble des festivités. La prière a aussi été très forte pour tous ceux qui nous sont proches, plus particulièrement ceux qui sont éprouvés par la maladie.
Si le clocher de notre paroisse s'élève très haut dans le ciel, l'amitié, la fraternité, la solidarité qui s'exercent entre tous ceux et celles qui fréquentent Saint Jean Bosco sont aussi des signes tangibles d'une réalité que nous voulons toujours faire grandir. Il faut toujours créer du lien pour mieux vivre ensemble. Merci à tous les acteurs des Journées d'Amitié 2013 et vivent les prochaines Journées d'Amitié, les 31 janvier, 1er et 2 février 2014.

Père Job INISAN, Curé.

 

 

Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1001Une salle paroissiale transformée pour la brocanteParis-Don-Bosco-Journees-Amitie 1020Bibelots, appareils électriques, vins, jouets, meubles, disques, fleurs... tout se vend ! Ici les vêtements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1002Démonstration de double-dutch (sport de sauts à la corde)Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1004Les petits de l'école de danseParis-Don-Bosco-Journees-Amitie 1005une danse indienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1006Le final de la chorégraphie des plus grandesParis-Don-Bosco-Journees-Amitie 1016Les bénévoles en cuisine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1008le père Job explique les symboles breton pendant le dînerParis-Don-Bosco-Journees-Amitie 1009Les jeunes servent le repas de samedi soir

 Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1010120 personnes au repas dont les amis bretonsParis-Don-Bosco-Journees-Amitie 1011Dans la tradition salésienne, le loto !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paris-Don-Bosco-Journees-Amitie 1013L'animation de la messe par les jeunesParis-Don-Bosco-Journees-Amitie 1015L'offertoire animé par les enfants de l'école de La Providence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

« Pour ne pas se faire bouffer, il faut savoir garder une distance. » Langage de dompteur utilisé parfois par les enseignants ou les éducateurs. Toute la question est de savoir quelle est la juste distance. Trop loin, on peut paraître distant, inaccessible, difficilement abordable. Trop proche, on peut paraître jouer au copain ou au démagogue. Pour l’éducateur salésien, la présence sait se faire assez proche. Il ne faut pas craindre d’aller là où sont les jeunes, quitte à parfois « se faire jeter ». Il faut connaître ce qu’ils aiment et se plaire en leur compagnie. Il n’y a pas de « juste distance » définie une fois pour toutes. Le discernement de l’éducateur saura évaluer différemment, en fonction de la situation de chaque jeune. Une proximité amicale pourra être appréciée et bénéfique pour l’un, alors qu’elle sera vécue par un autre comme une agression, en référence à une mauvaise expérience affective. L’art de l’éducateur comprend aussi celui de savoir trouver sa place par rapport à un jeune.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite